Navigation – Plan du site

AccueilRégionsNouvelle-Aquitaine201523 – CreuseLes occupations protohistoriques ...

2015
23 – Creuse

Les occupations protohistoriques de la confluence entre Cher et Tardes

Prospection thématique et sondage (2015)
Responsable d’opération : Maxime Pasquel

Entrées d’index

Année de l'opération :

2015

Numéro d’opération :

123472123473

Chronologie :

Protohistoire, âge du Fer
Haut de page

Texte intégral

1Les gisements archéologiques de Sainte-Radegonde et de Saint-Marien, respectivement sur les communes de Budelière et d’Évaux-les-Bains sont connus seulement depuis une cinquantaine d’années, par les découvertes de Maurice Piboule (fig. 1). Ses investigations de terrains ont livré d’importants lots protohistoriques et une abondance d’observations qu’il nous a transmis dans une longue succession de publications. Le matériel cité implique aussi bien des périodes assez anciennes comme le Néolithique et l’âge du Bronze, que des phases légèrement plus récentes tel que le second âge du Fer, particulièrement bien représenté par la profusion de fragments d’amphores. Ces vestiges ayant été référencés, une étude diachronique d’impact fut initiée en 1992, alors qu’un projet de ré-aménagement du barrage de Rochebut était prévu (Beausoleil-Roger 1992). Ces travaux ont engendré une première documentation dans une approche spatiale grâce à des phases de prospections auxquelles s’ajoutèrent plusieurs zones diagnostiquées. Trois tranchées furent implantées sur le front est du relief de Sainte-Radegonde, et ont permis de découvrir les restes d’une fortification laténienne ainsi que des indices importants d’occupations associées et d’autres postérieures. Ces recherches de terrain, bornées dans l’emprise concernée par le projet, ont cependant souffert d’une assez mauvaise conservation stratigraphique et de difficultés de lecture du sol ayant alors limité les observations et les interprétations. Elles constituent toutefois les seules données issues de fouille sur place, le reste étant lié aux multiples prospections du découvreur notamment. Une autre fenêtre fut aussi ouverte sur le relief voisin de Saint-Marien, livrant un dépôt de la fin de l’Antiquité autour duquel gravitaient de nombreux éléments plus anciens arrachés à leurs contextes.

Fig. 1 – La confluence entre Cher et Tardes dominée par les reliefs de Sainte-Radegonde (1) et Saint-Marien (2)

Fig. 1 – La confluence entre Cher et Tardes dominée par les reliefs de Sainte-Radegonde (1) et Saint-Marien (2)

Ortho-imagerie aérienne : IGN ; DAO : M. Pasquel.

2Par la suite, ces points ont été largement intégrés dans les synthèses thématiques et/ou régionales, mais aucune expertise plus approfondie sur le terrain ou sur le mobilier n’avait été menée jusqu’à ce jour. La richesse géologique du secteur a souvent été citée pour expliquer ces présences humaines de longues dates, et il existe, effectivement à proximité, des gisements en minerai d’étain, de plomb, d’argent et de fer mais aussi des filons aurifères et de forte potentialité d’orpaillage dans les cours d’eau. Certains textes font parfois la confusion entre les deux gisements, et la profusion bibliographique nécessitait un dépouillement plus complet. L’ensemble de ces sources pose toujours de nombreuses questions quant aux phasages précis, aux formes des occupations et leurs liens avec leurs environnements. Les nouvelles recherches présentées ici ont été initiées pour ôter une part de ces voiles avec une approche pluridisciplinaire et dans la continuité des recherches sur les fortifications protohistoriques menées localement (Pasquel 2014). Deux opérations d’archéologie programmée ont ainsi été effectuées en parallèle, selon des objectifs et des démarches distinctes, mais reliées par cette problématique commune. Ces travaux réalisés au printemps 2015 ont pu être menés à bien grâce au soutien du SRA Limousin et avec le concours de l’Association pour la recherche sur l’âge du Fer en Auvergne (ARAFA).

3Dans un premier temps et de manière à dresser un bilan de la substance, l’ensemble des données anciennes a été rassemblé et analysé dans le cadre d’une opération de prospection thématique. Ce travail a permis d’établir une étude documentaire importante qui fonde un socle fiable aux recherches. Ce fut aussi une occasion saisie pour participer à la récupération et à l’inventaire de la collection matérielle du découvreur en vue de nouvelles expertises et pour garantir leur conservation à long terme. Une bonne partie des lots a pu être retrouvée et consultée pour inventaire et examens préliminaires. D’autres artefacts viendront sans doute abonder cet ensemble à l’avenir, car certains objets mentionnés dans les textes sont toujours manquants. La synthèse des données voulue pour cette première opération s’est aussi astreinte à une nouvelle acquisition de terrain plus récente et plus rigoureuse. Ce volet s’est attaché à renseigner les gisements connus et les environs proches, partagés en une dizaine de zones sur plus de 100 ha. Les observations ont porté sur la lecture du sol, sur son modelé et à la recherche du matériel anthropique. Associant passages exploratoires et vérifications, des indices inédits ainsi que nouveaux ensembles mobiliers ont été recueillis malgré un territoire peu propice à la méthode pédestre classique.

4Après cette appréciation générale, un autre axe d’investigations s’intéressa cette fois plus particulièrement au site de Sainte-Radegonde. Afin de se libérer du biais de lecture inhérent aux prospections, l’objectif était de pouvoir analyser des niveaux protohistoriques conservés. Dans ce but, un test stratigraphique de 17 m fut implanté au sein du plateau, à l’intérieur de l’espace enceint. La proximité immédiate avec le rempart a été choisie dans l’idée que sa présence ait pu pallier une érosion générale conséquente, à la manière d’une ligne d’arrêt (fig. 2). L’ouverture de ce nouveau sondage a révélé que, sous le recouvrement sédimentaire supérieur colluvionné d’environ 1 m, il existe une succession de niveaux archéologiquement préservés. Le premier rencontré se compose d’un grand nombre de petits blocs et de fragments d’amphores, disposés en contact les uns avec les autres. Très peu visible en coupe, cet ensemble se matérialise quasi uniquement en plan. Il semble correspondre à un radier de viabilisation du sol extérieur, compris entre l’espace probablement occupé et la ligne d’enceinte (fig. 3). La datation de ce sol conservé est à replacer dans un contexte de La Tène D1-D2. Sous cet état existe une succession de strates venant atténuer la pente naturelle du substrat, et dont la mise en place semble inscrite entre La Tène C2 et La Tène D1a. L’extrémité septentrionale n’a pas traduit la même séquence sédimentaire, et nous avons constaté une section opérée dans le niveau de radier et des strates sous-jacentes. La fouille poursuivie jusqu’à obtention de la limite basse de cette perturbation, et le mobilier historique suggèrent une action opportuniste de récupération des blocs du rempart, pratique souvent constatée par l’archéologie des fortifications. Immédiatement dessous affleurent en effet des blocs difformes de très gros appareillage absents dans les niveaux supérieurs. Considérant ces derniers niveaux atteints comme appartenant au mur d’enceinte, il a été décidé de stopper volontairement la fouille afin d’éviter un morcellement des données et pour étudier à l’avenir ce vestige en un seul temps et dans son intégralité.

Fig. 2 – Le plateau fortifié de Sainte-Radegonde et l’implantation du sondage 2015

Fig. 2 – Le plateau fortifié de Sainte-Radegonde et l’implantation du sondage 2015

Fond : IGN ; topographie : E. Yeni ; DAO : M. Pasquel.

Fig. 3 – Section stratigraphique réalisée en 2015, et détails planimétrique du radier

Fig. 3 – Section stratigraphique réalisée en 2015, et détails planimétrique du radier

Relevés : équipe de fouille ; topographie et photogrammétrie : E. Yeni ; DAO : M. Pasquel.

5Les deux opérations conduites ont donc permis de mieux approcher la zone dans son ensemble et de centraliser les données anciennes pour permettre leur exploitation. Le test stratigraphique a mis en évidence à Sainte-Radegonde la présence d’une bande d’environ 20 m de large qui a conservé des niveaux archéologiques en place dans le parallèle de la fortification, alors que le site souffre de très fortes dégradations anthropiques et surtout naturelles. Plus à l’intérieur du plateau, le recouvrement sédimentaire semble trop faible pour avoir préservé en place une telle séquence de données, mais il ne faut pas exclure à l’avenir la découverte de possibles substructions. Compte tenu de la position même du sondage, il n’a pas été possible d’exhumer cette année des vestiges de bâtiments et ainsi de mieux caractériser l’occupation intérieure. Toutefois, un protocole de tamisage a été déployé dans un objectif d’appréciation quantitative du mobilier. Les hautes densités obtenues tendent à prouver l’importance de la présence humaine à la période de la Tène finale, appuyant donc l’hypothèse d’un habitat d’extension moyenne, plutôt regroupé. Le statut de ce point de peuplement dans l’organisation générale du territoire pour ces époques protohistoriques semble encore nous échapper. Les rôles qu’il a pu remplir sur les plans de l’influence, de la production et du commerce demeurent sous-estimés pour l’instant. Si la période laténienne se trouve au cœur de ces recherches, ces questions se posent aussi pour les périodes antérieures bien présentes. Les raisons de cette résilience anthropique sont sans doute multifactorielles et propres à chaque phase chronologique, ce qui offre un véritable panorama sur la Protohistoire au nord-ouest du Massif Central.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – La confluence entre Cher et Tardes dominée par les reliefs de Sainte-Radegonde (1) et Saint-Marien (2)
Crédits Ortho-imagerie aérienne : IGN ; DAO : M. Pasquel.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/32283/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre Fig. 2 – Le plateau fortifié de Sainte-Radegonde et l’implantation du sondage 2015
Crédits Fond : IGN ; topographie : E. Yeni ; DAO : M. Pasquel.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/32283/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 259k
Titre Fig. 3 – Section stratigraphique réalisée en 2015, et détails planimétrique du radier
Crédits Relevés : équipe de fouille ; topographie et photogrammétrie : E. Yeni ; DAO : M. Pasquel.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/32283/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 427k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maxime Pasquel, « Les occupations protohistoriques de la confluence entre Cher et Tardes » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Nouvelle-Aquitaine, mis en ligne le 01 août 2020, consulté le 29 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/32283

Haut de page

Auteur

Maxime Pasquel

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Maxime Pasquel

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search