Navigation – Plan du site

AccueilRégionsPays de la Loire201085 – VendéeSallertaine – Rairé

2010
85 – Vendée

Sallertaine – Rairé

Sondage (2010)
Responsable d’opération : Gérard Benéteau-Douillard

Entrées d’index

Année de l'opération :

2010

Nature de l'opération :

opération de diagnostic
Haut de page

Texte intégral

1Cette opération, complétant un inventaire réalisé en 2009, consistait à pratiquer un sondage sur une ligne de quatre pierres, en grès (dont trois étaient couchées), repérées à la fin du xixe s., puis par la géomorphologue Mireille Ters, dans les années 1960, qui leur attribue le statut de « menhirs », à la suite d’un petit sondage des sédiments pratiqué à une des bases.

2Ces quatre pierres sont érigées dans une prairie légèrement pentue, à la limite des inondations du marais voisin, bien que les riverains nous aient mentionné plusieurs submersions de celles-ci. Ces monolithes ne sont pas isolés et 18 autres ont été répertoriés dans les environs immédiats. Leur situation géographique, sur un promontoire surplombant de quelques mètres le marais Breton-Vendéen, leur confère une possible symbolisation territoriale, peut être en rapport avec le paysage lui-même (le marais a été bien plus souvent recouvert d’eau qu’il ne l’est actuellement).

3Le sondage a permis de retrouver les quatre fosses d’implantation.

4La surface de celles-ci est surdimensionnée par rapport aux pierres implantées, alors que leurs profondeurs n’excèdent pas 15 à 20 cm dans le bri local.

5Deux d’entre elles possèdent un calage ; encore que bien faible pour l’une d’elles, ce qui peut faire soupçonner des blocages en bois.

6Aucun artefact, ni charbon de bois n’ont été découverts au cours de la fouille, ce qui fait que l’on ne peut donner aucune attribution culturelle à cette architecture. Cependant, en fonction des observations périphériques faites, ce groupe de pierres participe probablement à une structuration anthropique du territoire environnant, liée semble-t-il, aux courbes du relief.

7L’absence d’artefacts néolithiques, malgré tout très souvent observés à proximité des menhirs, peut également les « rajeunir », par défaut.

8On notera aussi, que les traces d’éclatements de la roche ayant permis le fendage des bancs de grès, ainsi que d’autres traces concourant à un façonnage grossier des blocs, ne semblent pas provenir d’outils métalliques. Il est vrai que le débitage de gros blocs au moyen d’outils de pierre et/ou de coins de bois, semble avoir perduré au moins pour quelques cas observés régionalement, jusqu’au haut Moyen Âge.

Fig. 1 – Alignement des Pierres de Rairé

Fig. 1 – Alignement des Pierres de Rairé

Cliché : G. Benéteau-Douillard.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Alignement des Pierres de Rairé
Crédits Cliché : G. Benéteau-Douillard.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/33124/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gérard Benéteau-Douillard, « Sallertaine – Rairé » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Pays de la Loire, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 05 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/33124

Haut de page

Auteur

Gérard Benéteau-Douillard

Association intercommunale du Champ des Pierres

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Gérard Benéteau-Douillard

Association intercommunale du Champ des Pierres

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search