Navigation – Plan du site

AccueilRégionsNormandie201414 – CalvadosCourseulles-sur-Mer – Zac secteur...

2014
14 – Calvados

Courseulles-sur-Mer – Zac secteur sud (tranche 1)

Diagnostic (2014)
Responsable d’opération : David Flotté

Texte intégral

1Le gisement archéologique découvert sur la Zac sud tranche 1, consiste principalement en structures fossoyées, au nombre de 303, qui participent essentiellement à la définition de 23 axes fossoyés de type parcellaire et plus rarement à la définition de concentrations de structures ponctuelles. Le reste des vestiges immobiliers consiste en quatre levées de terres, peu prononcées. Ce sont comme des talus, se développant sur plusieurs dizaines de mètres de longueur et sur une largeur de 30 à 40 m. Ils sont de faible amplitude puisqu’ils dominent les terrains qui les environnent tout au plus de 40 cm. Deux sont rectilignes et discontinus et deux sont continus et en baïonnette. Le reste des vestiges consiste en concentrations mobilières, au nombre de 12. Elles sont constituées de pièces de silex taillés, majoritaires dans leur corpus, associées à quelques tessons de céramique. Ces concentrations se rencontrent soit sous les talus (4 concentrations), plutôt à leur base et sur une vingtaine de centimètres d’épaisseur de limon brun-gris, soit hors talus, dans la plaine au sein d’un limon intermédiaire (8 concentrations plus ou moins denses), soit encore en association spatiale avec des structures ponctuelles, dans ce même limon (1 concentration). Le mobilier, quand il ne participe pas d’une concentration, provient très majoritairement des fossés et des quelques fosses identifiées. Finalement, à proportion du lot complet, peu d’artefacts ont été découverts isolés dans les limons intermédiaires.

2L’approche chronostratigraphique du gisement nous permet donc d’aboutir à un récit minimal des aménagements et occupations de l’espace diagnostiqué. En dehors de quelques vestiges lithiques paléolithiques et mésolithiques erratiques, la plus ancienne occupation à se manifester franchement date du Néolithique ancien et Néolithique moyen I et prend la forme de concentrations de silex, discontinues et probablement encore en place dans un limon intermédiaire qui fut, un temps, horizon A. Le Néolithique ancien/moyen I se signale par deux types de silex particuliers que sont le silex crétacé terrestre et le silex du Cinglais. Le silex du Cinglais, nom générique donné au silex bathonien fin de couleur chocolat dans le Cinglais, gris à Soumont-Saint-Quentin et sombre à Rânes, est surtout réservé à la réalisation de lames régulières, retrouvées en contexte Néolithique ancien et Néolithique moyen I. Le silex du Cinglais est présent dans la région uniquement en contexte de plateaux « continentaux » recouverts d’argile de décalcification ; il n’est donc pas présent sous la forme de galets marins sur l’estran. Le littoral a beau être proche du site actuellement, les périodes anciennes (Mésolithique, Néolithique ancien) ont privilégié le silex terrestre (du Bessin généralement) pour la réalisation de leurs industries. La présence de quelques éléments liés à la production laminaire en silex du Cinglais dans la série de Courseulles-sur-Mer laisse à penser qu’une occupation de cette période est présente sur le site.

3La seconde occupation date de l’âge du Bronze. Elle prend la même forme en concentrations et occupe le même horizon limoneux intermédiaire, autour de 50 à 80 cm de profondeur, que la précédente. La période de l’âge du Bronze, majoritaire dans le corpus lithique, se définit à partir de quelques critères. La matière première utilisée (lorsqu’elle est identifiable ; en règle générale lorsqu’elle présente une zone corticale) est majoritairement le fait de galets marins, récupérés sur le littoral au nord du site. Ces galets montrent plusieurs origines de silex, silex bathoniens gris, silex du Bessin ou silex crétacé de la vallée de la Seine, indifféremment récupérés sur les mêmes plages. À l’âge du Bronze ancien, l’étude de gisements comme Luc-sur-Mer (Marcigny 2012) ou Saint-Aubin-d’Arquenay (Ghesquière 2013) montrent des assemblages lithiques presque exclusivement composés de débitage sur galets marins. Sans en faire un caractère chrono-typologique absolu, il semble que le choix des silex utilisés dans ces contextes maritimes ou épi-maritimes ait une certaine valeur selon la période considérée.

4La production est orientée vers l’obtention d’éclats larges ou courts, avec semble-t-il, une prédilection pour les éclats d’entame et de sous-entame régulièrement utilisés comme supports d’outils. Les nucléus sont destinés à la production d’éclats. Ils sont soit à multiples plans de frappe et plus ou moins globulaires, soit « sur crête ». Cette appellation concerne des nucléus à éclats réalisés à partir de galets marins débités comme des chopping-tools. Ce type de nucléus semble particulièrement bien représenté au niveau régional à l’âge du Bronze ancien et moyen I en contexte côtier (Tatihou, Marcigny, Ghesquière 2003, Luc-sur-Mer, Marcigny 2012). Enfin, l’outillage est dominé par les grattoirs, ce qui est largement multiculturel dans la région (au IVe et IIIe millénaire).

5Ces vestiges de l’âge du Bronze font écho aux enclos funéraires de la même période mais aussi au mobilier lithique découvert en nombre dans les limons intermédiaires, lors de la fouille du site de la Fosse Touzé à un peu plus d’un kilomètre de là (Jahier 2011). Ils font également écho au parcellaire et nécropoles de l’âge du Bronze ancien à Bernières-sur-Mer (Marcigny, Ghesquière 2003a), commune limitrophe, à l’est de Courseulles-sur-Mer. Sous l’aspect plus spécifiquement lithique, ces vestiges renvoient également à Graye-sur-Mer commune limitrophe à l’ouest de Courseulles-sur-Mer (Besnard-Vauterin, étude en cours) et à Hérouvillette (Besnard-Vauterin 2013), sur la rive droite de l’Orne, à 10 km de la côte actuelle. Cette industrie lithique sur silex marin, privilégiant l’obtention d’éclats et qui apparaît en dehors de tout contexte structurel, est donc assez fréquente sur la frange côtière. C’est un phénomène qui doit être approché en tant que tel et caractérisé plus avant, d’un point de vue technique mais aussi taphonomique, car manifestement, ce gisement participe d’un corpus déjà fourni et archéologiquement significatif sur un vaste secteur.

6Dans l’hypothèse où ces occupations sont en place, elles le sont donc depuis au moins le Néolithique ancien, voire le Mésolithique lequel est attesté par quelques pièces. Et elles sont encore en place aujourd’hui, de manière peut-être discontinue, mais étendue, sur la frange côtière. Il n’y a donc pas de déficit de sol durant cette période. Ces concentrations mobilières sont chronologiquement hétérogènes. Elles associent fréquemment du mobilier lithique à du mobilier céramique protohistorique ou historique. Elles livrent souvent et discrètement du mobilier médiéval mais elles ne livrent jamais de mobilier plus récent que la seconde moitié du Moyen Âge.

7À partir de ce constat nous établissons le fait que les talus ne peuvent pas s’être formés avant cette période puisqu’ils scellent des concentrations contenant du mobilier de cette époque. Cette période, comprise entre le xie s. et le xve s. d’après le mobilier ubiquiste qui la signale, entre en résonnance avec le site du village déserté des Fosses Saint-Ursin, au plus tôt au milieu du xive s. (Hanusse 2006). Nous constatons que les talus se trouvent tous plus ou moins à l’aplomb d’un axe fossoyé fossile. D’une manière ou d’une autre ils fonctionnent ensemble, participent d’une même phase parcellaire. Ainsi, une partie au moins de la trame parcellaire fossile s’inscrit dans une continuité (à définir), avec les talus.

8La superposition du plan des talus au plan cadastral napoléonien nous amène, quant à elle, à constater que les talus correspondent chacun à un trait cadastral. Le cadastre napoléonien montre une organisation parcellaire en quartiers de terres laniérés et les talus suivent tous sans exception les bordures de quelques quartiers. Nous voyons donc dans ces talus la résultante de l’exploitation des lanières qui les bordent. Le reste des fossés fossiles n’a pas donné lieu à l’accrétion de talus mais la majorité d’entre eux ne montre pas de discordance majeure avec le cadastre napoléonien. Certains même, correspondent à un trait de lanière sur le cadastre. Dans ces fossés on recueille des vestiges mobiliers qui trahissent spécifiquement le Hallstatt-La Tène ancienne et font une nouvelle fois écho au site de la Fosse Touzé à travers son enclos domestique de La Tène ancienne. La période gallo-romaine, également présente à La Fosse Touzé et dans le contexte archéologique local, se signale ici par quelques lots céramiques découverts dans quelques axes fossoyés. Enfin la période médiévale se manifeste toujours fréquemment mais discrètement, par du mobilier lui aussi présent dans nombre de fossés. Ces fossés contiennent également du mobilier lithique du Néolithique ancien-NM1 et de l’âge du Bronze. Il n’est que le groupe de quelques axes déjà mentionnés pour leur intensité et leur homogénéité mobilières autour de l’âge du Bronze ancien qui ne s’intègre pas au plan napoléonien. Ils pourraient participer d’une structure enclose et être accompagnés de quelques autres axes dont un, qui a livré du mobilier gallo-romain en deux lots un peu conséquents. Ces fossés quelque peu réfractaires au classement pourraient signaler l’existence d’une autre phase parcellaire, plus ancienne que celle matérialisée par les talus, certains fossés de la trame fossile et le plan napoléonien.

9Cette phase parcellaire, dont l’origine reste à définir, prend fin après la Seconde Guerre mondiale à travers un remembrement massif en vue d’une adaptation à l’agriculture intensive. Entre les dates de fabrication des deux cadastres, la RD 79 a été rectifiée et une occupation se présentant sous la forme de fondations et de deux fosses a eu le temps d’apparaître et fossiliser.

10Ce type de gisement archéologique semble donner la possibilité de produire un récit de l’occupation de ce secteur depuis le Néolithique ancien. À ce titre, chaque époque illustrée par les archives du sol vaut pour sa contribution intrinsèque aux corpus de vestiges associés à cette période ; ainsi des concentrations mobilières néolithiques ou de l’âge du Bronze, de la concentration de structures ponctuelles potentiellement de l’âge du Bronze, ainsi des fossés réfractaires à l’organisation napoléonienne. Pour ce versant de l’archéologie, qui vise à définir des unités (un enclos, une occupation, un lot lithique, un habitat), le gisement de Courseulles-sur-Mer offre des possibilités intéressantes qui font écho au contexte archéologique local et régional.

11Le second versant de l’exploitation archéologique de tels gisements concerne l’étude des continuités et des hiatus, de la synchronie et de la diachronie des structures fossiles durant les périodes illustrées par le mobilier. C’est une approche plutôt taphonomique que typologique du paysage. C’est au contact de deux phases structurelles ou de deux sources de natures différentes (un trait de carte et un fossé, un talus et un trait de carte ou encore une concentration lithique et des fossés) que se trouvent les enjeux d’une fouille. Ainsi, savoir si l’ensemble de la trame fossoyée fossile s’inscrit dans la continuité d’une même phase parcellaire qui mène jusqu’au plan cadastral napoléonien, ou savoir si on y observe des ruptures structurelles et des hiatus chronologiques qui définissent plusieurs phases distinctes structurellement, nous paraît un objectif premier. Pour ce faire, il faut multiplier les décapages, préférentiellement à l’aplomb des intersections de fossés, là où se trouve potentiellement une information chronostratigraphique. Ceci pour affiner le phasage global des structures. Au contact de sources différentes se pose par ailleurs la question du lien qui pourrait unir les occupations lithiques de l’âge du Bronze à certains, au moins, des fossés de la trame parcellaire fossile. La présence, même massive, de silex et de céramique de l’âge du Bronze, dans le comblement d’un fossé, ne prouve pas qu’il ait fonctionné à cette époque. L’enjeu d’une exploitation en fouille porte donc sur la mesure du temps qui sépare (ou non) le fonctionnement de l’occupation de l’âge du Bronze et le fonctionnement des fossés. Cette question ne peut être résolue que par l’association indiscutable, sur des critères de disposition des structures ou de mise en relation stratigraphique. Les structures ponctuelles sont, comme les intersections de fossés, des vestiges autour desquels il faut donc préférentiellement décaper. Enfin, au contact des vestiges matériels (comme les talus ou les fossés) et des traits de carte, se pose la question de la correspondance des uns et des autres, de la traduction des uns dans les autres. Plus précisément, l’identité d’un trait de carte et d’un fossé, ou d’un trait de carte et d’un talus, ne dit rien de l’ordre chronologique qui unit ces trois artefacts de natures différentes. Ces points de convergence géographique, ces lieux d’interaction entre trois artefacts, trois sources, sont potentiellement des gisements chronostratigraphiques à exploiter notamment, pour l’archéologue, en étudiant la relation chronologique qui unit les talus aux fossés qui parcourent leurs axes et pour l’historien en dépouillant les archives écrites relatives à cette question.

12Il nous semble que l’archéologie visant à l’étude des continuités et des hiatus dans l’aménagement du territoire sur de grands espaces nous ramène d’une certaine manière à une archéologie de corpus. En effet, nous considérons l’emprise du diagnostic comme un échantillon, dans ce sens qu’il doit être représentatif d’un tout, d’un espace plus grand que l’emprise et considéré comme un territoire par les hommes qui s’y sont succédés. À ce titre, il est intéressant de noter que quand une période spécifique (Néolithique ancien, âge du Bronze ancien, La Tène ancienne, Moyen Âge) apparaît (souvent plusieurs fois), à travers des éléments mobiliers, elle fait immanquablement écho à des découvertes archéologiques antérieures faites dans l’environnement proche de l’emprise du diagnostic (La Fosse Touzé, Saint-Ursin). Que les mêmes périodes se manifestent toujours sur un espace donné (laissant les autres dans le silence), est en soi significatif et contribue à la définition de traits archéologiques qui participent d’un diagramme chronostratigraphique typique de cet espace. Ce phénomène de signature est d’autant plus significatif et intéressant que, dans le même temps où il fonde une identité, il permet de distinguer des espaces géographiques livrant d’autres diagrammes chronostratigraphiques. Ainsi, pour nous placer dans le sillage de travaux précédents, à Marcey-les-Grèves dans la Manche (Flotté 2014), La Tène moyenne et finale et le xe s. apr. J.‑C. se manifestent plusieurs fois et excluent la distinction de toute autre période, sur une emprise routière de 4 km de longueur. L’emprise de la Zac sud de Courseulles-sur-Mer a donc une typicité archéologique, à l’échelle de l’espace côtier où elle se trouve. L’exploitation des vestiges sous la forme d’une fouille devrait permettre d’en affiner l’histoire à travers une mise en phase plus détaillée des structures fossiles qu’on y rencontre. Elle doit tendre vers l’élaboration d’un diagramme chronostratigraphique général plus étoffé qu’au diagnostic et contribuer à la définition d’un espace au-delà duquel ce diagramme ne correspond plus aux faits archéologiques, c’est-à-dire au-delà duquel il n’est plus valide. C’est sur la base de la multiplication de tels taxons chronostratigraphiques que peut donc se constituer un corpus à partir duquel il devient possible d’interroger de manière transversale le potentiel paléogéographique de ce type de gisements. Dans le même temps, la multiplication des taxons chronostratigraphiques doit contribuer non seulement à l’élaboration d’une carte d’emprise géographique des taxons mais aussi à révéler les géographies culturelles vécues (les territoires) qui sous-tendent ces territoires méthodologiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Flotté, « Courseulles-sur-Mer – Zac secteur sud (tranche 1) » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Normandie, mis en ligne le 18 septembre 2020, consulté le 26 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/35032

Haut de page

Auteur

David Flotté

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

David Flotté

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search