Navigation – Plan du site

AccueilRégionsPays de la Loire201085 – VendéeAubigny – La Pâquerie, Zac de la ...

2010
85 – Vendée

Aubigny – La Pâquerie, Zac de la Belle Étoile

Fouille préventive (2010)
Responsable d’opération : Nicolas Pétorin

Texte intégral

1Le site gaulois et antique de La Pâquerie (85 008 0015) est implanté en périphérie nord du bourg d’Aubigny, à une dizaine de kilomètres au sud de La Roche-sur-Yon, le long de l’actuelle RD747 reliant La Roche-sur-Yon à la côte sud-Vendée. Développé sur un haut de versant (65 m NGF), il domine d’une douzaine de mètres le fond du vallon du ruisseau de la Girouardière, affluent secondaire de l’Yon.

  • 22 Pétorin N. 2009 : Aubigny, ZAC de la Belle Étoile, rapport de diagnostic, Inrap.

2Sous son aspect général, l’installation se présente sous la forme de deux enclos quadrangulaires superposés successifs trapézoïdal puis carré délimités par des fossés continus. Dès le diagnostic, les modules relativement importants de ces creusements (de 2,50 à 4,50 m de large, pour 1,20 à 2 m de profondeur), mais aussi l’abondance et la qualité du mobilier archéologique piégé dans leurs comblements, ainsi que la densité des vestiges repérés dans l’enceinte, avaient permis d’envisager l’hypothèse d’un établissement rural sinon « aristocratique », tout du moins significativement plus aisé qu’une ferme indigène « standard »22.

3La fouille, réalisée au cours du printemps et de l’été 2010, a globalement confirmé cette tendance. Cependant les résultats en cours d’étude laissent pour l’heure de nombreuses questions en suspens, relatives notamment au statut de ce site, mais aussi à son organisation spatiale. Ainsi, la vision initiale, au travers des fenêtres de diagnostic, d’une occupation intégralement circonscrite au sein de l’emprise du projet a-t-elle été partiellement prise à défaut par les prolongements de fossés vers le sud (sous un lotissement), ainsi qu’un nombre non négligeable de vestiges (fosses, trous de poteaux...) disséminés en dehors des limites de l’enceinte principale dans cette même direction.

4L’inventaire et l’étude en cours du mobilier archéologique collecté – principalement céramique –, font ressortir, en première approche, une occupation continue des lieux couvrant la transition entre période gauloise et gallo-romaine, de La Tène finale à la deuxième moitié du ier s. de notre ère. Des abondants rejets d’amphores républicaines aux importations précoces de vaisselle antique de qualité, tous les indices semblent confirmer un contexte social plutôt aisé, ainsi qu’une bonne intégration dans les réseaux commerciaux de diffusion des productions « nouvelles ».

5La trame générale de l’organisation fossoyée se met en place en deux phases successives, au cours de la période gauloise : tout d’abord sous l’aspect d’un vaste U ouest-est (7 350 m2) aux branches dissymétriques (118 m au nord, 70 m au sud), ouvert à l’est, puis d’un « presque » carré (de 83 à 87 m de côté, angle sud-est « tronqué », 7 450 m2), orienté nord-sud et est-ouest, reprenant le tracé de deux des côtés (sud et ouest) du dispositif initial.

6Les grandes lignes de ce dispositif seront globalement respectées durant toute l’occupation gauloise puis gallo-romaine du site, avec, pour la plupart des fossés, des phases d’abandon total ou partiel, de colmatages volontaires (entrées) et des curages, intégraux ou par tronçons. Les seules adjonctions notables (gauloise tardive puis gallo-romaine ?) complétant ce réseau fossoyé « fondateur », sont, respectivement, une petite extension éphémère du fossé sud vers l’est (complétant et remplaçant l’angle « biseauté » sud-est), puis deux petits fossés obliques (axe sud-ouest – nord-est) subparallèles délimitant l’enclos sur son côté oriental (et tronquant à nouveau l’angle sud-est).

7Des branches dissymétriques du premier enclos en U à cette double délimitation finale sud-ouest – nord-est, en passant par le biseautage de l’angle sud-est du « presque » carré, il semble se dessiner, en négatif, l’existence

8d’une « contrainte » extérieure, préexistante et pérenne (tracé d’un « grand chemin » gaulois ?). En contradiction avec cette hypothèse, on notera que durant tout le fonctionnement du site, c’est son côté ouest (opposé au tracé de l’éventuel « grand chemin ») qui fait office de façade, révélant les classiques caractéristiques ostentatoires (fossé plus large et profond, talus, etc.) et les aménagements d’entrée et franchissement.

9L’étude des éléments de l’organisation interne du site n’est pas assez avancée pour pouvoir en déduire des données pertinentes. Signalons malgré tout la présence de deux puits successifs (l’un gaulois, l’autre maçonné très probablement antique), de classiques greniers à 4 poteaux (voire éventuelles petites tours ?), mais aussi d’une fosse probable de stockage par enfouissement partiel de gros vases et diverses structures de combustions (soles de foyers, fonds de fours ou simples fosses rubéfiées...).

10Concernant les bâtiments principaux, l’intérêt évident de la fouille est de pouvoir suivre l’évolution architecturale (plans mais aussi techniques de construction) d’édifices relativement imposants, de la structure classique sur poteaux porteurs aux premières fondations maçonnées, en passant par les tranchées de palissades ou de poutres sablières basses. Ainsi, le premier (?) bâtiment « résidentiel » gaulois, isolé en partie haute de l’enclos (à l’est), est une vaste construction d’environ 9 m x 12 m – avec porches opposés (ouest et est) –, dont la massivité des principaux poteaux porteurs (trous de 1,50 m de diamètre pour 1 m de profondeur conservée) suggère l’existence probable d’un étage.

11D’autres concentrations de trous de poteaux et/ou fonds de petites tranchées apparaissent disséminées sur l’ensemble de l’espace interne de l’enclos, mais c’est principalement dans l’angle sud-ouest qu’est concentré l’essentiel des informations. Ici est en effet parfaitement conservée, en arrière d’une arase du talus gaulois, une succession de constructions de grande ampleur, très probablement toutes en bois ou terre/bois, se complétant ou se remaniant au fur et à mesure de l’évolution du site. À cet ensemble de bâtiments, cours et portiques (?) qui, au final, s’étend sur une trentaine de mètres de long et une quinzaine de large, parallèlement au grand fossé de façade, est accolée, au terme de l’évolution, une construction carrée sur fondations maçonnées légères, de 12 m x 12 m.

12De façon somme toute assez brutale, l’évolution du site de La Pâquerie se voit définitivement bloquée au cours de la seconde moitié du ier s. de notre ère, sans que des indices tangibles de « dégénérescence » y aient été relevés. Aucun argument irréfutable ne permet, pour cette occupation a priori en plein essor, de trancher entre une fin accidentelle/catastrophiste et une « délocalisation » sous la forme d’un possible domaine gallo-romain de type villa. La coïncidence de l’abandon de La Pâquerie avec la période du plein développement des villae en Gaule, n’est peut-être pas fortuite, et il est assez tentant de proposer que le siège de ce nouveau domaine ait simplement été déplacé.

Fig. 1 – Plan général du site

Fig. 1 – Plan général du site

La Tène finale/ier s. de notre ère.

DAO : E. Péan (Inrap).

Haut de page

Notes

22 Pétorin N. 2009 : Aubigny, ZAC de la Belle Étoile, rapport de diagnostic, Inrap.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan général du site
Légende La Tène finale/ier s. de notre ère.
Crédits DAO : E. Péan (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/33100/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 692k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Pétorin, « Aubigny – La Pâquerie, Zac de la Belle Étoile » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Pays de la Loire, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 06 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/33100

Haut de page

Auteur

Nicolas Pétorin

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Nicolas Pétorin

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search