Navigation – Plan du site

AccueilRégionsPays de la Loire201085 – VendéeCommune de Curzon

2010
85 – Vendée

Commune de Curzon

Prospection inventaire (2010)
Responsable d’opération : Emmanuel Ferré

Entrées d’index

Année de l'opération :

2010

Nature de l'opération :

prospection inventaire
Haut de page

Texte intégral

1La prospection inventaire engagée en 2010 avait pour objectif d’étudier l’histoire de la commune de Curzon par la prise en compte des témoignages écrits et oraux, ainsi que par l’étude des vestiges matériels subsistants (céramiques antiques, sépultures mérovingiennes, crypte de l’église, souterrains). La commune était vraisemblablement, comme d’autres dans le secteur du golfe des Pictons, une cité portuaire active autour du viiie s.

2Le projet comporte plusieurs aspects susceptibles d’évoluer au fil des investigations :

  • repérer et consigner l’ensemble des témoignages oraux et écrits subsistants ;

  • reconstituer une vue d’ensemble des différents lieux d’occupation humaine, à partir de projections, hypothèses et simulations, confirmées ou infirmées sur le terrain ;

  • collecter sur les terrains agricoles, les indices de surface d’occupations humaines anciennes.

3La prospection menée en 2010 fournit quelques pistes susceptibles d’approfondissement de terrain, pour des fouilles ultérieures. D’autres indices méritent d’être étudiés afin d’appréhender de façon globale l’évolution historique de cette ancienne cité maritime.

4La Carte archéologique nationale mentionne quatre entités archéologiques : l’église Saint-Romain (85 077 001AH), le château (85 077 002AH),

5La Grenouillère (85 077 003AH), Pont Désiré (85 077 004AP). L’église a été peu étudiée. Cependant, la crypte constitue, entres autres, le départ de un ou deux souterrains. Plusieurs personnes ont emprunté, il y a plus de cinquante ans ces ouvertures. Le site du château, tel qu’il est positionné sur la Carte archéologique nationale, correspond à l’emplacement de fondations massives en pierre, de sépultures avec sarcophages de pierre, qui ont été mis au jour lors de travaux d’aménagements (vers les années 2000). La zone est située au niveau des lieux-dits Le Petit Logis, La Porte et Le Prieuré sur le cadastre napoléonien, elle est occupée actuellement par un terrain de pétanque et un camping municipal. La tradition orale et les traces observables au sol suggèrent l’emplacement plus ancien d’une forteresse, probablement antérieure à 1200. Aucune étude particulière n’a été menée sur les sites de La Grenouillère et de Pont-Désiré.

6D’autres sites ont également pu faire l’objet de prospections. Aux Fontenelles, d’anciens bâtiments, l’emplacement d’altitude élevée et des indices de fondations suggèrent une occupation antique de ces lieux. Ce site est également indiqué comme l’emplacement d’une source (existant toujours) où furent retrouvés (Abbé Baudry) différents objets gallo-romains, aujourd’hui égarés. À Saint-Benoist-sur-Mer, au Grand Moulin un secteur, appelé Pièce du Charnier pourrait correspondre à l’emplacement de sépultures de l’Antiquité tardive (ve s.). Les zones agricoles dites de La Poule et de La Chèvre pendue ont livré de grandes quantités de tessons de céramiques couvrant une large période, du Néolithique à l’Époque moderne (xviiie s.). Le cadastre napoléonien mentionne un Moulin de la Poule. La Cour correspond au périmètre du Grand Logis, emplacement d’une ancienne tour. Plusieurs effondrements de souterrains correspondent au centre du promontoire rocheux sur lequel le bourg actuel se développe. La zone a probablement été, à une époque située entre le xiiie et xve s., particulièrement occupée.

7Le croisement des indices de sites déjà mentionnés avec les nouvelles prospections, complété par l’étude des sources écrites, confirme la fonction relativement importante de cet ancien prieuré autour du xie s. La prospection engagée en 2010 offre différentes perspectives et plusieurs orientations pourraient faire l’objet d’approfondissements :

  • des traces ténues (matériaux bruts, nombreux racloirs, probables pointes de flèches) peuvent indiquer d’éventuelles occupations néolithiques ;

  • certains vestiges de constructions suggèrent une occupation romaine et gauloise ;

  • localisation précise de certaines constructions mentionnées dans les sources écrites de la période médiévale et dans la bibliographie (motte antique et castrum, burgus consularis, port médiéval vers le xe s.) ;

  • inventaire et relevé d’un réseau de souterrains ;

  • étude de la variation du niveau de marnage du ier au xiiie s. impactant l’activité de ce secteur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuel Ferré, « Commune de Curzon » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Pays de la Loire, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 03 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/33107

Haut de page

Responsable d’opération

Emmanuel Ferré

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search