Navigation – Plan du site

AccueilRégionsPays de la Loire201072 – SartheMont-Saint-Jean – L’établissement...

2010
72 – Sarthe

Mont-Saint-Jean – L’établissement rural gallo-romain de Roullée

Fouille programmée (2010)
Responsable d’opération : Florian Sarreste

Texte intégral

1Le site de Roullée à Mont-Saint-Jean est mentionné pour la première fois en 1844 et a été interprété d’emblée comme une villa. En 1856, Charles Drouet et Eugène Hucher publient un relevé des fouilles menées en 1844, figurant un bâtiment comportant quatre pièces dont une pourvue d’une mosaïque dans lesquelles se trouvaient 52 sépultures. Ce plan a été reconnu comme celui d’un balnéaire réoccupé par une nécropole. Cet édifice est situé juste au nord de la forêt de Sillé, à proximité de l’une des plus importantes zones de production sidérurgique antique de la région. Cette promiscuité posait la question des relations entretenues entre l’établissement de Roullée et l’activité métallurgique proche. Cette problématique a motivé la reprise des investigations sur le site en 2008. Ce projet a pour but de : définir la chronologie du site ; délimiter son extension ; déterminer l’état de conservation et d’acquérir des données pour établir sa fonction.

2Ce nouveau programme de recherche a débuté par une prospection géophysique (Géocarta ANR CELTECOPHYS), qui a permis la localisation d’un paléochenal et surtout de trois édifices. Ils sont tous orientés de la même façon et distants les uns des autres de 36 à 38 m. Le bâtiment sud, numéroté 3, s’écarte légèrement de l’axe général. Il a été identifié comme le balnéaire mis au jour en 1844. Une première campagne de sondages a été menée en 2009 afin de vérifier la chronologie des bâtiments inédits, numérotés du nord au sud 1 et 2. La fouille se poursuit actuellement dans le cadre d’une opération triennale 2010-2012.

3La campagne de fouille 2010 a porté sur les deux bâtiments 1 et 2, sur le paléochenal, sur l’environnement des bâtiments et sur la reconnaissance des vestiges dans le secteur du balnéaire (uniquement en surface : relevé microtopographique et relevé des anomalies de végétation). Au total, 10 sondages ont été ouverts pour une surface d’environ 480 m2. Une nouvelle construction a été repérée cette année, numérotée 4. Nous n’en connaissons pour l’instant qu’un mur affleurant à la surface du pré, à 10 m à l’est du balnéaire. Il s’agit peut-être d’une portion de la partie résidentielle à laquelle serait accolée l’aile thermale dégagée au xixe s. Dans l’état de nos connaissances, l’établissement compte donc quatre bâtiments et s’étend sur 7 000 m2.

4Aucun vestige antérieur au milieu du ier s. n’a été mis en évidence au cours des deux campagnes de fouilles. Le site de Roullée semble donc être une création ex nihilo. En revanche, l’occupation est bien attestée entre le milieu du ier s. et la fin du IIIe ou le début du ive s. Quelques tessons de céramique du haut Moyen Âge, caractérisés par leur décor à molette, permettent de proposer une fréquentation des bâtiments 1 et 2 entre le viie et le ixe s. C’est à cette époque que se serait installée la nécropole dans le balnéaire, probablement alors ruiné. Rien ne permet d’affirmer une occupation du site entre le ive et le viie s. Ce silence est sans doute dû à notre méconnaissance des productions céramiques locales. Toutefois, on ne peut se fonder sur cet argument a silentio pour prétendre à une occupation continue.

5À l’issue des deux campagnes 2009 et 2010, il est possible de préciser la chronologie d’installation et d’occupation et de proposer des hypothèses sur la fonction de deux de ces édifices.

6Le bâtiment 1, le plus septentrional des édifices repérés, est sûrement construit dans le troisième quart du ier s. de notre ère. Il a peut-être connu une extension vers l’est vers la fin du même siècle. Son occupation se poursuit au moins jusqu’à la fin du iiie s. Les fonctions de ce bâtiment sont multiples et ont pu se succéder dans le temps. L’abondance du matériel (près de 2 000 tessons en tout) et sa qualité (vase de stockage, de cuisson, vaisselle en céramique et en verre) ainsi que la présence d’un hypothétique foyer indique sans aucun doute une fonction résidentielle. La mise au jour d’un four de potier et de plus de 25 kg de déchets de forge (scories, parois de foyer mais aussi chutes métalliques) dans les sondages du bâtiment 1 démontre une vocation artisanale ou du moins de production, l’importance de ces activités étant encore difficile à juger.

7La présence d’un moulin hydraulique à proximité du bâtiment 1, supposée en 2009 en raison de la présence de deux metae de grand diamètre dans cet édifice, n’a pas pu être confirmée cette année. En effet, le fossé qui avait été interprété comme un possible canal de fuite s’est avéré être un caniveau longeant le bâtiment. En outre, le paléochenal identifié sur la prospection géophysique a pu être daté de la période périglaciaire et ne peut donc être rattaché à une installation hydraulique postérieure. L’hypothèse d’un moulin reste valide en raison de la présence des meules. Toutefois, les structures de cette installation en elle-même nous échappent encore.

8Le bâtiment 2, situé entre le balnéaire et l’édifice 1, est globalement mieux conservé. Les constructions (murs parementés liés à la terre et solins) sont plus soignées et leurs relations stratigraphiques permettent de proposer l’existence d’au moins quatre états successifs de construction entre le milieu du ier s. et le haut Moyen Âge. La fonction supposée de cet édifice est en grande partie fondée sur sa morphologie. Il reprend, en effet, un plan standardisé habituellement interprété comme celui d’une grange. Dans notre cas, cette identification ne peut être repoussée et devra être confirmée par la fouille de la pièce rectangulaire qui occupe les deux tiers occidentaux de l’édifice. En outre, la découverte d’une applique de harnachement et d’une hipposandale atteste la présence de chevaux, dont la monte est habituellement réservée à l’élite durant l’époque romaine. Enfin, quelques résidus scoriacés indiquent de possibles activités artisanales dans le bâtiment : forge, travail du verre ?

9La fouille des édifices 1 et 2 se poursuivra en 2011. Cette nouvelle campagne sera également consacrée à des sondages sur le balnéaire et la zone résidentielle afin de délimiter l’emprise des bâtiments et de définir le cours du ruisseau antique.

Fig. 1 – Plan général de l’établissement de Roullée dans l’état 2010

Fig. 1 – Plan général de l’établissement de Roullée dans l’état 2010

Proposition d’emprise du bâtiment 4 et du balnéaire ici restitué dans son extension maximale, d’après la prospection magnétique.

DAO : F. Sarreste (CAPRA).

Fig. 2 – Plan restitué du bâtiment 1

Fig. 2 – Plan restitué du bâtiment 1

DAO : F. Sarreste (CAPRA).

Fig. 3 – Schéma montrant les états successifs proposés pour le bâtiment 2

Fig. 3 – Schéma montrant les états successifs proposés pour le bâtiment 2

DAO : F. Sarreste (CAPRA).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan général de l’établissement de Roullée dans l’état 2010
Légende Proposition d’emprise du bâtiment 4 et du balnéaire ici restitué dans son extension maximale, d’après la prospection magnétique.
Crédits DAO : F. Sarreste (CAPRA).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/33077/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 270k
Titre Fig. 2 – Plan restitué du bâtiment 1
Crédits DAO : F. Sarreste (CAPRA).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/33077/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 547k
Titre Fig. 3 – Schéma montrant les états successifs proposés pour le bâtiment 2
Crédits DAO : F. Sarreste (CAPRA).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/33077/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florian Sarreste, « Mont-Saint-Jean – L’établissement rural gallo-romain de Roullée » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Pays de la Loire, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 27 février 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/33077

Haut de page

Auteur

Florian Sarreste

CAPRA

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Florian Sarreste

CAPRA

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search