Navigation – Plan du site
2009

Le Pègue

Oppidum Saint-Marcel
Notice rédigée par : Frédéric Sergent

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 10010

Date de l'opération : 2009 (PC)

1Après une année probatoire consacrée à la mise en place du projet en 2008, les recherches sur les données du Pègue ont réellement commencé cette année. C'est principalement sur le sondage 8, fouillé par Charles Lagrand que portent nos efforts. C'est un des secteurs du site où les informations archéologiques sont les plus fiables.

2Des inventaires ont été réalisés afin d'évaluer les potentialités de certains mobiliers. Il s'agit, pour cette année, des mobiliers amphoriques et des céramiques campaniennes, des céramiques peintes dites celtiques et des céramiques gallo-romaines.

3Ces premières recherches ont permis de vérifier un handicap, déjà observé lors des inventaires réalisés sur les collections entre 1997 et 2002. Il s'agit du fait que des mobiliers ont été triés par catégorie durant les fouilles. Ces tris entraînent le mélange des couches et structures et rendent très difficile les analyses chrono-stratigraphiques.

4 Deux recherches ont été menées à leur terme, celles portant sur le verre et la numismatie. Pour le verre ce sont deux lots qui ont été mis en évidence, l'un pour la Protohistoire, qui comprend des éléments de parure et l'autre qui est constitué de vaisselle des IVe s.-Ve s. de notre ère. Ce dernier lot était jusqu'à présent passé inaperçu. Pour la numismatique, l'étude montre une présence continue des monnaies grecques sur le site à partir du dernier quart du Ve s. jusqu'au Ier s. avant notre ère. Pour le second âge du Fer, le monnayage gaulois est très faiblement représenté avec quatre monnaies seulement. Le fait le plus remarquable est l'absence de monnayage romain, à partir d'Auguste jusqu'au second siècle de notre ère. Cet état de fait vient en contradiction avec le mobilier céramique qui indique une occupation continue du site durant cette période. Cela pose le problème de la fonction du site durant cette phase.

5Michèle Bois a entrepris cette année l'étude d'un manuscrit rédigé par un avocat du début du XIXe s., T.-A. Sabatéry, qui a sillonné le Pègue et décrit une grande quantité de vestiges qui intéressent l'époque gallo-romaine et alto-médiévale. Il est également l'inventeur de l'oppidumdu Pègue qu'il a identifié comme ville. Cette dernière information a par la suite été perdue et ce n'est qu'au milieu du XXe s. que le site a été redécouvert.

6Les quelques inscriptions d'époque romaine trouvées au Pègue ont fait l'objet d'une relecture que nous propose Sandrine Boularot du Centre Camille Jullian. Certaines de ces pièces sont conservées au musée Calvet d'Avignon. L'une de ces inscriptions, associée aux vestiges de thermes trouvés lors d'un diagnostic archéologique en 2003, pourrait bien confirmer que le Pègue est bien le vicusdu Pagus Aletanus.

7Les analyses et approches réalisées en 2009 sur le mobilier font apparaître qu'il y a encore beaucoup d'information à retirer des mobiliers du Pègue même en tenant compte des contraintes liées à leur traitement à l'époque des fouilles.

8Sergent Frédéric

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Frédéric Sergent, « Le Pègue », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 mars 2009, consulté le 23 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/3469

Haut de page

Responsable d'opération

Frédéric Sergent

INRAP

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals