Navigation – Plan du site

AccueilRégionsGrand Est201652 – Haute-MarneCamps et enceintes de Haute-Marne

2016
52 – Haute-Marne

Camps et enceintes de Haute-Marne

Prospection inventaire (2016)
Responsable d’opération : Denis Schmitter

Texte intégral

1Cette sixième campagne est un retour en arrière sur les cinq précédentes, dans la mesure où les deux premières ont été pratiquées dans le respect du thème du projet d’inventaire, c’est-à-dire les Camps et enceintes « fortifiés » de Haute-Marne. Nous avions donc délaissé volontairement les sites d’habitats ouverts (sans connotation défensive). Sites que nous avons répertoriés lors des deux campagnes de 2013 puis 2014, au profit du futur Parc National des Forêts de Champagne-Bourgogne. Ce qui nous a conduit à constater l’importance indéniable de ces sites dont certains s’étendent sur plusieurs dizaines d’hectares, accompagnés qu’ils sont tous par des dizaines voire de centaines de tertres dont certains, fouillés jadis, officiellement ou non, révèlent des coffres lithiques ou mégalithiques remontant, pour certains, sans doute au Néolithique moyen et beaucoup d’autres au Néolithique final et récent. Constat qui vient contredire certaines bibliographies anciennes qui voulaient que la Haute-Marne soit désertée au Néolithique.

2C’est précisément ce même constat qui nous oblige à revenir en arrière sur des secteurs porteurs qui méritent amplement de figurer en bonne place dans cet inventaire et dans l’histoire de notre région. D’autre part, les sources documentaires et renseignements d’autochtones, nous avons pris connaissance de la présence de quelques mottes féodales ou castrales et pas nécessairement en forêt, sur les territoires des trois autres campagnes. Sites également à ne pas négliger afin de faciliter une éventuelle étude comparative de l’évolution de la typologie et des stratégies défensives successives qui menèrent progressivement vers l’érection des châteaux forts, en maçonnerie traditionnelle avec liant, dès la fin du xiie s. et au xiiie s. L’autre argument qui plaidait en la faveur d’un essai d’inventaire de cette période réside dans un constat de remploi d’un certain pourcentage des anciennes fortifications des civilisations qui les ont précédées et quelquefois sans y apporter de grandes modifications, mais suffisamment significatives de cette période où le temps et la main d’œuvre pour construire de genre d’ouvrage défensif leur faisait défaut durant ces époques troublées du début de la féodalité.

Conclusion de la sixième campagne

3Notre expérience et les constats qui en découlèrent lors des campagnes 2013 et 2014, sur les sites d’habitat ouvert, souvent exceptionnels, allèrent dans le sens d’un retour en arrière sur les campagnes précédentes, et notamment sur la deuxième concernant a priori, le Bassigny étendu aux vallées de la Marne, du Rognon, du Seuillon, de la Traire, du Moiron, de la Meuse et du Mouzon. Près de 4 000 tertres supplémentaires ont été recensés, dans cette campagne, sur ce seul territoire du Bassigny dont la majeure partie se situe, d’une part, sur le parcours du Rognon et ses affluents, et d’autre part, sur les promontoires situés entre la Meuse et le Mouzon.

4Ce retour sur nous-mêmes a tellement été fructueux que nous sommes à présent persuadés d’en laisser derrière nous, notamment, dans l’immense forêt de Châteauvillain et d’Arc-en-Barrois, ainsi que dans les forêts du nord-est du département, de Chalvraines, Saint-Blin-sur-Semilly, Outremécourt, Clermont, Longchamp-lès-Millières et l’environnement de Bourmont/Gonaincourt, etc. Le dénombrement des tertres, comme à l’habitude, n’étant pas notre objectif premier, n’est évidemment pas exhaustif. D’autre part, certaines structures dans quelques-uns des sites répertoriés, n’ont pu faire l’objet d’un relevé GPS à cause d’une végétation en régénération présentant un taillis très serré avec souvent des ronciers infranchissables. Mais l’important pour nous était surtout d’indiquer la présence d’un site d’une certaine importance archéologique et historique et d’en faire apparaître l’essentiel des infrastructures, visibles ou lisibles, ainsi que sa position et son emprise géographique et géologique locale.

5Le maximum d’éperons barrés a été relevé précédemment. Habitat ouvert : majoritairement présent, à vocation agropastorale, Néolithique final, protohistorique et/ou gallo-romain.

6Les fortifications du haut Moyen Âge sont également présentes. La grande majorité des sites est implantée sur des collines de calcaire du Bathonien, ou Bajocien, du Jurassique inférieur ou supérieur qui leur offraient les matériaux de base, à la fois des valla et autres protections, mais également le soubassement des habitats que l’on retrouve sous forme de petites levées de pierres sèches sur fonds de cabanes carrés, rectangulaires, et quelquefois, en de rares exceptions, sur base circulaire. D’une façon récurrente, nous observons la présence d’une trace d’habitat au milieu de concentrations de tertres ; sinon quelquefois encore quelques habitats regroupés autour de levées fermées ou non, mais systématiquement sur le bord du plateau. Deux exemplaires d’enceintes, sur Morimond et Marcilly-en-Bassigny, sur base carrée (90 m x 90 m) aux angles nord-ouest et sud-est surélevés laissent supposer une connotation cultuelle de ces ouvrages eux-mêmes surélevés sous forme de plateforme. Ces enceintes pourraient-elles s’apparenter à d’éventuels Viereckschanzen décrits par nos collègues d’outre Rhin ou simplement des enceintes anciennement fortifiées ? Quant aux fortifications du haut Moyen Âge, elles sont très rarement observées en forêt, sauf en ce qui concerne le remploi d’anciens éperons barrés des civilisations précédentes.

Inventaire des sites repérés

Éperons barrés

7Bois La Roche à Perrusse, bois du Faulot à Marnay, le Cul de Sac à Donnemarie, le Chênois et le Ninvau à Lanques-sur-Rognon, bois l’Abigand et les Réserves à Nogent/Essey-lès-Eaux, la Belle Charme à Vitry-lès-Nogent, le Grand Ongle à Colmier-le-Haut, bois de Châtillon à Outremécourt, le Piblemont/champ d’Argent à Reynel/Vignes-la-Côte.

Enceintes

8Le Bois du Ban à Effincourt, forêt domaniale cote 393, bois des Lachères à Ageville, le Félé ouest, le Grand Repos et la Petite Montagne à Bourmont, le Puget et sur la Côte/le Différent à Goncourt, la Forge du Haut nord puis sud, le Bois de la Craie, le Montraumont nord cote 396, à Lanques-sur-Rognon, bois de La Craie et le Grand Bois à Poinson-lès-Nogent, le Bois de Laville-aux-Boiset bois Devant à Laville-aux-Bois, le Bois de la Combe aux oies à Luzy-sur-Marne, les Bois de Mareilles cote 372 à Mareilles, bois du Vau et les Colmas à Mennouveaux, les Herbues/le Vertot à Millières, le Bois du Roi à Ninville, le Bois de la Haie de Fèvre à Nogent, les Grands Bois à Poulangy, la Haie d’Arches sud à Saint-Blin, bois la Combe aux Oies et la Combe aux Oies est à Verbiesles, le Bois des Hospices sud à Marac.

Fortifications du haut Moyen Âge

9Le Château Ganne à Eurville, le Toupot Marina à Saint-Dizier, la Motte, les Moines à Esnouveaux, la Maison forte à Noyers, la Sentinelle à Romain-sur-Meuse, la Montagne à Colombey-lès-Deux-Églises.

Établissements gallo-romains

10Forêt Domaniale cote 398 et cote 395 à Agéville, bois du Haut Perron à Esnouveaux.

Habitats ouverts

11Coteau du Seuillon à Agéville, le Chênoi à Biesles, bois du Fays nord à Bourdons-sur-Rognon, les Grands Bois à Bourdons/Le Puits des Mèzes, les Fosselles, Rosemont et le Bois des Bouchots ouest à Crenay, la Combe Maréchal à Esnouveaux, le Clair Chêne à Forcey, bois de Gonaincourt/les Lavières à Gonaincourt, la Côte de Charme à Lanques-sur-Rognon, le Coteau de Bréviandes et le bois Roblot à Leffonds, le Haut du Tillot au Puits-des-Mèzes, le Vaquemont à Longchamp-lès-Millières, bois de Mareilles cote 345 à Mareilles, le Monteraumont Est à Mennouveaux, le Bois du Roulet à Ninville, bois de Vernon-Fays à Nogent, bois Colomb à Odival, les Grands Bois est et la Falseule est à Poulangy, bois communal nord à Rochefort-sur-la Côte, le Murot et le Fiolnay à Sommerécourt, bois de Thol à Thol-lès-Millières, bois des Cras à Vaudrecourt, la Grande Dame Alix à Coublanc, la Côte Boislot à Faverolles, la Côte du Rû à Vals-des-Tilles.

Sites à vocation métallurgique

12Le Château Ganne à Eurville/Bienville, le Toupot Marina à Saint-Dizier, la Motte et les Moines à Esnouveaux.

Sites à mégalithes

13Agéville : deux sites, Bourdons-sur-Rognon et Bourmont : trois sites, Perrusse et Crenay : deux sites, Donnemarie : deux sites, Esnouveaux, Forcey, Gonaincourt et Goncourt : deux sites, Lanques-sur-Rogon : six sites, Laville-aux-Bois : deux sites, Leffonds : deux sites, Longchamp-lès-Millières, Luzy-sur-Marne, Marnay et Mennouveaux : trois sites, Millières : deux sites, Ninville : deux sites, Nogent : deux sites, Odival, Outremécourt, Poulangy, Rochefort-la-Côte et Sommerécourt : deux sites, Thol-lès-Millières, Vaudrecourt et Verbiesles : deux sites, Vignes/Reynel, Colmier-le-Haut, Coublanc, Marac, Vals des Tilles, etc.

Sites possédant les plus grands tertres

14Agéville : deux sites, Bourdons-sur-Rognon et Bourmont : trois sites, Perrusse et Crenay : deux sites, Donnemarie : deux sites, Gonaincourt et Goncourt : deux sites, Lanques-sur-Rognon : cinq sites, Laville-aux-Bois : deux sites, Leffonds : deux sites, Leffonds, Le Puits des Mèzes, Longchamp-lès-Millières, Luzy-sur-Marne, Marnay, Mennouveaux : trois sites, Ninville : deux sites, Nogent : 2 sites, Odival, Outremécourt, Poulangy, Rochefort-la-Côte, Sommerécourt, Thol-lès-Millières et Verbiesles : deux sites, Vignes/Reynel, Colmier-le-Haut, Vals-des-Tilles, etc.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denis Schmitter, « Camps et enceintes de Haute-Marne » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Grand Est, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 18 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/33532

Haut de page

Auteur

Denis Schmitter

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Denis Schmitter

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search