Navigation – Plan du site
2009

Néronde, Saint-Marcel-de-Félines

A 89 Balbigny-La-Tour-de-Salvagny
Notice rédigée par : Jean-Marc Lurol

Entrées d’index

Géographique :

Rhône-Alpes, Loire (42), Néronde

Sujets :

drain, fosse

Nature des opérations :

Expertise (EX)
Haut de page

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 10146

Date de l'opération : 2009 (EX)

1Dans le cadre de la construction de l'autoroute A 89 qui doit à terme relier l'agglomération de Balbigny (Loire) à celle de la Tour-de-Salvagny (Rhône), un diagnostic archéologique complémentaire a été prescrit sur le secteur 11 du projet (Balbigny - St Just-la-Pendue).

2Ce diagnostic qui concernait les parcelles A 621, A 626 et A 666 (commune de Néronde) et la parcelle B 1142 (commune de St Marcel-de-Félines), constituait une suite à l'évaluation effectuée précédemment sur le secteur 11 au cours des mois de septembre et octobre 2008 (Motte, 2009). Durant cette phase d'évaluation, sept sites avaient été mis en évidence sur l'ensemble du tronçon. C'est donc logiquement que ces nouvelles parcelles ont été retenues pour étude car elles se situent dans un périmètre très proche de certains sites archéologiques repérés : sites de la Ronzière 1, du Rieu, des Dérompés et de Chazelle ).

3Les sondages archéologiques ont été menés entre le 23 juin et le 8 juillet 2009. Cent cinquante-sept petites tranchées ont été ouvertes sur l'ensemble des trois zones d'étude. Au total, 3 650 m2 de terrain ont été analysés, ce qui correspond à environ 5,6 % de la surface totale à sonder, estimée à 65 000 m2.

4Les observations réalisées sur ces sondages permettent d'avancer les éléments suivants.

5Le contexte géologique apparaît assez simple avec des recouvrements supérieurs relativement peu épais (entre 0,40 m et 1 m) entre le socle primaire et le sol actuel. Dans beaucoup de sondages, la présence du substratum (tuf anthracifère du Viséen supérieur) ou de ses altérations apparaissent directement sous la terre végétale. Par endroits sont présents des dépôts de sédiments fins (à matrice limoneuse) qui s'intercalent entre le substrat et la terre végétale et qui correspondent généralement à des colluvions de pente.

6Dans la parcelle B 1142, tous les sondages se sont révélés totalement négatifs, cela malgré l'existence du site médiéval de la Ronzière 1 situé à moins d'une dizaine de mètres.

7 Sur les autres parcelles A 621, A 626 et A 666, les découvertes se résument à :

8    - une série de drains relevée dans les sondages 17, 18, 22, 30, 35 et 50 (parcelle A 621), sondages 99, 104, 114, 115, 120, 124 (parcelle A 626) et sondages 130, 131, 139 et 140 (parcelle A 666). Ces drains ne sont pas tous identiques au niveau de leur mise en oeuvre, certains sont aménagés simplement avec des pierres et des fragments de tuiles, d'autres présentent une construction plus élaborée en forme de caniveau avec des piédroits et des dalles de couverture. L'existence de ces drains est logique dans un contexte géologique relativement étanche. Tous ces éléments ont pour objectif de drainer l'eau qui a tendance à stagner sur des parties hautes des parcelles, où la surface du sol est plane voir en légère cuvette, vers les zones en contrebas. Ces zones en contrebas sont fréquemment occupées par des mares ou des petits étangs.

9   - un vaste épandage de blocs de granité et de fragments de tuiles relevé dans le sondage 94 (parcelle A 626) et auquel est associé un lot de tessons de céramique datés du haut Moyen Âge (VIle s.- IXe s.). Cet ensemble, retrouvé sous la terre végétale entre 0,30 m et 0,40 m de profondeur (entre 492 m et 492,50 m NGF), a été dégagé sur une surface d'environ 120 m2. La fouille partielle (nettoyage) d'une grande partie de ces éléments n'a pas permis de repérer une organisation permettant de caractériser ces vestiges. Parmi tous ces blocs observés, certains présentent des alignements sans que l'on puisse toutefois les interpréter comme des solins. Les blocs de granité, même de grandes dimensions, ne présentent pas de trace de taille. Aucun niveau de sol n'est perceptible et on ne relève pas l'existence d'ensembles fossoyés (fosse, TP) sur toute cette surface.

10Tous ces éléments (blocs et tuiles) évoquent les vestiges d'une construction. S'agit-il des restes en place d'un bâtiment qui aurait subi une destruction totale occasionnée par des labours répétitifs ? Ou ce sont les éléments déplacés d'un bâtiment proche qui auraient été rejetés dans ce secteur ?

11Aucun vestige de la période VIle s.- IXe s. n'est attesté aux alentours. Le site le plus proche tant sur le plan géographique que chronologique a été retrouvé au lieu-dit « Chazelles » sur la partie haute du terrain (parcelle A 17) localisée à environ 400 m au nord du sondage 94. Dans ce dernier, l'occupation est toutefois plus récente puisqu'elle est est datée des Xe s.- Xlle s. Dans le secteur des Dérompés, seules deux parcelles situées hors emprise n'ont pas été sondées. Ces parcelles (A 526 et A 105) se situent à environ 30 m à l'ouest du sondage 94. Faut-il envisager sur ces espaces un site en rapport avec les découvertes ?

12Lurol Jean-Marc

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Jean-Marc Lurol, « Néronde, Saint-Marcel-de-Félines », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 mars 2009, consulté le 10 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/3424

Haut de page

Responsable d'opération

Jean-Marc Lurol

INRAP

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals