Skip to navigation – Site map

HomeExcavations districtsPays de la Loire201085 – VendéeLes Magnils-Reigniers – Prieuré S...

2010
85 – Vendée

Les Magnils-Reigniers – Prieuré Saint-Nicolas

Étude de bâti (2010)
Archaeological project director: Patrick Bouvart

Full text

  • 24 Enlart C. 1929 : Manuel d’archéologie française, p. 718.
  • 25 Idem.

1Un bâtiment dénommé « prieuré » est situé au sud de l’église paroissiale des Magnils-Reigniers. Il est protégé au titre des Monuments historiques par un arrêté du 3 décembre 1906. Son intérêt architectural est jusqu’à présent suggéré par quelques rares mentions dans des publications archéologiques24, mais il n’a pas encore suscité d’étude détaillée. La construction est en partie attribuée au xive s.25. Elle a déjà subi plusieurs campagnes de restauration, notamment une remise en état de la couverture en 1994. Le souci de sauvegarder les données stratigraphiques et d’obtenir des informations pour un parti de restauration a conduit l’architecte du Patrimoine Marie-Pierre Niguès à solliciter le bureau d’études Hadès pour une expertise archéologique préalable à tous nouveaux travaux. L’opération a été effectuée en deux jours par deux archéologues. Elle a consisté en une analyse sommaire des élévations. Elle a inclus des piquages manuels d’enduits et des relevés complémentaires aux plans, coupes et élévations mis à disposition par l’architecte.

  • 26 Dictionnaire toponymique mis en ligne sur le site des Archives départementales de la Vendée s. v. M (...)
  • 27 Beauchet-Filleau H. 1868 : Pouillé du diocèse de Poitiers, Poitiers et Niort, p. 57.
  • 28 Elle intègre le doyenné de Mareuil-sur-le Lay (cf. La Fontenelle de Vaudoré A. D. 1847 : Histoire d (...)
  • 29 Du Tressay 869 : Histoire des moines et des évêques de Luçon, p. 246.

2Le contexte historique est appréhendé par le biais de rares mentions bibliographiques. L’église paroissiale Saint-Nicolas des Magnils-Reigniers n’apparaît dans les sources qu’à partir du xive s.26, même si sa construction est actuellement attribuée au xiie s. Le Pouillé du diocèse de Poitiers signale à cette période un prieuré27. Il est probablement associé à la cure. En 1317, lorsque l’abbaye de Luçon est érigée en cathédrale, l’église des Magnils-Reigniers intègre les possessions de l’évêché28. En 1347, l’évêque Renaud la rattache, avec ses droits et ses revenus, à la charge de trésorier de la cathédrale. Cette affectation peut avoir suscité une première construction adjacente à l’édifice de culte, mais elle ne justifie pas nécessairement une habitation. En effet, l’une des clauses imposées au trésorier est de résider au monastère de Luçon29. La fonction d’une construction éventuellement datée du xive s. reste donc à définir.

  • 30 Médiathèque de Poitiers, Fonteneau, t. XXXIV, p. 659.
  • 31 La Fontenelle de Vaudoré A. D. 1847, vol. 2, p. 465.
  • 32 La Fontenelle de Vaudoré A. D. 1847, vol. 2, p. 729.

3D’autres événements postérieurs pourraient justifier des investissements immobiliers sur le site ou des transformations des bâtiments existants. En 1494, l’éviction de Mathurin de Dercé du siège épiscopal de Luçon aboutit à une transaction entre celui-ci et son opposant Pierre de Sacierge30. Mathurin de Dercé cède tous ses droits à l’évêché de Luçon, mais obtient en contrepartie la terre des Magnils et une rente de 400 livres. La durée de détention de ces biens n’est pas encore connue, mais cette terre figure à nouveau parmi les biens épiscopaux au xviie s. Un dénombrement produit le 25 mars 1640 par l’évêque Pierre de Nivelle en témoigne ; la « châtellenie de Magnils-Regniers » y figure31. En 1738, la terre des Magnils procure encore 4 900 livres de revenus à l’évêché de Luçon32. C’est l’une des plus importantes, après celle de Choupeau.

  • 33 5,28 m x 15,70 m en œuvre.
  • 34 Dans un autre contexte, la porterie du château archiépiscopal de Lormont aurait également servi de (...)

4Bien qu’incomplète, l’analyse des élévations permet de distinguer plusieurs phases. Lors de la première, l’édifice est déjà séparé de l’église Saint-Nicolas par une ruelle. Le passage entre les deux bâtiments est contrôlé par une porte surmontée d’une coursière protégée par un parapet crénelé. La construction est orientée est-ouest, parallèlement à l’église. Elle est établie sur un plan rectangulaire33 avec deux tours polygonales disposées en flanquement sur la façade orientale. Deux grandes portes au rez-de-chaussée l’apparentent à une porterie. Un espace en sous-sol dans la tour sud évoque un cul de basse-fosse. Les étages possèdent peu d’aménagements pouvant traduire une fonction résidentielle. L’ensemble pourrait donc correspondre à une porterie avec étages servant de « parquet pour la justice ». Cette disposition est connue dans diverses implantations monastiques. L’abbaye cistercienne de Valence à Couhé, dans la Vienne en possède un exemple34.

  • 35 « Endroit d’où se faisait d’ordinaire les publications » (La Fontenelle de Vaudoré A. D. 1847, p. 2 (...)

5Dans le cas des Magnils-Reigniers, la relation entretenue entre la supposée salle du parquet et l’église où pouvait se tenir une assemblée apparaît exceptionnelle. En effet, si l’on tient compte de l’ensemble des décors, la justice semble mise en scène. Une ouverture dans l’élévation du transept de l’église pourrait correspondre à une huche35. L’annonceur s’adressait à l’assemblée en attente d’un jugement au même niveau que des anges buccinateurs peints sur le mur sud du transept. La déclaration du verdict prenait ainsi un caractère sacré en participant à l’iconographie.

  • 36 Du Tressay 1869 : Histoire des moines et des évêques de Luçon, Paris, Lecoffre fils, p. 246.

6Les quelques connaissances historiques autorisent à émettre l’hypothèse d’une construction établie à la suite du rattachement de l’église des Magnils à la charge de trésorier de la cathédrale. Cette nouvelle affectation du site a eu lieu en 1347, sous l’égide de l’évêque de Luçon Renaud36. Les droits et les revenus associés à cette charge demeurent inconnus, mais ils comprennent probablement l’exercice d’une justice. Un démembrement de la châtellenie de Luçon est donc possible. Il expliquerait la mention de « châtellenie de Magnils-Reigniers » au xviie s.

  • 37 Médiathèque de Poitiers, Fonteneau, t. XXXIV, p. 659.

7Lors des phases suivantes, la porte charretière du pignon oriental est réduite à une simple porte. Les niveaux de planchers des premier et second étages sont modifiés. Des baies sont alors percées dans les pignons pour éclairer le premier étage. Ces transformations pourraient accompagner la construction d’une extension au sud. Le style d’une cheminée intégrée au mur sud évoque la fin du xve s. ou le début du xvie s. L’hypothèse d’une phase attribuée à Mathurin de Dercé est donc envisageable37. Toutefois, elle n’est pas encore assurée. En effet, l’observation des élévations du bâtiment en extension sur des photographies anciennes n’offre aucun indice supplémentaire pour attester cette chronologie. L’hypothèse d’un remploi d’une cheminée lors d’une phase moderne ne doit donc pas être écartée.

8Une ou plusieurs phases de démolition ont pu avoir lieu, mais leur chronologie et leurs motivations demeurent indéterminées. Une reconstruction du sommet de la tour sud incorpore des pots en céramique avec les ouvertures tournées vers l’espace intérieur. Cet aménagement est identifiable à un pigeonnier, les pots servant de boulins.

9Lors de la dernière phase, une porte et une fenêtre sont percées dans la façade orientale. Le rez-de-chaussée est divisé en deux par une maçonnerie transversale. Il est aménagé en étable ou en bergerie.

Fig. 1 – Bâtiment séparé de l’église par un passage défendu

Fig. 1 – Bâtiment séparé de l’église par un passage défendu

Cliché : P. Bouvart (Hadès).

Fig. 2 – Bâtiment au sud de l’église paroissiale

Fig. 2 – Bâtiment au sud de l’église paroissiale

DAO : M.-P. Niguès, P. Bouvart (Hadès).

Fig. 3 – Façades sud et ouest du bâtiment au sud de l’église paroissiale

Fig. 3 – Façades sud et ouest du bâtiment au sud de l’église paroissiale

Cliché : P. Bouvart (Hadès).

Fig. 4 – Huche dans le bras de transept sud de l’église

Fig. 4 – Huche dans le bras de transept sud de l’église

Cliché : P. Bouvart (Hadès).

Top of page

Notes

24 Enlart C. 1929 : Manuel d’archéologie française, p. 718.

25 Idem.

26 Dictionnaire toponymique mis en ligne sur le site des Archives départementales de la Vendée s. v. Magnils-Reigniers (Les) (De maniliis, De Magniliis, xive s. (GG) ; De Magnelis, 1533 (Ms. de Luçon) ; De Magnellis, 1390 (Cart. de Talmont) ; Les Magnez, 1570 (Dom Fonteneau) ; De MagnelisRegneriis, 1606 (Synode) ; De Manillis, De Magnillis, xviiie s. (Livre Rouge).

27 Beauchet-Filleau H. 1868 : Pouillé du diocèse de Poitiers, Poitiers et Niort, p. 57.

28 Elle intègre le doyenné de Mareuil-sur-le Lay (cf. La Fontenelle de Vaudoré A. D. 1847 : Histoire du monastère et des évêques de Luçon, Fontenay-le-Comte, Ardin, vol. 2).

29 Du Tressay 869 : Histoire des moines et des évêques de Luçon, p. 246.

30 Médiathèque de Poitiers, Fonteneau, t. XXXIV, p. 659.

31 La Fontenelle de Vaudoré A. D. 1847, vol. 2, p. 465.

32 La Fontenelle de Vaudoré A. D. 1847, vol. 2, p. 729.

33 5,28 m x 15,70 m en œuvre.

34 Dans un autre contexte, la porterie du château archiépiscopal de Lormont aurait également servi de parquet (information de Jean-Luc Piat, archéologue, Hadès).

35 « Endroit d’où se faisait d’ordinaire les publications » (La Fontenelle de Vaudoré A. D. 1847, p. 238). Hucher signifie appeler en criant ou en cornant (Littré, s. v.).

36 Du Tressay 1869 : Histoire des moines et des évêques de Luçon, Paris, Lecoffre fils, p. 246.

37 Médiathèque de Poitiers, Fonteneau, t. XXXIV, p. 659.

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1 – Bâtiment séparé de l’église par un passage défendu
Credits Cliché : P. Bouvart (Hadès).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/33118/img-1.jpg
File image/jpeg, 1.7M
Title Fig. 2 – Bâtiment au sud de l’église paroissiale
Credits DAO : M.-P. Niguès, P. Bouvart (Hadès).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/33118/img-2.jpg
File image/jpeg, 423k
Title Fig. 3 – Façades sud et ouest du bâtiment au sud de l’église paroissiale
Credits Cliché : P. Bouvart (Hadès).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/33118/img-3.jpg
File image/jpeg, 1.9M
Title Fig. 4 – Huche dans le bras de transept sud de l’église
Credits Cliché : P. Bouvart (Hadès).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/33118/img-4.jpg
File image/jpeg, 1.9M
Top of page

References

Electronic reference

Patrick Bouvart, “Les Magnils-Reigniers – Prieuré Saint-Nicolas” [Note of archaeological project], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [Online], Pays de la Loire, Online since 01 September 2019, connection on 20 June 2021. URL: http://journals.openedition.org/adlfi/33118

Top of page

About the author

Patrick Bouvart

Hadès

By this author

Top of page

Archaeological project director

Patrick Bouvart

Hadès

Project(s) supervised by this archaeologist

Top of page

Copyright

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search