Navigation – Plan du site

AccueilRégionsPays de la Loire201044 – Loire-AtlantiqueSaint-Brévin-les-Pins – Allée de ...

2010
44 – Loire-Atlantique

Saint-Brévin-les-Pins – Allée de la Prée de Mindin

Diagnostic (2010)
Responsable d’opération : Antoine Le Boulaire

Texte intégral

1Au terme de l’opération de diagnostic de l’allée de la Prée de Mindin, aucun site archéologique à proprement parler n’a pu être mis en évidence. La grande majorité des structures correspond à des sections de fossés et malgré l’absence de mobilier archéologique datant, ces structures coïncident avec le tracé des limites parcellaires observables sur les sections cadastrales de La Prinais de 1810 et 1954. Sur les parcelles situées en contrebas de l’emprise (ZK2 et ZK28), les tranchées 4, 5, 7 et 8 ont permis de suivre un fossé orienté plus ou moins est-ouest sur une centaine de mètres dont les quelques fragments d’une céramique non tournée à pâte brun-noir permettraient d’envisager une attribution à un large horizon protohistorique.

2Il est d’autant plus difficile de rattacher cette structure à une occupation précise dans la mesure où aucun site archéologique n’a été localisé dans un environnement proche de notre zone d’intervention. Dans un rayon d’environ 1 km, des entités archéologiques sont bien renseignées sur la carte archéologique de la commune mais aucun site en place n’est identifié. La mention la plus proche est la découverte par m. Tessier de nombreux fragments de tegulae ramassés après le curage d’un ruisseau. L’étier du Bodon placé à l’ouest de l’emprise a aussi livré quelques éléments anthropiques. Les trouvailles ont été réalisées à 1 km au sud du diagnostic. Il s’agit de traces d’une occupation attribuée au Paléolithique et des éléments de briquetage liés à la production de sel. Enfin, dans le village de la Basse-Prinais, un menhir et une occupation gallo-romaine sont indiqués.

3La découverte et l’observation du mobilier lithique (étude lithique : P. Forré) ont cependant permis de dégager de précieuses indications quant à leurs techniques de fabrication et leur provenance. L’une d’entre elles présente des caractéristiques techniques de type Levallois et peut être rapprochée d’une série lithique datée du Paléolithique moyen et collectée sur la commune de Corsept à quelques kilomètres à l’ouest de Saint-Brévin-les-Pins. Les autres outils lithiques reconnus proviennent soit de ramassage ou des niveaux d’argile des tranchées 3A et 3B et témoignent de techniques plutôt en usage à la fin de la Préhistoire. Ces informations complètent les données déjà obtenues sur la présence de communautés préhistoriques dans le secteur mais ne renseignent pas sur leurs lieux installations.

4Notre difficulté à mettre en perspective ces données réside aussi dans le contexte géomorphologique ligérien et la topographie du site. La partie nord du projet est située à la limite du versant et des terrasses alluviales de la Loire, ce qui se traduit à la fois par des sédiments d’inondation et/ou des dépôts de pente. En ce sens, la provenance des vestiges mis au jour dans les tranchées 3A et 3B reste incertaine. L’hypothèse d’un déplacement et d’une accumulation n’est pas à exclure. Il n’en demeure pas moins que ce milieu a permis une très bonne conservation des éléments organiques et notamment des bois gorgés d’eau.

5Leur mise en évidence est particulièrement exceptionnelle dans ce secteur où les vestiges ligneux en contexte alluvial ligérien restent très peu documentés. Au-delà du fait qu’ils témoignent de l’environnement proche du Bodon à une période donnée, leur analyse (étude xylologique : V. Guitton) renseigne sur les choix et les modalités techniques opérées. Les traces d’outils observées plaident en faveur d’une hache en métal.

6Les datations 14C réalisées sur bois et sur os ont confirmé une origine ancienne à placer entre la fin du Néolithique et le début de l’âge du Bronze.

7Ces données enrichissent considérablement la documentation sur les activités du travail du bois au chalcolithique/Bronze ancien dans l’ouest de la France. Leur étude favorise également de très fortes correspondances avec les activités métallurgiques dont on connaît l’importance depuis environ 2700 avant notre ère, le long de la côte atlantique et notamment en Bretagne et en Vendée.

8Les incertitudes d’interprétations fonctionnelles ou technologiques qui subsistent trouveront peut-être une réponse en engageant un questionnement sur les types d’occupations implantées en zones humides. D’autres travaux sont actuellement en cours dans ce sens (Werthe en cours).

Fig. 1 – Plan général du diagnostic

Fig. 1 – Plan général du diagnostic

Sur fond cadastral actuel (2007).

Fig. 2 – Exemples de fragments de pieux extraits de la tranchée 3A

Fig. 2 – Exemples de fragments de pieux extraits de la tranchée 3A

Dessins : A. Guitton, A. Le Boulaire (Inrap).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan général du diagnostic
Crédits Sur fond cadastral actuel (2007).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/32988/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 695k
Titre Fig. 2 – Exemples de fragments de pieux extraits de la tranchée 3A
Crédits Dessins : A. Guitton, A. Le Boulaire (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/32988/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 213k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine Le Boulaire, « Saint-Brévin-les-Pins – Allée de la Prée de Mindin » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Pays de la Loire, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 27 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/32988

Haut de page

Auteur

Antoine Le Boulaire

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Antoine Le Boulaire

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search