Navigation – Plan du site
2009

Aubenas

Liaison RN 102-104
Notice rédigée par : Éric Durand

Entrées d’index

Peuples et cités :

Moustérien

Nature des opérations :

Expertise (EX)
Haut de page

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 9987

Date de l'opération : 2009 (EX)

1Cette ultime étude d'impact archéologique (116 sondages mécaniques) réalisée sur la commune d'Aubenas (Ardèche) en 2009 sur les 1,7 km du dernier tronçon de la liaison RD 104 -RN 102 (transect total de 12 km entre Saint-Privat au nord et Vinezac au sud) a permis de compléter et de renouveler la connaissance des données naturelles et culturelles de ce territoire depuis la Préhistoire ancienne.

2Ce futur tracé routier a permis, sur le plan géomorphologique, la mise au jour de deux stratigraphies concernant chacune une moitié du tracé. La partie nord-est (La Plaine, Ripotier haut), sur une butte marneuse s'élevant progressivement vers le sud-ouest, est concernée par les terrains les plus anciens. Outre la terrasse rissienne Fx, des alluvions argileuses bariolées, probablement würmiennes sur la foi de quelques artefacts moustériens, sont notables (Fig. n°1 : Ripotier Haut : denticulé sur éclat discoïde, silex jurassique ? et Le Bosquet : racloir convergent sur éclat Levallois, silex bédoulien à inclusions) . Les allu-colluvions de pentes, postérieures, issus probablement de rus très indigents n'ont pas érodé ces formations qui se trouvent préservées et par la même occasion leur potentiel archéologique. Cependant, très humide, le secteur ne semble avoir été que peu fréquenté que ce soit aux périodes paléolithiques pour les alluvions ou de la deuxième moitié de l'Holocène pour les allu-colluvions.

3En revanche, la partie sud-ouest (Ripotier bas, les Pradasses) du tracé, implantée dans un vallon assez large recevant les allu-colluvions fines ou torrentielles de plusieurs rus des plateaux marno-calcaires, n'a conservé la terrasse rissienne que sous forme de gros galets résiduels. La mise en place ne concerne alors que la deuxième moitié de l'Holocène dans un contexte plus drainant donc plus propice à l'installation humaine comme en témoigne quelques structures. La conservation est, en revanche, plus aléatoire puisque des ravinements par des chenaux (10 paléochenaux reconnus) sont possibles mais relativement épars. Malgré une chronologie assez fine pour certains logs on ne peut individualiser de périodes de crise précise (O. F.).

4À partir de l'analyse des restes malacologiques du secteur des Pradasses, il apparaît qu'avant les niveaux protohistoriques, les milieux sont déjà très ouverts à la suite d'un impact anthropique important : gestion de l'espace, ou utilisation du milieu par les populations protohistoriques avant l'installation des habitats.

5Pendant la Protohistoire, les milieux semblent correspondre principalement à des prairies humides (gestion pastorale). Entre les niveaux de l'âge du Fer et du Haut-Empire, une légère déprise humaine semble enregistrée par les malacofaunes.

6Pour le Haut-Empire, les milieux apparaissent plus hétérogènes en fonction des séquences considérées : ainsi, pour les séquences S.86 et S.66, les assemblages malacologiques enregistrent un impact anthropique équivalent à celui visible pendant la période protohistorique - avec cependant un premier niveau dans la séquence S.66 qui semble caractériser une légère déprise. Pour la séquence S. 109, le niveau antique correspond à un niveau en cours d'abandon avec une reconquête forestière indéniable. Enfin, le seul niveau post-antique observé indique une paludification des milieux (S. M.).

7Les sites et surtout les indices de gisements archéologiques répertoriés sur ce linéaire de complètent les sites mis au jour sur le tracé du tronçon sud (Durand, 2005) et la base de données de la carte archéologique (Patriarche). Le fait marquant de cette opération préventive est le mauvais état de conservation de l'ensemble des vestiges. Seulement 11 faits archéologiques (mur, fosse, empierrement) étaient préservés dans les 5 117m² ouverts par les sondages mécaniques.

8Malgré l'absence d'entité archéologique structurée conservée in situ,ces 116 sondages ont permis de répondre en partie aux problématiques de départ et de révéler la présence de 11 faits archéologiques (10 sondages) isolés clairsemés sur les deux secteurs du tracé.

9Ces rares témoins conservés d'une occupation humaine concerne quatre périodes chronologiques : une fosse de l'âge du Fer ind. au lieu-dit Les Pradasses (S92) ; un muret (?) antique à la Plaine (S18), un mur gallo-romain à Ripotier Bas (S68), une fosse (S100) et un empierrement (S109) antique (?) aux Pradasses ; trois fosses médiévales à Ripotier Haut (S25) et vases (pot de stockage, marmite, cruche, tasse) des Xllle s. - XVe s. (en fosse ?) à la Plaine (S34, 35, 41, 43, 44) et un empierrement/digue (?) peut-être médiéval à Ripotier Bas (S 65). A ces structures, il est à noter la présence de 1 structure post-antiques, peut-être moderne (un empierrement en S115) et de 33 drains post-modernes (XIXe s. - XXe s. ?) mis au jour dans 25 sondages sur l'intégralité du linéaire, témoins du caractère hydromorphe des terrains reconnus. Enfin quatre structures en creux, trois fosses-chablis à Ripotier Haut (S45, 46 et 55) et un fossé ou chenal (?) aux Pradasses (S114) n'ont pu être datées.

10De nombreux indices de sites caractérisés par du mobilier lithique et céramique retrouvé en position secondaire ont été mis au jour dans des horizons d'allu-colluvions. Ces témoins de fréquentation sont localisés dans 56 sondages répartis sur tout le tracé : la Plaine (Paléolithique moyen, Néolithique final, âge du Fer ind. et période gallo-romaine) ; Ripotier Haut (Paléolithique moyen, âge du Fer ind. et Xle s. - Xllle s.) ; Ripotier Bas (Néolithique final, âge du Fer ind. et période médiévale) ; Les Pradasses (Néolithique final, âge du Fer ind., Antiquité et Moyen Âge).

11 DURAND Éric

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Ripotier Haut : denticulé sur éclat discoïde, silex jurassique ? et Le Bosquet : racloir convergent sur éclat Levallois, silex bédoulien à inclusions

Fig. n°1 : Ripotier Haut : denticulé sur éclat discoïde, silex jurassique ? et Le Bosquet : racloir convergent sur éclat Levallois, silex bédoulien à inclusions

Auteur(s) : Saintot, Sylvie (Inrap). Crédits : S. Saintot Inrap (2009)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Ripotier Haut : denticulé sur éclat discoïde, silex jurassique ? et Le Bosquet : racloir convergent sur éclat Levallois, silex bédoulien à inclusions
Crédits Auteur(s) : Saintot, Sylvie (Inrap). Crédits : S. Saintot Inrap (2009)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/3391/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Éric Durand, « Aubenas », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 mars 2009, consulté le 29 mars 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/3391

Haut de page

Responsable d'opération

Éric Durand

INRAP

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals