Navigation – Plan du site

AccueilRégionsPays de la Loire201085 – VendéeLa Guyonnière – Le Gardou

2010
85 – Vendée

La Guyonnière – Le Gardou

Fouille préventive (2009)
Responsable d’opération : Marie-Laure Hervé-Monteil

Texte intégral

1L’opération conduite au lieu-dit Le Gardou sur la commune de La Guyonnière, dans la partie septentrionale du département de la Vendée, a permis de mettre en évidence un espace funéraire qui se développe sur une surface de 650 m2. Cet ensemble, utilisé entre la fin du ier s. et le courant du iie s. de notre ère, compte 39 structures qui s’organisent en quatre groupes. Ces derniers se développent le long de deux axes perpendiculaires non matérialisés, mais qui correspondent probablement à des cheminements. Les structures identifiées sont toutes liées aux pratiques funéraires et plus particulièrement à celle de la crémation. Il s’agit de 18 sépultures avérées avec ossuaires (simples ou mixtes), de 5 dépôts de vases en fosse que l’absence d’ossements ne permet pas de qualifier d’ossuaires, de 14 creusements au comblement charbonneux et de 2 structures dont la fonction reste indéterminée. Les sépultures en ossuaire, enfouies sous une vingtaine de centimètres de terre végétale, sont relativement arasées et seule la moitié peut être considérée comme entière. Certaines sont d’ailleurs encore pourvues de leur couvercle en céramique. Il s’agit dans tous les cas de sépultures individuelles avec prélèvement partiel et non trié des ossements sur le bûcher, à l’exception d’une tombe. Dans la majorité des cas, les restes du défunt sont déposés dans une urne en céramique ou en verre et associés à un dépôt charbonneux qui a la particularité, à de rares exceptions près, de ne contenir aucun vestige osseux. Ce dépôt de combustion est le plus souvent en contact avec l’ossuaire et parfois déposé dans un coffrage en matériaux périssables, tout comme certaines urnes. Les ossuaires reposent dans des fosses, qui, exceptées deux sépultures, sont de taille supérieure à celle du récipient. Dans la moitié des cas environ, un petit surcreusement est aménagé dans le fond de la fosse à l’aplomb de l’ossuaire, sans que ce dernier y repose obligatoirement, ce qui suggère l’existence d’un élément putrescible sous les vases. Aucune relation n’a pu être mise en évidence avec les fosses charbonneuses adjacentes, si ce n’est que leur comblement ne diffère en rien de celui accompagnant les fosses avec ossuaire. Les faibles indices archéologiques répertoriés aujourd’hui sur la commune de La Guyonnière ne nous permettent pas de préciser si cet espace funéraire est à rapprocher d’une villa ou d’un établissement rural. Quoi qu’il en soit, cette fouille vient enrichir le corpus encore maigre des nécropoles et sépultures isolées de la région, pour le Haut-Empire.

Fig. 1 – Plan synthétique des structures funéraires

Fig. 1 – Plan synthétique des structures funéraires

DAO : M.-L. Hervé-Monteil (Inrap).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan synthétique des structures funéraires
Crédits DAO : M.-L. Hervé-Monteil (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/33112/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 498k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Laure Hervé-Monteil, « La Guyonnière – Le Gardou » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Pays de la Loire, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 04 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/33112

Haut de page

Auteur

Marie-Laure Hervé-Monteil

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Marie-Laure Hervé-Monteil

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search