Navigation – Plan du site
2009

Loriol-sur-Drôme

Le Clos Chauvin
Notice rédigée par : Stéphane Bleu

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 9947

Date de l'opération : 2009 (EX)

1Cette phase de diagnostic a été menée dans le cadre d'un projet de lotissement, « Les Pierres Blanches » localisé sur un versant dominant le cône de déjection de la Drôme à son confluent avec le Rhône. Au total, 53 sondages, correspondant à une superficie de 1 298,23 m2, soit 6,4 % de l'emprise (20 087 m2) ont été réalisés.

Étude géomorphologique

2L'observation de la stratigraphie permet de restituer partiellement l'évolution du paysage. En effet, celle-ci superpose deux contextes : celui de la plaine alluviale de la Drôme (terrasse wurmienne) et celle du versant qui semblent lui succéder. À sa base, la stratigraphie du site est constituée d'un substrat alluvial de faciès sableux à limoneux. A cette phase succèdent, sur le versant, des alluvions torrentielles d'un cônes de déjection (éboulis ?) de torrent (ou de pente ?), constituées d'un cailloutis calcaires pris dans un sable jaune provenant du versant situé au sud et au sud-ouest. Une occupation humaine du versant est envisageable durant la période préhistorique à travers la mise en évidence d'un horizon très légèrement pédogénéisé qui correspond probablement à un paléosol pris dans les premiers colluvions, identifié sur une grande partie de l'emprise. Les colluvions postérieures, pour l'essentielles d'entre-elles relativement épaisses, se sont mises en place en grande partie à l'époque historique puisqu'elles recouvrent systématiquement les structures pré et protohistoriques et livrent quelques fragments de tegulae.

Étude archéologique

3Une occupation du Néolithique final a été mise au jour, au niveau de la zone située au nord du lotissement « Les Oliviers ». Une fosse est apparue (NGF de 127,57 m). II s'agit de d'une fosse parfaitement circulaire, à bords évasés, avec des galets chauffés et du mobilier (céramique, silex). À côté de cette structure, un épandage de tessons de céramique témoigne de la fréquentation des lieux et suggère donc la proximité d'une installation de la fin du Néolithique.

4Les caractéristiques technologiques et typologiques permettent de suggérer que les éléments les plus anciens appartiennent au Néolithique final ou à l'âge du Bronze ancien. Il est difficile d'apporter plus de précisions, toutefois, un tesson présente un mode de traitement et de cuisson évoquant le Campaniforme, ce qui tendrait à incliner vers le Néolithique final 2. Cependant, l'absence de décor caractéristique interdit toute affiliation à cette sphère culturelle.

5À la suite de l'opération, les indices d'une occupation protohistorique (tessons de céramique non tournée pris dans les colluvions) ont également été identifiés dans des colluvions anthropisées (paléosol). Une structure, attribuée au Bronze ancien, a été mise au jour, au niveau de la zone située au sud-est du lotissement « Les Oliviers » (NGF 128,66 m) environ. Il s'agit vraisemblablement d'un fossé, orienté sud-nord et observé sur une longeur d'environ 3 m, une largeur de 0,50 m et une hauteur de 0,15 m.

6On peut donc supposer une occupation protohistorique du versant et/ou plus vraisemblablement du petit plateau situé au sud de l'emprise. Des fours à pierres chauffées découverts à une centaine de mètres au nord-est, témoignent de cette présence humaine sur la terrasse dominant l'emprise. Il est particulièrement délicat sur ce site de tenter d'identifier de manière sûre le type d'occupation (activité agro-pastorale ?).

7Les tessons de céramiques non tournées mis au jour appartiennent à deux périodes distinctes, le Néolithique final et l'âge du Bronze ancien et/ou des phases postérieures. Les éléments typologiques sont rares. Notons enfin que pour F. Jallet, les contextes néolithiques sont compatibles (étude F. Jallet, P. Jacquet, C. Ramponi). Pour le Néolithique, la pâte des céramiques est fortement érodée, elle présente une faible densité (désagrégation des carbonates) et les états de surface ne sont pas conservés. En revanche, les fragments protohistoriques présentent une pâte compacte dans laquelle le dégraissant apparaît en densité remarquable.

8Les indices d'une occupation gallo-romaine ont également été identifiés dans différents sondages  (empierrement, fossé). Ils s'étendent sur une période allant du Ile s. de notre ère au Ve s. Les structures apparaissent à des altitudes NGF comprises entre 126,99 m et 129,85 m soit à un trentaine de centimètres de profondeur par rapport au sol actuel. Les éléments les plus évidents et caractéristiques concernent les réseaux fossoyé et viaire repérés sur l'emprise. Un fossé joue sans doute un rôle de limite parcellaire durant le Haut-Empire (fragments d'amphore Dr-20). Une voie antique, traverse l'emprise du nord au sud, permettant de gagner une petite combe située à une centaine de mètres pour se rendre au quartier Saint-Pierre, situé sur le petit plateau dominant au nord. Le mobilier découvert dans et sur cette voie (fragment de coupe Drag.37, monnaie du IVe s. et agrafe à double crochet) atteste un fonctionnement entre les lIe s. et Ve s.

9Bleu Stéphane

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Stéphane Bleu, « Loriol-sur-Drôme », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 mars 2009, consulté le 05 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/3394

Haut de page

Responsable d'opération

Stéphane Bleu

INRAP

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals