Navigation – Plan du site

AccueilRégionsOccitanie201534 – HéraultColombières-sur-Orb – Tour de Carous

2015
34 – Hérault

Colombières-sur-Orb – Tour de Carous

Sondage (2014)
Responsable d’opération : Astrid Huser

Entrées d’index

Année de l'opération :

2014

Numéro d’opération :

10780

Chronologie :

époque médiévale

Nature de l'opération :

opération de diagnostic
Haut de page

Texte intégral

1Pour clôturer les opérations archéologiques portées en 2012 et 2013 sur la tour de Carous, la fouille de son fondement, réalisée cette année, permet de donner une image aussi complète que possible de son espace intérieur et de son mode de construction avec ses 4 niveaux divisés en une réserve en partie basse surmontée de l’étage de l’accès avec une porte qui s’ouvre du côté protégé du castrum, suivi d’un logis doté d’une baie étroite et cintrée qui ouvre sur la vallée, enfin, d’un niveau sommital de surveillance. Mais toutes les questions ne sont pas résolues. On retiendra les modalités d’implantation de la tour à sa base :

2La zone invasive du rocher ne permet pas l’installation d’une citerne sans un dérochement massif, on choisit de combler l’espace restant entre le socle rocheux traversant et le fondement de la tour qui s’insère en appui sur lui ou par contournement.

3Une chape de mortier vient sceller l’espace aménageable qui sera la pièce aveugle du rez-de-chaussée, formée d’une plate-forme supérieure limitée par l’émergence rocheuse au nord et d’un vide sanitaire complété par un plancher au sud.

4Un sol lité progressivement se superpose à l’aménagement primitif et reste antérieur à la mise en place du plancher complémentaire qui assoit la pièce basse comme réserve. Et c’est toute la vie de chantier à l’intérieur de la tour qui va être rendue visible au travers de cette couche, très épaisse avec amas de chaux pure, vidange de foyers, céramique cassée et dispersée (recollage de pots presque entiers), objets métalliques divers (boucles de ceinture, boutons, clé bénarde, anneau, pinces à épiler……), monnaies et méreaux. Mais cet ensemble, très homogène, reste antérieur au xiiie s. alors que l’occupation de la tour se poursuit sans laisser de traces plus récentes…

5Vient l’énorme cubage de dalles qui colmatait la zone (10 m3) et qui est précédé d’une couche de mortier recompacté. Ces blocs, pierres d’angle ou de construction, ne peuvent relever de la tour et semblent prendre en compte l’existence du plancher, qui doit avoir résisté sauf dans l’angle nord-ouest de la tour où les blocs sont passés à travers. S’agit-il d’une tentative pour arrêter le décrochement du rocher-porteur afin de stabiliser la tour et stopper certaines fissurations très importantes qui menacent l’édifice ? A moins qu’une autre raison nous échappe.

6Dans cette hypothèse, le comblement de la base de la tour doit être assez rapide d’après la chronologie homogène du rez-de-chaussée. Or, les premières investigations menées sur la base de la tour par Magali Baudoin (Acter), en 2013 montrent l’existence d’un sol en terre, sommairement dallé à hauteur de l’ancien plancher de l’étage et qui chapeaute cet apport massif de matériaux hétérogènes. Il ramène un mobilier maigre mais instructif (cruche à bec tubulaire, à pâte oxydante sur coulures vernissées, fusaïole catalane…) qui peut être rattaché à la fin du xiiie s.-début xive s., indice supplémentaire de réponse à ce rebouchage, sans doute sécuritaire.

7Si les principales étapes de la construction de la tour sont désormais cernées, il convient dès lors d’étendre les connaissances, par une fouille, à l’ensemble des vestiges immédiats, au castrum qui occupe le sommet du rocher.

8Au-delà, c’est sur l’ensemble du terroir que doit se développer la recherche, considérant ou non cet habitat seigneurial comme pôle attractif d’occupation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Astrid Huser, « Colombières-sur-Orb – Tour de Carous » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Occitanie, mis en ligne le 15 juillet 2020, consulté le 01 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/31998

Haut de page

Auteur

Astrid Huser

Inrap Méditerranée

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Astrid Huser

Inrap Méditerranée

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search