Navigation – Plan du site

AccueilRégionsNouvelle-Aquitaine2015Projets collectifs de rechercheHabitat rural antique de la moyen...

2015
Projets collectifs de recherche

Habitat rural antique de la moyenne montagne corrézienne

Projet collectif de recherche (2015)
Responsable d’opération : Blaise Pichon

Texte intégral

1Ce programme collectif de recherche part du constat que, globalement, l’habitat rural antique de la moyenne montagne reste largement méconnu. Ce milieu géographique spécifique n’est pas complètement inexploré mais il n’a pu bénéficier de l’essor récent de l’archéologie préventive, particulièrement en milieu rural. La Corrèze apparaît comme un laboratoire d’étude particulièrement propice car le corpus des occupations antiques s’étoffe régulièrement ces dernières années du fait d’une forte activité forestière. Parallèlement, un modèle d’occupation des plateaux corréziens existe déjà. Il a été échafaudé dès la première moitié du xxe s. par un érudit local, Marius Vazeilles. La confrontation des données récentes et anciennes permettra de vérifier ses hypothèses (forte présence anthropique et pression démographique/agricole importantes sur les plateaux corréziens) et d’élaborer un modèle général d’implantation et de fréquence d’occupation des plateaux corréziens pour l’Antiquité.

2En 2015, des sondages programmés ont été réalisés sur le site de la villa du « Champ du Palais » à Bugeat et sur le site antique de « La Grange » à Saint-Fréjoux. Des prospections géoradar ont également été effectuées au « Champ du Palais » et sur le site du « Champ des Teules »/Plazaneix (commune de Viam), ainsi qu’un test géoradar sur le site de « La Grange ». Enfin, une étude documentaire et un relevé photogrammétrique (villa) ont été réalisés sur le site des Cars (Saint-Merd-les-Oussines/Pérols-sur-Vézère).

3Parallèlement, plusieurs étudiants ont entrepris des travaux relatifs à l’occupation du sol de ce secteur de la Haute-Corrèze, dans le cadre de travaux universitaires (masters d’archéologie de l’université Blaise-Pascal – Clermont-Ferrand, dont deux sont achevés et trois en cours). Une thèse consacrée à la céramique antique dans le sud-est de la cité des Lémovices (université Blaise-Pascal – Clermont-Ferrand, CHEC) a débuté en septembre 2014. Ainsi, ces multiples travaux de recherches de terrain et universitaires ont, en peu de temps, abouti à renouveler largement les données concernant l’Antiquité dans le milieu si spécifique de la moyenne montagne limousine.

Les problématiques développées

4Ce programme de recherche a pour objectif de dresser le bilan de l’occupation antique en moyenne montagne corrézienne et, implicitement, de mettre en évidence la structuration et l’interaction des établissements ruraux antiques que l’on y rencontre durant l’Antiquité.

5Dans un premier temps, il s’est donc agi d’établir un inventaire précis de toutes les entités archéologiques du champ chronologique choisi. Dans un second temps, l’intérêt a porté sur les établissements ruraux, sur les caractéristiques architecturales, structurelles et agropastorales des fermes de La Tène finale et de l’époque romaine et des villae pour ce secteur géographique, tout en privilégiant une approche environnementale (milieux et topographie). L’objectif est de donner aux chercheurs une base documentaire exhaustive et, in fine, évolutive, c’est à dire pouvant être alimentée par les opérations d’archéologie préventive et programmée à venir livrant des données sur la question.

6Le projet s’articule autour de trois grands axes procédant d’une discrimination progressive de l’échelle d’analyse spatiale, allant du plus large (le contexte général des plateaux corréziens et son influence sur les formes de l’occupation) au plus spécifique (reconnaissance des plans de bâtiments, des activités, distribution spatiale à l’intérieur du site, relation spatiale entre activités) en passant par un état intermédiaire lié à l’exploitation du milieu au sens large (l’environnement immédiat du site, ses grands éléments structurants, la surface de l’établissement).

7Enfin, notre étude s’intéresse aux questions chronologiques et aux évolutions et ruptures qui peuvent être perçues dans la dynamique d’occupation. L’étude des rythmes de création, de fonctionnement et d’abandon des sites est privilégiée et considérée comme un objectif important. Celle-ci est envisagée sous différents aspects comme la durée globale de fréquentation des sites et les phénomènes de rupture ou de continuité. Les résultats de ce séquençage des occupations compléteront ceux obtenus dans les régions avoisinantes du Massif Central, notamment dans la cité des Arvernes.

Opérations menées en 2015

8Base de données/SIG :

  • versement des données sur la base Drupal (notamment les données anciennes) et analyse transversale ;

  • bilan intermédiaire qui, à l’issue du regroupement des données des rapports permet d’estimer clairement le volume de la documentation à traiter.

9Interventions de terrain :

  • sondages archéologiques pour vérifier les informations issues de la prospection géophysique à Bugeat « Champ du Palais » ;

  • sondages archéologiques à Saint-Fréjoux « La Grange » ;

  • relevé géoradar à Bugeat « Le Champ du Palais » ;

  • relevé géoradar à Viam « Le Champ des Teules » ;

  • relevé géoradar à Saint-Fréjoux « La Grange » ;

  • relevé topographique et photogrammétrique du bâtiment de Saint-Merd-les-Oussines « Les Cars ».

10Études de mobiliers :

  • poursuite de l’étude des mobiliers issus des sondages 2014 du site de Saint-Rémy « Les Fonts » ;

  • nouvelle étude du mobilier issu des fouilles anciennes du bâtiment de Saint-Merd-les-Oussines « Les Cars » ;

  • étude des mobiliers des sondages du site de Saint-Fréjoux « La Grange » ;

  • étude des mobiliers des sondages du site de Bugeat « Le Champ du Palais ».

Corpus des sites ruraux antiques

11Afin de construire un corpus de données archéologiques aussi exhaustif que possible, nous avons collecté, outre les données récentes fournies par les rapports d’opérations archéologiques menées dans l’espace géographique concerné par le PCR, l’intégralité des données anciennes publiées depuis la fin du xixe s. par les érudits locaux, puis dans le cadre d’une recherche archéologique de plus en plus professionnelle à partir des années 1970. 18 communes ont, en outre, fait l’objet d’un réexamen très attentif des données archéologiques dans le cadre de deux mémoires de master d’archéologie soutenus à l’université Blaise-Pascal de Clermont-Ferrand en 2014 et 2015 (Serrat 2014 ; Davigo 2015). Trois autres mémoires consacrés à l’occupation du sol de vingt-neuf communes situées dans la partie nord-est de la Corrèze ont débuté en septembre 2015. À terme, l’ensemble des communes situées dans la zone des plateaux corréziens devrait faire l’objet d’une mise à plat critique des données archéologiques, de la Protohistoire au haut Moyen Âge.

12En ce qui concerne la base de données, deux préoccupations nous ont constamment guidés : construire un instrument de travail évolutif et souple et privilégier l’examen critique des données, ce qui implique la mise en place d’indices de fiabilité des données à trois niveaux (localisation, chronologie et interprétation). La reprise critique des données archéologiques a permis d’améliorer très sensiblement la qualité des données de localisation des sites. En revanche, l’indice de fiabilité « chronologie » généralement faible s’explique par l’ancienneté des données. L’essentiel des efforts a porté, pour l’instant, sur la (re)localisation des gisements archéologiques et sur la reprise de l’étude de quelques lots de mobilier issu de fouilles anciennes, notamment pour le site des Cars à Saint-Merd-les-Oussines. Le réexamen systématique de lots de mobilier provenant de fouilles anciennes se poursuivra dans les années à venir.

13Après rassemblement, synthèse et examen critique de la documentation, seuls 13 sites peuvent pour l’instant être retenus dans la catégorie des établissements ruraux antiques avérés. Ils ont fait l’objet d’une fiche de site et la reprise des données anciennes est en cours lorsque cela est possible (Saint-Merd-les-Oussines « Les Cars » : Montzamir 2016 ; Gourdon-Murat « les Mazières », en cours). De nombreux autres sites antiques pourraient correspondre à des établissements ruraux. Ils ont pour l’instant, en raison de l’état de la documentation, issue d’observations anciennes dans presque tous les cas, été classés en 6 catégories :

  • 21 » grands sites », dont la nature et les fonctions demeurent indéterminées. Ils se caractérisent par une superficie importante et un mobilier antique souvent abondant et témoignant d’un niveau social élevé. Il convient d’être prudent en ce qui concerne la nature de ces sites, dont le site de Saint-Fréjoux « la Grange » fait partie : les résultats des prospections géoradar menées en 2015 y ont mis en évidence des structures qui correspondent vraisemblablement à un sanctuaire antique, alors que ce site avait toujours été considéré jusqu’ici comme un établissement rural (Gestreau 2016).

  • 6 sites apparemment plus modestes en superficie ayant livré un mobilier antique abondant et témoignant d’un niveau social élevé ;

  • 42 sites matérialisés par des substructions et du mobilier antique ;

  • 41 sites matérialisés par de nombreux débris de tegulae et un mobilier céramique antique abondant ;

  • 40 sites matérialisés par de nombreux débris de tegulae, mais sans mobilier céramique ;

  • 1 site témoignant d’une construction antique en matériaux légers, mal caractérisée.

14D’autres sites pourront éventuellement être ajoutés à cette liste déjà bien fournie au fur et à mesure du réexamen de lots de céramiques issus de découvertes ou de fouilles anciennes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Blaise Pichon, « Habitat rural antique de la moyenne montagne corrézienne » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Nouvelle-Aquitaine, mis en ligne le 01 août 2020, consulté le 22 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/32324

Haut de page

Auteur

Blaise Pichon

Université Clermont-Auvergne

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Blaise Pichon

Université Clermont-Auvergne

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search