Navigation – Plan du site

AccueilRégionsPays de la Loire201044 – Loire-AtlantiqueChâteaubriant – Place de la Motte

2010
44 – Loire-Atlantique

Châteaubriant – Place de la Motte

Diagnostic (2010)
Responsable d’opération : Jocelyn Martineau
Notice rédigée avec Joël Cornec

Texte intégral

1Un diagnostic archéologique préventif a été réalisé par l’Inrap dans le centre-ville de châteaubriant, place de la Motte, du 2 au 19 août 2010, sur une surface totale de 7 145 m2. La place de la Motte est située au sud-ouest de la ville close, sur l’emprise du fossé et du talus de contrescarpe de l’enceinte urbaine. La place de la Motte ou place du marché aux bestiaux, est aménagée dans les années 1763-1764 sur l’emprise du fossé. Un plan miraculeusement sauvé des archives municipales indique par ailleurs que le talus de contrescarpe affecte alors un plan triangulaire qui évoque un bastion moderne dont la forme générale marque encore très fortement le cadastre ancien. Les terres de ce bastion sont simplement rejetées dans la douve, cette dernière étant transformée en un petit filet d’eau disposé le long de l’enceinte. Un conduit d’évacuation en pierre, voûté, est finalement construit dans le courant du xixe s. sur toute son emprise pour canaliser les eaux du Rollard vers la chère. La question de salubrité publique posée par ces eaux croupissantes et malodorantes pendant toute la période moderne n’est ainsi réglée que très tardivement.

2Cinq sondages ont été implantés perpendiculairement au mur d’enceinte et régulièrement répartis en éventail d’est en ouest sur toute l’emprise de la place de la motte. Le premier sondage S1 longeait le flanc est de la tour du Four, au sud-ouest de la fortification urbaine. Creusé à moins de 2 m de profondeur, il n’a révélé que des fondations modernes et des niveaux de places modernes et contemporaines aménagées sur le comblement du fossé. Le second sondage S2 a pris en écharpe la place de la motte à peu près en son centre. D’une longueur de 48 m, il a permis de localiser la contrescarpe du fossé à environ 40 m du mur d’enceinte. Le rocher affleure ensuite à environ 0,50 m sous l’enrobé, sans le moindre vestige archéologique. Une bande de circulation relativement étroite a été identifiée en rebord de fossé, le long de la contrescarpe. Le troisième sondage a été implanté à 20 m à l’ouest de la porte de la ville, perpendiculairement au mur d’enceinte. D’une longueur de 28 m, 3 m de large et 1,50 m de profondeur, il a confirmé les résultats du sondage précédent. Le quatrième sondage a été implanté à 20 m à l’ouest de la porte de la ville, perpendiculairement au mur d’enceinte. Il a permis d’identifier d’éventuels aménagements défensifs fossoyés de plan courbe liés à la porte Neuve. Un sondage complémentaire a été implanté entre le sondage 3 et le sondage 4. Son objectif était de resserrer le maillage archéologique autour de la voirie pavée identifiée dans les deux sondages précédents.

3Ce diagnostic a finalement permis d’identifier deux orientations de fossés divergentes. La section située au sud-est de la place identifiée par les sondages 2, 4 et 6 restitue une morphologie traditionnelle d’une tranchée d’environ 17 m de large parallèle à la courtine. La section suivante identifiée au nord-ouest de la place dans les sondages 1 et 3 est plus large que la précédente et d’une orientation divergente par rapport à la courtine. L’absence de fenêtre d’étude élargie à l’ensemble de la place ne nous permet pas de conclure sur l’origine de ces deux plans distincts. L’hypothèse de deux phases de creusements concorderait toutefois avec la construction de la tour du Four à la fin du Moyen Âge sur l’emprise d’une tour de flanquement antérieure au xve s. L’analyse des différentes coupes stratigraphiques situées sur le rebord extérieur du fossé indique que ce dernier a en effet été élargi au moins une ou deux fois avant d’être comblé dans la seconde moitié du xviiie s.

4Par ailleurs, deux sections de voies carrossables distinctes longent la contrescarpe du fossé. La fouille manuelle d’un petit tronçon de chaussée pavée dans le sondage 5 indique qu’une voie fortement bombée recouvrait un chemin creux de 3,45 m de large. La surface indurée du chemin de terre battue présentait encore sur son rebord extérieur les traces de profondes ornières laissées par la circulation des charrettes. La datation des deux bandes de circulation concave et convexe reste sujette à caution. Les quelques tessons retrouvés dans le comblement de la chaussée pavée laisseraient à penser que cette dernière est aménagée avant le xviie s. Le chemin sous-jacent pourrait quant à lui être antérieur au xve s. La voirie est recoupée dans le sondage 4 plus à l’est. Elle semble limitée au-delà par un fossé vraisemblablement associé à la défense avancée de la porte Neuve, de type barbacane ou boulevard d’artillerie. Son extension vers l’ouest est limitée par l’élargissement du fossé dans le sondage 3. On retrouve dans ce dernier une autre voie carrossée non plus pavée mais recouverte d’un cailloutis noyé dans un béton de chaux particulièrement induré et usé en surface. L’orientation divergente de cette deuxième voie semble indiquer la présence d’un autre axe de circulation extra-muros qui aurait pu rejoindre l’axe longitudinal du fossé à hauteur de la tour du Four. À moins qu’il ne s’agisse d’une réparation plus tardive provoquant un déplacement de voirie.

5Enfin, l’absence de vestiges archéologiques anciens à l’extérieur du fossé, au-delà des voiries, pose question. S’agit-il du négatif d’une ancienne motte castrale détruite par les fortifications du bas Moyen Âge ? Est-ce au contraire le négatif d’un talus de contrescarpe servant de terrasse d’artillerie au xve ou au xvie s. ? Les données archéologiques et les textes du xvie s. orientent plutôt en faveur de la seconde hypothèse. Quoi qu’il en soit, seule une fouille exhaustive de cet espace urbain pourrait répondre à la question, opération qui n’a pas été prescrite du fait de l’aménagement superficiel de la place par la Mairie de Châteaubriant.

Fig. 1 – Plan de localisation des sondages

Fig. 1 – Plan de localisation des sondages

Proposition de restitution du fossé et de sa voirie adjacente.

DAO : J. Martineau, J. Cormec, D. Guimard (Inrap).

Fig. 2 – Vue du sondage no 5 vers l’ouest

Fig. 2 – Vue du sondage no 5 vers l’ouest

Une chaussée pavée implantée en rebord de fossé apparait au premier plan. Le substrat sableux de couleur jaune qui apparait au second plan forme la base d’un talus de contrescarpe arasé.

Cliché : J. Martineau (Inrap).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan de localisation des sondages
Légende Proposition de restitution du fossé et de sa voirie adjacente.
Crédits DAO : J. Martineau, J. Cormec, D. Guimard (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/32954/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 414k
Titre Fig. 2 – Vue du sondage no 5 vers l’ouest
Légende Une chaussée pavée implantée en rebord de fossé apparait au premier plan. Le substrat sableux de couleur jaune qui apparait au second plan forme la base d’un talus de contrescarpe arasé.
Crédits Cliché : J. Martineau (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/32954/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 813k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jocelyn Martineau, Joël Cornec, « Châteaubriant – Place de la Motte » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Pays de la Loire, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 21 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/32954

Haut de page

Auteurs

Jocelyn Martineau

Inrap

Articles du même auteur

Joël Cornec

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Jocelyn Martineau

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search