Navigation – Plan du site

AccueilRégionsGrand Est201657 – MoselleSarrebourg – Rue de la Division L...

2016
57 – Moselle

Sarrebourg – Rue de la Division Leclerc, chemin du Wackenfurth, Zac du Quartier Gérôme

Fouille préventive (2016)
Responsable d’opération : Nicolas Meyer

Texte intégral

1La fouille préventive de 8 000 m2 réalisée au printemps et au début de l’été 2016 par l’Inrap sur la pente du Marxberg, à l’emplacement de l’ancienne caserne du quartier Gérôme, a permis d’étudier la sortie orientale de l’agglomération antique de Pons Saravi-Sarrebourg. Déjà en 1890, lors de la construction de la caserne, une centaine d’objets gallo-romains, notamment six statuettes en terre cuite, avaient été recueillis. Si les ruines dégagées de la chapelle romane Saint-Marc n’avaient pas posé problème, les trouvailles romaines ont été tour à tour attribuées à une nécropole ou à une zone cultuelle.

2Les terrassements colossaux de 1890 ont heureusement épargné une partie de la colline sur un peu moins d’un hectare. L’opération archéologique a permis de dégager les axes routiers anciens se développant dans ce secteur. L’axe ouest-est, en partie repris par le chemin du Wackenfurth soupçonné depuis 1911, a été en partie étudié. La surprise est venue de la découverte d’un croisement et de la mise en évidence d’une seconde voie sud-ouest – nord-est passant au pied du Marxberg. Ces voies ne sont constituées que d’une simple couche de gravier de rivière déposée sur le substrat stable de plaquettes calcaire et d’argile. Elles ne présentent en plan que des recharges limitées mais ont occupé à force de se déplacer de quelques mètres, des emprises de 15 à 20 m de large.

3Au Haut-Empire (iie-iiie s. de n. è.), la zone au nord-est des voies est occupée par un petit ensemble funéraire à crémation aggloméré autour de la base d’un pilier monumental funéraire et un secteur d’habitat. Seules les structures profondes, un puits d’au moins 16 m de profondeur (non fouillé) et une glacière, comblée à la fin du iie s. ont été conservés de ce dernier ensemble. La glacière, lors de son abandon, a servi de dépotoir et a livré un ensemble clos d’environ 5 m3 d’ossements de faune, de céramiques, de monnaies découpées ou non et de fragments de statuettes en terre blanche.

4À partir du ive s. se développe, dans ce même secteur, une nécropole à inhumation dont l’étendue est, malheureusement, difficile à appréhender. La construction de la caserne du 11e régiment de Uhlans (futur quartier Gérôme) a oblitéré une grande partie de la zone funéraire. Deux inhumations du ive s. découvertes lors d’un diagnostic archéologique en 2012, à 100 m au sud de la voie est-ouest, indiquent que la nécropole tardive était beaucoup plus vaste et devait dépasser en superficie, l’hectare. À l’intersection des voies, sur les 2 200 m2 conservés, 87 sépultures à inhumation primaire ont été mises au jour en 2016. À l’exception d’une dizaine d’entre elles, les tombes sont orientées est-ouest et elles se développent parallèlement, sur une bande de 30 m de large, à l’une des voies. Un regard rapide sur le mobilier (l’étude n’est pas achevée lors de la rédaction de cette notice), permet de dater ces tombes du ive s. et de la première moitié du ve s. La population inhumée (83 sujets au total) se répartit, d’après les données brutes de terrain, entre 57 adultes (dont 19 hommes et 21 femmes), 18 sujets immatures et sujets d’âge et de sexe indéterminés. L’ensemble des squelettes présente un bon état de conservation. La fouille fine et minutieuse de chacune des sépultures a permis d’appréhender de nombreux éléments d’architecture conservés (coffrages, planches, clous, etc.). Un couvercle de sarcophage en grès a été également recueilli. La cuve est absente et a probablement été récupérée. Composés de trois blocs de grès taillés en bâtière, le couvercle porte en façade l’inscription DM/MACUS/SPECO [...]. C’est la première inscription funéraire découverte à Pons Saravi. L’ensemble des tombes contenait des objets liés aux vêtements, à la parure mais également des dépôts d’offrandes comme des vases et des plats en terre cuite ou en verre contenant parfois de la faune alimentaire. Les traces de pillages anciens sont nombreuses et concernent un tiers des sépultures. À noter : deux sépultures proches présentent des objets à décor chrétien. Dans la tombe 1080, une croix a été gravée sur le fond d’une coupe en sigillée de type Chenet 314. Dans la tombe 1127, celle d’une femme et d’un jeune enfant, les pilleurs ont brisé une coupe en verre. Elle est décorée d’une gravure représentant la résurrection de Lazare. Le couvercle du sarcophage, portant une dédicace aux dieux Mânes, a lui aussi été christianisé et est le signe d’un réemploi probable, une croix ayant été taillée sur l’un de ses pans latéraux. Ces quelques éléments sont les premières attestations possibles de chrétiens dans la bourgade de Pons Saravi. Les découvertes d’indices liés à cette religion, dans les agglomérations autres que les chefs-lieux de cité, restent exceptionnelles pour la fin du ive s. et la première moitié du ve s. Aucune sépulture ne paraît médiévale.

5Pour les périodes postérieures, les axes de circulations antiques semblent avoir été maintenus comme chemins d’accès à la ville. La chapelle romane dédiée à Saint-Marc, signalée dans les archives et mise au jour en 1890, n’a pas été retrouvée. Elle est soit totalement détruite, soit située sous l’un des bâtiments de l’ancienne caserne conservés pour le nouveau projet.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Meyer, « Sarrebourg – Rue de la Division Leclerc, chemin du Wackenfurth, Zac du Quartier Gérôme » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Grand Est, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 02 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/33874

Haut de page

Auteur

Nicolas Meyer

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Nicolas Meyer

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search