Navigation – Plan du site

AccueilRégionsPays de la Loire201085 – VendéeTiffauges – Château, Porte Baille...

2010
85 – Vendée

Tiffauges – Château, Porte Bailleresse

Fouille préventive (2010)
Responsable d’opération : Damien Ladiré

Entrées d’index

Année de l'opération :

2010

Chronologie :

époque médiévale

Nature de l'opération :

fouille préventive
Haut de page

Texte intégral

1Situé à l’écart du bourg, le château de Tiffauges est installé sur une butte dominant la confluence de la Sèvre nantaise et de la Crûme, emplacement qui lui conférait une protection accrue face aux assaillants. Depuis plusieurs années, ce château fait l’objet de travaux de restauration. Le dernier programme architectural et technique de Pascal Prunet (ACMH) a conduit le Service régional de l’Archéologie des Pays de la Loire à prescrire une étude archéologique en accompagnement des travaux. Cette intervention a permis d’affiner la chronologie relative de la porte Bailleresse et de ses abords et de proposer une restitution des états successifs.

2Ainsi, une occupation en bordure de plateau, antérieure à la courtine attribuée au xiie s., a été découverte. Elle se caractérise par la présence d’un sol construit, de structures en creux et d’une maçonnerie antérieure à la courtine. Ces découvertes invitent à s’interroger sur l’occupation du plateau durant le haut Moyen Âge et sur l’origine de l’actuel château. Faut-il mettre une partie de cette occupation en relation avec la motte et une première enceinte maçonnée ou en bois, voire un simple talus ? L’étude n’a pas livré suffisamment d’éléments pour développer davantage cet aspect contrairement aux six phases suivantes.

3La première est attribuée au xiie s. et correspond à une porte charretière maçonnée associée à deux murs délimitant une rampe d’accès (vraisemblablement surmontée d’une salle haute). Quant à la courtine, conservée à l’est de la porte, elle relève clairement d’une seconde phase de construction, et ce, même si elle pourrait aussi être attribuée au xiie s. Plus globalement, la courtine révèle une certaine complexité et de multiples phases de reprise, parfois très précoces (3 phases différentes entre les xiie et xive s.). La question de son homogénéité reste posée.

4La troisième phase se manifeste par le rétrécissement de la porte charretière avec un mur percé d’une porte piétonne et d’une archère au xiiie s. Pendant la même période, la défense du front nord est renforcée. À l’ouest et à l’est de la porte, des tours à archères viennent se plaquer contre la courtine. La tour ouest présente au moins deux niveaux accessibles par des portes ouvertes sur la cour intérieure. Elle ne semble pas posséder de niveau inférieur. Les archères flanquent latéralement l’enceinte, la poterne et frontalement le nord. Bien qu’étant dépourvues de niches, ces archères à fente de visée ou plongée s’inscrivent dans la typologie des fortifications des années 1230-1240 dans les domaines des Plantagenêt. La longueur de la fente atteint cependant ici des dimensions exceptionnelles, que l’on retrouve très rarement en France avant 1250 (Najac). La tour ouest présente des principes de conception qui peuvent passer pour des archaïsmes (pas de voûte, faible diamètre, pas de communication construite d’un niveau à l’autre). Quant à la tour est, elle n’est pas intégrée dans cette étude mais une approche rapide semble indiquer les mêmes caractéristiques générales que la précédente. Probablement lors de la même phase, l’élévation ouest de la rampe est percée en partie basse. Il pourrait s’agir de l’accès du souterrain taillé dans le socle rocheux granitique et débouchant verticalement au-devant de la porte d’accès de la tour à archères. Il aurait permis d’accéder de la rampe directement au premier niveau de la tour. Ce renforcement de la porte Bailleresse au xiiie s. pourrait se justifier par le contexte historique : les guerres opposant Plantagenêt et capétiens pour la possession du Poitou.

5Lors d’une quatrième phase, une barbacane vient renforcer la défense de la porte Bailleresse au plus tôt au début du xiiie s. et au plus tard à la fin du xive s. Son état de conservation est assez exceptionnel comme en témoignent ses archères à niches ou sa porte encore en élévation. Cette barbacane est liée à une fausse braie disposée en pied de courtine de part et d’autre de la porte Bailleresse. Il reste à déterminer si cette dernière existait tout autour de l’enceinte ou seulement ponctuellement. Les études restent rares sur ce type d’ouvrage que l’on a longtemps lié strictement à l’installation de l’artillerie à feu au xve s., mais dont l’existence semble être assez répandue dès le xiiie s.

6Lors d’une cinquième phase, la barbacane fait l’objet de réaménagements qui semblent témoigner d’un changement net du dispositif défensif peut-être lié à l’usage de l’artillerie à feu autour du milieu xve début xvie s. L’espace interne de la barbacane est alors fractionné : un mur est construit en avant de la porte piétonne et contraint le passage le long de la tour ouest. Au même moment, les archères sont condamnées, la porte est reprise et deux maçonneries sont construites dans le prolongement des piédroits de la porte de la barbacane, pour en délimiter l’accès. Lors de cette même phase, le fossé présent en avant de la barbacane est comblé et il est possible qu’une rampe soit réalisée pour en faciliter l’accès depuis le nord. Les ducs de Vendôme pourraient être à l’origine de ces réaménagements puisqu’au début du xvie s. ils embellissent les logis et améliorent les défenses. C’est d’ailleurs Louis de Vendôme qui fait bâtir la grosse tour d’artillerie qui porte son nom (Tour du Vidame) et sans doute le boulevard protégeant l’entrée principale du château vers le bourg.

7Enfin, la sixième phase correspond pour la barbacane à l’abandon et à son comblement progressif entre le xvie et le xviie s. Avant l’abandon définitif des fortifications, la tour ouest est reprise mais quelques temps plus tard elle est finalement purement et simplement abandonnée et sa dégradation se poursuit. Quant à la courtine est, elle fait l’objet d’une reprise importante correspondant essentiellement à un programme de restauration. Après le départ des dernières troupes à l’extrême fin du xvie s., le château reste pratiquement en l’état. Ensuite, il se dégrade et les défenses ne sont pas relevées. Le château est progressivement affermé et certains murs ou reprises de murs pourraient dater de cette période.

8L’étude de la porte Bailleresse et de ses abords a permis de révéler une chronologie relative et de proposer une restitution de leurs états successifs mais le potentiel du site reste considérable. Ainsi, aux abords de la courtine 05 intra muros, il faut remarquer la présence de très nombreuses couches d’occupation médiévales. Certaines d’entre-elles semblent liées à des espaces intérieurs et pourraient témoigner de la présence de bâtiments accolés à la courtine. Dès lors, de nouvelles problématiques apparaissent comme celle de savoir s’il existait des logis accolés à la courtine. Ainsi, une fouille plus poussée sur une zone élargie permettrait de cerner le type d’occupation, son organisation, sa datation et son évolution en lien avec celle de la courtine. Finalement, les résultats de l’étude rappellent, s’il est nécessaire, l’importance d’opérations archéologiques d’envergure dans le cadre de travaux de restauration.

Fig. 1 – Vue de la porte Bailleresse vers le sud-est

Fig. 1 – Vue de la porte Bailleresse vers le sud-est

Cliché : D. Ladiré (Atemporelle).

Fig. 2 – Hypothèse d’évolution de la porte Bailleresse

Fig. 2 – Hypothèse d’évolution de la porte Bailleresse

DAO : F. Mandon, M. Bérard (Atemporelle).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Vue de la porte Bailleresse vers le sud-est
Crédits Cliché : D. Ladiré (Atemporelle).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/33126/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 966k
Titre Fig. 2 – Hypothèse d’évolution de la porte Bailleresse
Crédits DAO : F. Mandon, M. Bérard (Atemporelle).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/33126/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 920k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Damien Ladiré, « Tiffauges – Château, Porte Bailleresse » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Pays de la Loire, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 28 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/33126

Haut de page

Auteur

Damien Ladiré

Atemporelle

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Damien Ladiré

Atemporelle

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search