Navigation – Plan du site

AccueilRégionsPays de la Loire201085 – VendéeSainte-Hermine – L’Anglée

2010
85 – Vendée

Sainte-Hermine – L’Anglée

Fouille préventive (2010)
Responsable d’opération : Aurélien Sartou

Texte intégral

1L’opération s’est déroulée sur une emprise de 6 000 m2, au sud du bourg de Sainte-Hermine, au sommet d’un plateau prenant place au sein d’un méandre de la Smagne. La fouille fait suite à un diagnostic effectué en 2006 par Bertrand Poissonnier à proximité des vestiges d’une villa sondée dans les années 1960 par André et Jean Bujeaud. Les résultats de ce diagnostic ont justifié une fouille avant la création d’un centre de loisirs par la Communauté de communes du Pays de Sainte-Hermine. Cette fouille a permis de mettre au jour environ 700 structures appartenant à des occupations allant du milieu de l’âge du Fer à nos jours. Les résultats ne sont encore que partiels mais ils permettent d’ores et déjà d’appréhender l’évolution du site.

Une occupation protohistorique restreinte

2Outre quelques traces résiduelles de débitage de silex, la plus ancienne occupation du site est datée par la céramique de la fin du premier âge du Fer ou du début du second âge du Fer. On ne peut actuellement pas définir le type d’occupation pour cette période.

3Il faut attendre la fin du second âge du Fer pour voir apparaître une implantation plus importante au nord-est de l’emprise. Cette occupation se caractérise par le creusement d’un grand fossé nord-sud profond de 2 m en moyenne et large de 3 à 4 m. À l’est de ce fossé, deux bâtiments sur poteaux dont la fonction n’est pas définie ont été identifiés. Cette occupation semble se développer vers le nord-est en dehors de l’emprise de fouille. Dans les années 1960, André et Jean Bujeaud avaient émis l’hypothèse de la présence d’un grand fossé venant barrer l’éperon au nord du site. Les éléments dont nous disposons ne nous permettent pas de rattacher cette occupation à la présence d’un éperon barré.

Une villa agricole

4Au début de notre ère, on assiste à une restructuration de l’espace. Le grand fossé est comblé et un bâtiment sur poteaux et solins est construit. Il semble correspondre à une dépendance d’un premier état de la villa. Celle-ci pourrait être délimitée à l’ouest par un mur de clôture pouvant se poursuivre jusqu’à un petit bâtiment quadrangulaire de 5,50 m de long et 4,50 m de large, assimilable à un porche (bâtiment VII). Des traces fugaces d’ornières orientées est-ouest, pourraient confirmer cette hypothèse. Les vestiges d’un muret effondré, parallèle au mur de clôture, ont également été mis au jour. Il s’agissait d’un muret d’environ 2,20 m de haut couronné par un cylindre en béton, présentant sur son parement ouest des joints tirés à la pointe. Il s’agit pour le moment des seules structures attribuables à cette première phase de construction de la villa.

5Dans le courant du ier s. de notre ère, le bâtiment sur poteaux est détruit, le muret est effondré mais n’est pas totalement récupéré. Les déblais semblent être utilisés pour rehausser le niveau de sol de l’ensemble d’un bâtiment de 25 m de long et 17 m de large subdivisé en 5 pièces (bâtiment V). La pièce centrale carrée mesure 17 m de côté. Quatre plots maçonnés sont présents au centre de chacun des quarts de la pièce. Large de 1 m, ces plots ont pour rôle le support de poteaux ou de colonnes qui viennent soulager la charpente. La découverte dans le comblement d’un silo, postérieur au bâtiment, d’un tambour de colonne en calcaire mesurant 0,80 m de diamètre nous laisse envisager la présence de colonnes sur ces plots. Les canons antiques permettraient de restituer une hauteur de 5,60 m pour ces colonnes. De part et d’autre de cette grande pièce, se trouvent deux petites pièces oblongues. La pièce orientale, séparée de la pièce centrale par une partie du mur de clôture du premier état, est divisée en trois cellules, deux carrées à chaque extrémité et une rectangulaire au centre. Le plan de ce bâtiment l’apparente aux granges standardisées que l’on retrouve sur de nombreux sites. Leur fonction n’est pas bien connue, la pièce centrale aurait pu servir au stockage du foin et du matériel agricole alors que les pièces annexes pouvaient être utilisées pour d’autres activités.

6Un autre bâtiment, situé dans le même alignement que les bâtiments V et VII et au sud de ce dernier, a été mis au jour (bâtiment VI). D’axe nord-sud, il mesure 13 m de long sur 9 m de large. Il est divisé en trois pièces. La première, carrée, mesure 6 m de côté.

7Elle est flanquée au sud d’une seconde pièce de 6 m sur 3 m. Cet ensemble est entouré au sud et à l’est par une pièce en forme de L. Les fondations de ce bâtiment sont très étroites et peu profondes. Elles ne permettent pas d’envisager une élévation maçonnée mais plutôt un mur bahut supportant une élévation en matériaux périssables de type pans de bois ou torchis. La fonction de ce bâtiment demeure inconnue mais une construction de même plan a été mise au jour sur le site du Vendéopôle sud à Fontenay-le-Comte, à une dizaine de kilomètres du site.

8Ces bâtiments délimitent à l’ouest un espace qui pourrait correspondre à une vaste cour. Deux ensembles de maçonneries (bâtiments III et IV), découverts dans les année 1960, peuvent être rattachés à cette seconde phase. Ils pourraient correspondre aux bâtiments résidentiels de la pars urbana venant fermer au nord la grande cour.

9Une troisième phase de construction n’a pas été mise en évidence dans l’emprise de fouille mais la reprise des données des fouilles des années 1960 a permis de comprendre la chronologie relative de bâtiments aujourd’hui entièrement détruits par les infrastructures modernes. Cette phase voit donc la création d’un nouveau mur d’enclos à l’ouest de la villa, celui-ci s’appuie sur le mur nord du bâtiment V et se développe vers le nord. Il possède une orientation légèrement différente de celle des phases 1 et 2. Deux nouveaux bâtiments suivent ainsi la même orientation. Le premier (bâtiment II), au nord-est, n’a été que partiellement perçu par les sondages. Le second, à l’est du bâtiment III, correspond à l’aile thermale de la villa (bâtiment I). Seuls le système de chauffage par hypocauste a été retrouvé ainsi que des fragments d’enduits peints et de vitrage. Enfin, à une époque indéterminée, les deux bâtiments III et IV sont reliés par une maçonnerie oblique dont la fonction demeure inconnue.

10Les datations précises de ces phases de construction ne nous sont malheureusement pas connues. Le mobilier découvert en fouille s’échelonne du ier s. de notre ère au iiie s. où un trésor monétaire est enfoui à proximité du bâtiment IV. Nous avons également mis au jour, dans une fosse creusée au milieu de la cour, un ensemble de mobilier métallique en attente de recyclage et une dizaine de monnaies datées du dernier quart du iiie s. de notre ère. Cette thésaurisation pourrait correspondre à une période de troubles expliquant le déclin de la villa.

Une réoccupation au viie et viiie s. de notre ère

11Au viie et viiie s., une petite communauté s’installe à l’emplacement de la villa. Les murs et les fondations font l’objet de récupération de matériaux. De petites unités familiales s’établissent en différents points du site. Ces occupations se caractérisent par des fonds de cabanes associés à des fosses dépotoirs et à de petits ensembles sépulcraux. Le mobilier issu de ces structures est très homogène. Il témoigne de la vie quotidienne (céramique en quantité assez importante, restes de faune) et d’activité domestique avec la présence d’un lissoir en verre servant au travail du lin. Le stockage des denrées était assuré par des silos installés à l’emplacement du bâtiment V.

12Les restes de quinze individus ont été retrouvés sur l’emprise de la fouille. Les modes d’inhumation sont assez similaires. On dénombre sept sépultures simples en coffre en bois avec parfois quelques blocs pour caler les planches, une sépulture double d’une femme et d’un enfant en bas âge. Trois autres individus sont déposés côte à côte dans un fond de cabane désaffecté. Ils portaient sur eux des perles en pâte de verre caractéristique de la fin du vie et du viie s. Enfin, trois autres inhumations ont été découvertes dans un fond de cabane moins bien conservé. Ces derniers individus ont été déplacés a posteriori. Les études de ces sépultures sont actuellement en cours.

13Le site mis au jour à Sainte-Hermine a livré de nombreuses informations sur l’occupation de cette partie du village. Les nombreuses découvertes effectuées ces dernières années sur la commune et aux alentours, permettront de mieux comprendre l’occupation de ce secteur de la Vendée durant l’Antiquité et la période mérovingienne.

Fig. 1 – Plan général des structures mises au jour et vestiges découverts par A. et J. Bujeaud dans les années 1960

Fig. 1 – Plan général des structures mises au jour et vestiges découverts par A. et J. Bujeaud dans les années 1960

DAO : A. Sartou (Éveha).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan général des structures mises au jour et vestiges découverts par A. et J. Bujeaud dans les années 1960
Crédits DAO : A. Sartou (Éveha).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/33120/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurélien Sartou, « Sainte-Hermine – L’Anglée » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Pays de la Loire, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 18 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/33120

Haut de page

Auteur

Aurélien Sartou

Éveha

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Aurélien Sartou

Éveha

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search