Navigation – Plan du site

AccueilRégionsPays de la Loire201044 – Loire-AtlantiqueHaute-Goulaine – Les Cléons, 165 ...

2010
44 – Loire-Atlantique

Haute-Goulaine – Les Cléons, 165 route de la chapelle-Heulin

Diagnostic (2010)
Responsable d’opération : Marie-Laure Hervé-Monteil

Texte intégral

1Le diagnostic réalisé sur la commune de Haute-Goulaine, située à une quinzaine de kilomètres au sud-est de Nantes, au lieu-dit Les Cléons, couvre une superficie de 13 050 m2. Cette intervention s’inscrit dans un contexte particulier à plusieurs titres. Du point de vue géographique et géologique, elle se situe sur une butte calcaire, roche rare dans le département de la Loire-Atlantique, bordée au nord-est par le marais de Goulaine qui est relié à la Loire par la rivière du même nom. Du point de vue historique, le site des Cléons est connu depuis le xixe s. en raison de la découverte de portions d’une riche villa qui a fait l’objet de fouilles de 1876 à 1900 par Pître de Lisle du Dreneuc puis essentiellement par le propriétaire des terrains Félix Chaillou. De ces multiples interventions résulte un plan incomplet accompagné de descriptions plus ou moins abouties, qui permettent tout de même d’avancer quelques éléments d’interprétation. Ainsi, on y distingue des parties résidentielles et thermales, dont certaines pièces sont pavées de mosaïques et ornées de peintures murales. Elles sont bordées au sud de constructions moins bien décrites, dont un probable bassin de 18,10 m sur 5,14 m. Plus au sud, de l’autre côté de la route actuelle longeant la parcelle diagnostiquée, et supposée être un axe antique, sont décrits une habitation, un puits, une forge et un four à chaux. Enfin, à 450 m à l’ouest du premier ensemble, on note aussi la présence d’un grand bâtiment quadrangulaire. Des lieux de sépulture ont également été découverts mais n’ont pu être localisés. La parcelle aujourd’hui diagnostiquée se place entre les parties résidentielles reconnues et le dernier bâtiment évoqué. Si Félix Chaillou s’intéressa essentiellement aux « beaux vestiges » antiques lors de ses fouilles longeant la parcelle diagnostiquée, il recueillit aussi un grand nombre d’artefacts relevant d’une industrie dite microlithique à faciès Tardenoisien dont il a fait don au musée Dobrée à Nantes.

2Les résultats issus du diagnostic des Cléons ont non seulement permis de compléter partiellement le plan de la villa, mais également de mettre en évidence un site préhistorique exceptionnellement bien conservé.

3Les données disponibles permettent de définir un niveau de sol de 0,15 m à 0,25 m de puissance conservé sur une surface minimale de 10 000 m2, au sein duquel les datations fournies par le mobilier laissent apparaître deux périodes chronologiques : le Mésolithique moyen et le Néolithique récent et/ou final. L’attribution chronologique au Mésolithique moyen apparaît essentiellement grâce aux éléments récupérés lors du tamisage de sédiment issu d’une fenêtre test. La reconnaissance de deux niveaux distincts n’a, quant à elle, pas été confirmée à la fouille. De fait, l’existence réelle de deux niveaux de sols et leur extension respective restent à ce jour à préciser. Le mobilier céramique et lithique récupéré s’avère dense et se retrouve dans toute l’épaisseur du sol. On y distingue cependant, en certains points, du mobilier disposé à plat et notamment des céramiques écrasées sur place. La présence d’esquilles dans le mobilier lithique ainsi que de pièces techniques spécifiques au débitage permet également d’attester cette activité sur le site. L’ensemble des mobiliers a bénéficié de l’expertise de Grégor Marchand, d’Audrey Blanchard et de Jean-Noël Guyodo.

4La nature calcaire du sous-sol a également permis la bonne conservation des ossements. L’étude réalisée par Aurélia Borvon laisse ainsi apparaître la présence de plusieurs espèces dont l’auroch, le cerf et le sanglier. Sur l’ensemble des restes analysés, aucune espèce domestique n’est présente. Il s’agit donc ici de restes d’animaux provenant de la chasse et dépecés au moins en partie sur le site comme le prouvent les traces de découpe relevées sur plusieurs fragments.

5Les structures identifiées sont rares, mais leur faible nombre doit être relativisé par le faible pourcentage de surface réellement fouillée dans le cadre du diagnostic. On citera toutefois la présence de probables trous d’ancrage de poteau et de fosses ainsi que de concentrations de quartz qui pourraient marquer le sommet d’éventuelles autres structures. Un vestige sort toutefois du lot : il s’agit d’un four néolithique se présentant sous la forme d’une couronne de terre cuite circulaire précédée d’un probable alandier.

6En ce qui concerne la période antique, les vestiges mis au jour se sont avérés moins denses que le laissaient présager les découvertes anciennes. Les bâtiments identifiés ne permettent pas à ce jour d’apporter beaucoup de compléments au plan déjà connu. Cependant, la présence de bâtiments est bien confirmée, même si ces derniers ne peuvent être caractérisés. Ces derniers se concentrent essentiellement dans le quart oriental de la parcelle, dans la prolongation des vestiges déjà reconnus mais également le long de la route de La Chapelle-Heulin. Les vestiges reconnus dans l’angle nord-est de la parcelle laissent penser à une galerie comportant une colonnade. Un bâtiment dans l’angle sud-ouest de la parcelle semble quant à lui isolé et pourrait correspondre à une petite annexe. Il pourrait être en relation avec un puits et une fosse découverts à proximité. Une mare pourvue d’une rampe aménagée et bordée par une petite construction jouxte ces bâtiments. Enfin, un large creusement, possible négatif d’une canalisation, pourrait être en relation avec cette mare ou encore avec les thermes mis au jour au xixe s. situés directement dans son prolongement. Les observations et éléments recueillis montrent que ces bâtiments résultent de plusieurs phases d’aménagement. Des recoupements et ajouts dans les constructions, ainsi que les nombreux éléments de démolition présents, en sont les témoins. Les céramiques les plus anciennes situent le début de l’occupation romaine du site dans le courant de la période augustéenne. En revanche, la séquence d’occupation la mieux représentée (les trois premiers quarts du ier s. de notre ère) et les marqueurs les plus récents (dans le courant du iie s.) sont probablement à relativiser au vu du mobilier des fouilles anciennes. Les éléments des iie s. et iiie s. sont relativement nombreux et quelques rares témoins du Bas-Empire sont à signaler. La nature et l’espacement des vestiges bâtis ne vont pas à l’encontre de l’hypothèse de l’existence d’une vaste villa. En effet, les espaces vides, correspondant le plus souvent à des cours, sont caractéristiques des grands domaines. La présence d’une mare, ainsi que d’un petit bâtiment qui semble isolé, suggère toutefois que nous sommes plutôt dans la pars rustica de la villa, la partie résidentielle se développant probablement plus à l’est.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Laure Hervé-Monteil, « Haute-Goulaine – Les Cléons, 165 route de la chapelle-Heulin » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Pays de la Loire, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 26 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/32961

Haut de page

Auteur

Marie-Laure Hervé-Monteil

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Marie-Laure Hervé-Monteil

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search