Navigation – Plan du site
2009

Replonges

Les Platières - Autoroute 406 -contournement sud de Mâcon
Notice rédigée par : Dominique Mazuy

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 10050

Date de l'opération : 2009 (SP)

1    La fouille a fait suite à une campagne de diagnostics archéologiques effectuée au  début de l’année 2008. Ces investigations ont été menées à l’emplacement du futur tracé autoroutier A 406, qui reliera l’autoroute A 40 à l’autoroute A6 en contournant Mâcon par le sud-est. L’évaluation du potentiel archéologique des terrains situés sur cette commune et concernés par l’emprise du projet avait permis de révéler une occupation de l’âge du Fer et du Haut-Empire caractérisée par des fossés et des creusements de type mares et des niveaux de circulation.  La surface de 13 000 m²  prescrite a été décapée et fouillée.

2    Cette découverte a constitué un nouvel apport de données significatif, pour un territoire encore largement méconnu à ces périodes. La fouille avait pour objectif  de caractériser le site, en essayant de définir son statut, sa fonction au cours des diverses périodes d’occupation (habitat, occupations répétées, exploitation pastorale, artisanale ?) en tentant d’établir une chronologie et une fonction des structures, afin de restituer une éventuelle organisation chrono-spatiale, s’intégrant dans un contexte de structuration et d’exploitation d’un territoire plus vaste.

3    Au terme de la fouille, les objectifs préalablement fixés ont été majoritairement atteints, une grande partie des vestiges a été caractérisée, tant par leur fonction que par leur chronologie, et un développement chrono-spatial a pu être distingué. La fréquentation du lieu aux périodes les plus anciennes, le Bronze final et le premier âge du Fer, n'a pas pu être significativement documentée. Aucun autre vestige de cette époque  n'a été découvert. Une zone en secteur C (à l'est)  a livré  une couche (US 18) dense en matériel céramique.  L'hypothèse d'une aire de rejets issue d'une occupation voisine hors emprise semble  la plus plausible. Un dépôt de crémation, dont la datation sur restes osseux est en cours, a été découvert dans ce secteur. Par ailleurs, on peut affirmer qu'une série de constructions sur poteaux, sablières, et de type « fond de cabane » a été érigée dans un « enclos » délimité par une trame de fossés orthogonaux, sur  une période s'étalant de La Tène finale au cours du IIe siècle de notre ère.

4    La pérennité de l'installation est démontrée par l'analyse du mobilier présent dans les structures et par certaines installations comme un puits parementé.

5     De plus, une activité d'artisanat de métallurgie est attestée au début du Ier siècle de notre ère; elle semble utiliser une matière première présente sur le site : des sphérules ferro-manganiques. Leur concentration est assez importante dans une couche sous-jacente (US 4) avec des rendements estimés à 22 kilogrammes de  matière par mètre cube de sédiment. Cette extraction a laissé de grands creusements : certains ont servi de mares dont les bords ont été aménagés. Une analyse métallographique démontre, par l'intermédiaire d'éléments traces résiduels, contenus dans les matériaux aux diverses étapes,  l'existence d'une possible chaîne opératoire complète, de l'extraction jusqu'à l'outil fini. Ce type d’exploitation opportuniste à ciel ouvert semble peu connu.

6MAZUY Dominique

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Dominique Mazuy, « Replonges », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 mars 2009, consulté le 09 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/3494

Haut de page

Responsable d'opération

Dominique Mazuy

INRAP

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals