Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes200938 – IsèreSassenage – La Grande Rivoire

2009
38 – Isère

Sassenage – La Grande Rivoire

Fouille programmée (2009)
Pierre-Yves Nicod et Régis Picavet

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 9411

Date de l'opération : 2009 (FP)

1Les fouilles réalisées en 2009 dans l’abri-sous-roche de la Grande Rivoire ont concerné d’une part les niveaux du Mésolithique moyen et récent, d’autre part ceux du Néolithique ancien et moyen 1. Trois secteurs ont été fouillés sur une surface totale d’environ 30 m2 et deux coupes stratigraphiques ont été rectifiées sur une longueur cumulée de 8,5 m.

Les niveaux du Mésolithique

2La fouille planimétrique s’est poursuivie dans les secteurs SU12-15 et SU16-22, où les couches se sont révélées riches en vestiges lithiques et osseux. Le Mésolithique récent, daté vers 6400-6100 av. J.-C. (décapages d30 et d31 du secteur SU16-22), se caractérise par un débitage laminaire par percussion indirecte et peut-être parfois par pression. Du point de vue typologique, il comprend des lames à retouches irrégulières (lames Montbani) et des armatures trapézoïdales ou triangulaires qui renvoient à diverses sphères culturelles (Castelnovien méridional et Mésolithique récent du Plateau suisse).

3Dans les niveaux sous-jacents (décapages d32 à d35), nous avons découvert le même type d’armatures trapézoïdales mais également des armatures microlithiques de type sauveterrien. En l’état actuel des données, la signification de cette association reste énigmatique (faciès de transition ou mélange d’éléments asynchrones ?). Des petites pointes en os finement polies, dont la forme et les dimensions suggèrent une utilisation en pointe de projectile, ont également été découvertes dans ces niveaux.

4Le sommet du Mésolithique moyen sauveterrien (décapages d36 à d38) se caractérise par un débitage de lamelles irrégulières, de 1 à 3 cm de long, qui ont souvent été transformées en armatures microlithiques (triangles scalènes et lamelles à dos).

5La nature des dépôts sédimentaires est semblable à celle que nous avons observée les années précédentes dans les niveaux sus-jacents. Il s’agit principalement de couches caillouteuses à matrice organique qui sont toujours en contact avec une zone cendreuse. De rares foyers en cuvette à remplissage de pierres chauffées ont été mis au jour.

Les niveaux de bergerie du Néolithique

6Nous avons atteint en 2009 la base des dépôts de bergerie dans le secteur NR16-21 choisi comme zone « laboratoire » pour leur analyse fine (décapages d123 à d126). Le mobilier archéologique, plus riche que dans les niveaux sus-jacents, comprend des éléments caractéristiques du Néolithique ancien : armatures de flèche tranchantes (bitroncatures inverses à retouches directes rasantes) et céramiques épicardiales à décors de sillons verticaux (Fig. n°1 : Céramique épicardiale provenant de la base de la séquence de la bergerie). D’après les datations radiocarbones réalisées il y a une vingtaine d’année, ce Néolithique ancien épicardial se placerait vers 5000-4800 av. J.-C.

7Par ailleurs, en prévision de la fouille rapide de la base de la séquence de bergerie dans le secteur NR12-15, nous avons rectifié, relevé et échantillonné les deux coupes stratigraphiques qui délimitent ce secteur (coupes S38 et S39). Les couches observées, attribuées au Néolithique moyen 1 et ancien, sont le plus souvent très caillouteuses et présentent d’indéniables indices de lessivage dans les zones non abritées par le surplomb rocheux.

8La poursuite des analyses sédimentologiques sur l’ensemble de la séquence néolithique a permis de mieux appréhender ces dépôts de bergerie, en caractérisant plus finement les différents faciès sédimentaires. Deux principaux pôles d’activités productrices ont été confirmés, le premier lié au parcage de troupeaux d’herbivores, le second à la combustion de grandes quantités de bois. Les couches de « fumiers » se caractérisent par de fortes teneurs en phosphates ou en matière organiques et par la présence épisodique de coprolithes de caprinés. Les couches cendreuses se caractérisent par de fortes teneurs en carbonates. La stratification complexe et rythmée de la séquence résulte de la succession et du déplacement au cours du temps de ces deux pôles d’activités parallèles qui se cantonnent le plus souvent sur de petites surfaces.

9Les analyses botaniques ont pour leur part confirmé, pour l’ensemble de la séquence, un apport intentionnel de fourrage sous forme de branches feuillues et fleuries. Aux indices déjà mis en évidences lors des analyses précédentes (forte proportion de phytolithes de dicotylédones, fragments de feuilles avec stomates, branchettes carbonisées, bourgeons foliaires et floraux, etc.), s’ajoute une présence régulière de jeunes galles de chêne. Parmi les autres nouveautés, on notera que des fougères ont pu être utilisées à certaines périodes comme litière et que le lierre a pu servir, comme le gui, de complément alimentaire pour favoriser la lactation des femelles allaitantes ou laitières.

10Enfin, les analyses archéozoologiques ont montré que la chasse, principalement au cerf, joue un rôle très important dans toute la séquence de bergerie et que les caprinés sont toujours les mieux représentés parmi les espèces domestiques.

11Nicod Pierre-Yves et Picavet Régis

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Céramique épicardiale provenant de la base de la séquence de la bergerie

Fig. n°1 : Céramique épicardiale provenant de la base de la séquence de la bergerie

Auteur(s) : Picavet, Régis (LYTHOS). Crédits : R.Picavet (2009)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Céramique épicardiale provenant de la base de la séquence de la bergerie
Crédits Auteur(s) : Picavet, Régis (LYTHOS). Crédits : R.Picavet (2009)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/3456/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre-Yves Nicod et Régis Picavet, « Sassenage – La Grande Rivoire » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 mars 2009, consulté le 19 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/3456 ; DOI : https://doi.org/10.4000/adlfi.3456

Haut de page

Auteurs

Pierre-Yves Nicod

Université de Genève

Articles du même auteur

Régis Picavet

LYTHOS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search