Navigation – Plan du site

AccueilRégionsPays de la Loire201085 – VendéeCôte et communes limitrophes du M...

2010
85 – Vendée

Côte et communes limitrophes du Marais poitevin

Prospection inventaire (2010)
Responsable d’opération : Jean-Marc Large

Texte intégral

1Un premier travail de repérage des sites côtiers, effectué en 2007, fait état d’une grande concentration de sites archéologiques sur le littoral des communes situées entre La Tranche-sur-Mer et Brétignolles-sur-Mer. Lors de la tempête Xynthia des 27 et 28 février 2010, un important recul de la dune a permis de libérer une bande de sols périglaciaires qui a connu des occupations antérieures à la mise en place du réseau dunaire actuel. Un premier travail d’évaluation de l’état des sites connus et d’identification de nouveaux indices de terrain a permis d’alimenter la carte archéologique et la base de données du projet Alert. Les principaux résultats sont les suivants :

Longeville – Plage du Rocher à l’est du Blockhaus

2Le recul important de la dune sur cette section de côte laisse voir une bande d’environ 5 m de large, formée d’un sol périglaciaire sablo-limoneux. Ce vieux sol est constellé de vestiges céramiques dont l’âge est bien difficile à donner en l’absence de documents signifiants. Toutefois, d’après la consistance des pâtes, il semble que l’âge de ce matériel soit en rapport avec l’occupation des lieux au Bronze final ou au premier âge du Fer. Quelques traces d’araires se remarquent dans un endroit précis, sur une surface de quelques mètres carrés. Elles sont très altérées mais suffisamment nettes pour que l’on puisse les reconnaître.

Longeville – Plage du Rocher ouest

3Le recul important de la dune a laissé apparaître différents vestiges. Dans le prolongement ouest d’une ligne de poteaux récents, plantés dans un vieux sol périglaciaire limono-sableux, une levée de terre matérialise la limite sud d’un enclos protohistorique. La levée a une longueur d’environ 30 m, terminée à l’ouest par une dépression envahie par le sable et pouvant matérialiser une entrée. De l’autre côté de l’entrée, il semble que la levée prenne une direction orthogonale vers le nord, glissant sous la dune. Sur son côté est, cette levée fait manifestement un retour vers le nord, là encore disparaissant sous la dune. Au sommet de la levée, dans son tiers est, les restes d’une céramique, vraisemblablement une coupe, a pu être dégagée. Les tessons ont été retirés en raison de leur vulnérabilité aux flots mais aussi aux engins mécaniques qui viennent pour reconsolider la dune. Cette structure est complémentaire à celle observée plus anciennement dans les années 1980.

Jard-sur-Mer – Plage de Ragounite

4Le recul important de la dune sur cette section de côte laisse voir une bande d’environ 4 m de large dont environ 2 m sont dépourvus de sable dunaire. La partie dégagée est un niveau de formation périglaciaire formé de sable limoneux, épais d’une vingtaine de centimètres dans cet endroit de côte, situé sur une petite falaise calcaire. Dans un secteur très localisé est apparu un amas de silex issu de débitage de galets côtiers. Il est compris dans un espace d’environ 1 m2 et ne recèle en apparence aucun autre mobilier (céramique ou osseux). Il est très menacé pour deux raisons :

  • il est au bord immédiat de la falaise et risque de partir à la moindre grande marée ;

  • la bande de sol libérée de la dune est devenue un passage et, malgré l’interdiction de circuler sur la côte (arrêté municipal), de nombreuses empreintes de chaussures sont visibles.

Brétignolles-sur-Mer – Plage de la Normandelière

5Les restes d’un vieux sol de formation périglaciaire, actuellement enfoui par la dune et détruit en arrière de cette dernière lors de la mise en place de l’espace ludique en arrière de la dune, montrent des traces de labour à l’araire. Elles sont parallèles et d’une largeur d’environ 4 cm, entrecroisées par d’autres traces parallèles de même aspect, formant un réseau quadrillé. Quelques vestiges de mobilier ont été découverts depuis plusieurs années dans ce vieux sol et indiquent une occupation à proximité datée du Néolithique final et/ou du Campaniforme. Aucun vestige postérieur à ces périodes n’a été découvert sur ce site, ce qui permet de situer les traces d’araires à un âge très reculé, en tout cas antérieur à la mise en place du réseau dunaire.

Brétignolles-sur-Mer – La Sauzaie C

6Le recul de la dune est important sur cette section de côte, notamment en raison de la présence d’un couloir d’érosion dû à l’arrivée d’un cours d’eau sous-dunaire dans un talweg. De part et d’autre de l’arrivée d’eau, des traces d’araires se remarquent sur des zones de vieux sols périglaciaires. Le point sud (C1) est une large bande de limons sableux dans lequel les traces s’entrecroisent de manière assez irrégulière, visibles sur un espace de 25 m x 10 m environ. Le point nord (C2) est formé d’une large bande de limons sableux et une série de 5 ou 6 traces parallèles court sur une dizaine de mètres.

Brétignolles-sur-Mer – La Roche Biron

7Le recul de la dune est faible sur cette section de côte en raison de la présence d’une végétation herbeuse qui a maintenu la dune. Toutefois, une bande d’environ 80 cm à 1 m de large est dépourvue de sable dunaire. Les traces forment un dispositif quadrangulaire sur ce qui est visible. Elles sont larges d’une dizaine de cm.

Brétignolles-sur-Mer – Le Petit Rocher

8Le recul important de la dune sur cette section de côte laisse voir une bande d’environ 8 m de large dont 2 à 4 m sont dépourvus de sable dunaire. Les traces forment un dispositif quadrillé indiquant un labour unique de cette zone. Elles sont larges de 8 cm environ. Ce dispositif a déjà été observé les années passées sans toutefois que l’on ait une vision de cette ampleur. Le site a livré depuis plusieurs années des témoignages archéologiques du Néolithique moyen (fosse à coupe à socle) mais ce sont surtout des vestiges campaniformes qui se retrouvent sur l’ensemble de la zone. Ce sont les témoins les plus récents et cela indique un âge très ancien de ces traces.

Fig. 1 – Traces d’araires sous-dunaires (Brétignolles-sur-Mer)

Fig. 1 – Traces d’araires sous-dunaires (Brétignolles-sur-Mer)

Ces traces sont apparues à la suite du recul du sable après la tempête Xynthia. Ces traces avaient complètement disparu un mois plus tard. Prise de vue : 7 mars 2010.

Cliché : J.-M. Large (université de Rennes-I).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Traces d’araires sous-dunaires (Brétignolles-sur-Mer)
Légende Ces traces sont apparues à la suite du recul du sable après la tempête Xynthia. Ces traces avaient complètement disparu un mois plus tard. Prise de vue : 7 mars 2010.
Crédits Cliché : J.-M. Large (université de Rennes-I).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/33133/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Marc Large, « Côte et communes limitrophes du Marais poitevin » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Pays de la Loire, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 06 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/33133

Haut de page

Auteur

Jean-Marc Large

Université de Rennes-I

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Jean-Marc Large

Université de Rennes-I

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search