Navigation – Plan du site
2009

Aubenas

Saint-Martin-des-Ollières
Notice rédigée par : Éric Durand

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 10232

Date de l'opération : 2009 (EX)

1Localisée à 150 m au nord-est du site archéologique perché (période antique et médiévale) du plateau de Saint-Martin-des-Ollières reconnu essentiellement par la prospection, cette étude d'impact archéologique (5 sondages) réalisée sur les 1 120 m2 de l'emprise de la future construction (parcelle D667 et D668p) a révélé sept structures. Quatre périodes chronologiques sont représentées par le mobilier céramique et métallique : les âges du Fer, l'Antiquité, le Moyen Age central (Xe s.-Xlle s.) et l'époque moderne (XVIIe s.). La stratigraphie naturelle du site est relativement complexe et la corrélation inter-sondages malaisée. Excepté dans la partie aval de la parcelle (substrat marno-calcaire à -1,2 m soit 183,46 m), le terrain naturel n'a pu être reconnu ailleurs. Le recouvrement sédimentaire composé majoritairement d'allu-colluvions présente une puissance de plus de 2,5 m.

2La Protohistoire récente est représentée ponctuellement par du mobilier céramique et un objet en bronze en position secondaire inclus dans un horizon limono-sableux profond (entre -1,6 m et -1,9 m ; 185,28 m NGF sup.). Ces indices de fréquentation peuvent être mis en lien avec ceux mis au jour170 m plus au sud en 2006. Ce niveau d'allu-colluvion est présent également dans le sondage voisin. Dans ce dernier, cette couche remanie des fragments de tuile gallo-romaine et sert d'encaissant à un empierrement (fosse ? solin ?) des Xe s.-XIe s.

3La période gallo-romaine n'est présente que par quelques artefacts (tegulae)remaniés mis au jour entre -1,4 m et -1,6 m ainsi qu'un fragment de doliumassocié à des tuiles dans le comblement inférieur du fossé ou du paléochenal (?). Une structure empierrée pourrait compléter l'occupation antique du site. Dégagée sur 9,6 m2, elle présente une longueur reconnue sur 4,8 m (axe nord-sud) et une largeur de 2 m. Deux niveaux de construction ont été clairement distingués :

4   - un couche inférieure de cailloutis épais de 0,4 m d'épaisseur à 183,18 m composé par une majorité de petits galets (module entre 2 cm et 5 cm) de quartzite, grès, granit, rares basaltes et fragments de tuile liés à un limon argilo-sableux brun gris ;

5   - un empierrement postérieur de gros galets épais, un reste de mur parementé orienté nord-sud, conservé sur 0,8 m de long et 0,4 m de large. Seul le creusement oriental est lisible et/ou existant. Il entaille sur 0,4 m le comblement d'un fossé ou d'un chenal antérieur (ouverture à 182,94 m) dont le tracé (limite orientale) semble identique à l'empierrement. Outre la présence de quelques fragments de faune et de tuile dans le radier sous-jacent, cette structure n'a pu être datée. En chronologie relative l'empierrement supérieur pourrait être un réaménagement (habitat ?) installé a posteriori sur un niveau de circulation de 2 m de large (chemin ?).

6Le Moyen Âge est représenté par un empierrement dont la fonction n'a pu être clairement définie. Son niveau apparaît à -1,4 m (184,12 m NGF). Même si aucun creusement n'est visible, l'hypothèse d'une fosse de 1,4 m de rayon ou d'un solin de 0,4 m à 0,5 m de large peut être avancée. La présence dans ce fait de 3 fragments de céramique médiévale dont 1 bord mince aplati de bec tubulaire type CATHMA 2a atteste une datation des Xe s.-XIe s. (identification N. Clément). Cette période chronologique est bien représentée par les prospections du plateau de Saint-Martin (parcelles 2557, 2559 et 2107).

7Les trois autres structures en creux sont représentées par des faits non datés (XlXe s.-XXe s. ?) : drain (orienté est-ouest et fosse-chablis. Des sondages ont été poursuivis sur trois autres projets conduits sur la commune).

8Malgré le contexte archéologique du secteur (périodes antique et médiéval), une étude d'impact archéologique (quatre sondages) réalisée sur les 690 m2 de l'emprise d'une future construction (parcelle D3201p) n'a révélé aucun vestige, excepté la présence d'un drain contemporain. Les tranchées ont seulement permis de reconnaître le terrain naturel représenté par la moyenne terrasse rissienne de l'Ardèche. Cette dernière est surmontée d'un faible recouvrement sédimentaire (hydromorphe) : entre 0,2 m et 0,5 m de puissance stratigraphique. Il est à noter également la présence d'un remblai récent (entre 0,5 m et 0,6 m d'épaisseur) nivelant la totalité de la séquence stratigraphique.

9Sur les 606 m2 de l'emprise d'un autre projet de construction (parcelle D2777p) quatre sondages on été ouverts. Ils n'ont révélé qu'une seule structure.

10Il s'agit d'un fossé repéré dans deux sondages sur 11 m de développement. Orienté sud-ouest - nord-est, il apparaît à -0,4 m sous la terre végétale. Sa largeur d'ouverture varie entre 1,28 m et 1,18 m. Son creusement présente des parois obliques, régulières, légèrement concaves et un fond plat. Il entaille le terrain naturel caractérisé par deux horizons de la terrasse ancienne de l'Ardèche (Riss). La présence de quelques fragments de tegulaeà bords minces dans son comblement limono-argileux pourrait indiquer un abandon de cette structure fossoyée (drain ?) pendant l'Antiquité tardive.

11Le toit de la moyenne terrasse de l'Ardèche affleure et est donc surmontée d'un recouvrement sédimentaire (hydromorphe) très faible. Son niveau détritique présente une puissance stratigraphique variant entre 0,2 m et 0,4 m.

12Dix autres sondages ont été pratiqués sur l'emprise du futur lotissement de Saint-Martin-des-Ollières. Ils n'ont révélé que cinq structures localisées dans le quart sud-ouest de l'emprise sur une superficie d'environ 600 m2, il s'agit d'un fossé tardo-antique, d' un fossé antique (?) et de trois drains non datés.

13Le fossé a été repéré en plan et en coupe dans trois sondages sur 28 m de longueur. Orienté globalement sud-est - nord-ouest, il présente un tracé légèrement courbe. Sa largeur d'ouverture est de 2,14 m. Son creusement présente des parois à profils obliques assez évasées (nord) et à replat (sud) et un fond légèrement concave. Il entaille sur 0,4 m à 0,7 m de profondeur le terrain naturel caractérisé par deux à trois horizons de la terrasse ancienne de l'Ardèche (Riss). La présence de très nombreux fragments de tegulae(à rebords minces), d'un fragment de panse d'amphore africaine (production de Salacta, Tunisie) du IVe s. apr. J.-C. (identification N. Clément) et d'un bord de cruche en céramique commune claire sableuse (IVe s. apr. J.-C.) dans son comblement  indique un abandon de cette structure (drain ? limite ?) pendant l'Antiquité tardive. Ce fossé du Bas-Empire pourrait être en lien avec la présence de tombes sous tuiles mentionnées dans les parcelles voisines ou avec un habitat périphérique révélé par le nombreux mobilier recueilli en prospection.

14Un second fond de fossé a été repéré en à 3 m au nord du fossé antique. Orienté est-ouest, il présente un niveau d'ouverture à -0,5 m et une largeur de 1 m. Outre l'absence de marqueurs chronologiques (quelques fragments de tuiles), iI présente les mêmes caractéristiques que le fossé voisin (position et profil stratigraphique, calage topographique et nature du remplissage d'abandon).

15Les trois autres structures sont représentées par des drains non datés (XlXe s.-XXe s. ?).

16La stratigraphie naturelle du site est relativement simple. Masquée par la présence d'un remblai XXIe s. sur une superficie cumulée de 1 600 m2, la séquence est composée par le toit de la moyenne terrasse de l'Ardèche et son niveau détritique affleurant en moyenne entre -0,5 m et -0,7 m.

17Durand Éric

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Éric Durand, « Aubenas », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 mars 2009, consulté le 15 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/3500

Haut de page

Responsable d'opération

Éric Durand

INRAP

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals