Navigation – Plan du site

AccueilRégionsGrand Est201608 – ArdennesWarcq, Belval – Barreau de raccor...

2016
08 – Ardennes

Warcq, Belval – Barreau de raccordement A304 et RN43 (phases 1 et 4)

Opération préventive de diagnostic (2016)
Responsable d’opération : Gaël Cartron

Texte intégral

1Quatre diagnostics archéologiques ont été prescrits préalablement à la réalisation d’un barreau de raccordement entre la future A304 (branche ouest du « Y » ardennais) et la RN43, quelques kilomètres à l’ouest de Charleville-Mézières. Ce fuseau traverse les communes de Warcq et de Belval. Son emprise est de 15 ha. Les phases 1 et 4, effectuées respectivement en novembre 2014 et en mars 2016, correspond à la partie sud du projet, entre l’échangeur de Charnois et la RD9. Ces deux zones représentent une surface totale de 46 390 m2. Les structures mises au jour sur cette emprise s’échelonnent entre La Tène et l’Époque moderne.

2Dans la vallée du This, un puits aménagé à l’Époque romaine a été découvert près du sommet de sa pente nord, en limite d’emprise. Son embouchure est grossièrement ovale (3,1 x 2,25 m). La fouille, réalisée mécaniquement, a permis de dégager cette structure sur 7,20 m de profondeur, sans qu’il soit possible d’atteindre son fond. Trois principales phases de remplissage ont pu y être distinguées. La partie supérieure du conduit, qui affecte un profil irrégulier, est comblée par différentes strates limoneuses contenant quelques éléments de mobilier : tessons de céramique, fragments de clous en fer, petite pierre à aiguiser en schiste et artefacts en silex. Le remplissage sous-jacent, observé environ 2 m sous le niveau de décapage, est une argile de teinte grise quasi-stérile en matériel, épaisse de 1,70 m. Elle recouvre une couche argileuse gris bleuâtre occupant toute la largeur du conduits, qui ne recèle que quelques éléments de céramique. Son odeur très forte, mais aussi sa coloration et sa plasticité, invitent à penser qu’il s’agit d’un sédiment dans lequel se sont décomposées diverses matières végétales en milieu vaseux. Cette couche gris bleuâtre contenait en effet, sur toute son épaisseur, plusieurs éléments en bois manifestement non travaillés. Il s’agit essentiellement de branchages de très petites dimensions, imbibés, dont certains ont pu être prélevés. Une datation au radiocarbone a été effectuée à partir de branchages trouvés à une profondeur comprise entre 5 et 7 m, procurant un âge calibré entre 80 et 240 de n. è. Deux prélèvements ont par ailleurs été faits au sein de cette couche afin de vérifier si des carporestes y étaient présents : l’un dans sa partie sommitale, l’autre dans la dernière passe réalisée à la pelle mécanique. Une dizaine de taxons d’herbacées sauvages communes a été identifiée par F. Toulemonde (CRAVO), sans que cela soit suffisant pour envisager une étude environnementale. Par ailleurs, les concrétions noirâtres observées sur le pourtour du conduits, à partir de 2 m de profondeur environ, peuvent être interprétées comme des oxydes ferro-manganiques formés à l’interface entre le substrat et les parois du puits, phénomène attesté ponctuellement dans ces niveaux argileux du Lias. Plaquées ici contre des oxydes ferriques orangés, ils pourraient témoigner d’un processus d’hydromorphie.

3Cette opération confirme également la forte implantation humaine dans le secteur de Warcq et de Belval à l’Époque protohistorique. Un niveau de colluvionnement conservé 500 m environ au nord-est du puits, au fond d’un vallon voisin, a par exemple livré du matériel céramique attribuable pour l’essentiel à La Tène. Celui-ci recouvrait plusieurs aménagements sur poteaux bien conservés. La compréhension de ce site demeure pour l’instant relativement limitée, car celui-ci a été appréhendé sur une surface assez réduite. Si le mobilier recueilli dans ces structures, quantitativement faible, atteste de l’ancienneté de cette occupation, celui-ci ne contient pas de fossile directeur, et ne nous permet donc pas de préciser pour l’instant sa chronologie. Une datation au radiocarbone a néanmoins été réalisée sur des charbons de bois issus d’un trou de poteau, fournissant un âge calibré compris entre 360 et 170 av. n. è.

4Ce site se trouve à 120 m au sud d’une zone d’habitat antique se développant près d’une ligne de crête, à proximité de la vallée de la Sormonne. Celle-ci avait été découverte en 2010 par la Cellule archéologique du département des Ardennes, sur une pente assez forte. Le projet du barreau de raccordement recoupant une partie de ce site d’Époque romaine, il a été possible de réaliser un test à cet endroit, ceci afin de définir au mieux les stratégies à appliquer lors de la fouille. Cette intervention a notamment permis de mieux délimiter cette partie de la zone d’habitat et de confirmer les datations proposées en 2010.

Fig. 1 – Relevé de la phase 4

Fig. 1 – Relevé de la phase 4

DAO : équipe de fouille.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Relevé de la phase 4
Crédits DAO : équipe de fouille.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/33229/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 583k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gaël Cartron, « Warcq, Belval – Barreau de raccordement A304 et RN43 (phases 1 et 4) » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Grand Est, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 28 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/33229

Haut de page

Auteur

Gaël Cartron

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Gaël Cartron

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search