Navigation – Plan du site
2009

Viviers

Place de l'Esplanade, place Latrau
Notice rédigée par : Joëlle Dupraz

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 10211

Date de l'opération : 2009 (EX)

1Le projet communal d'aménagement de parkings sur les places de l'Esplanade et de Latrau, et dans un jardin situé entre ces deux espaces, a occasionné un diagnostic archéologique à l'extérieur du rempart médiéval, au pied des pentes raides de la montagne de la Joannade. Les hypothèses avancées pour construire le projet scientifique de l'intervention étaient d'une part, la présence de la voie antique (l'observation du cadastre napoléonien - 1811 - permet d'avancer l'hypothèse d'un tracé antique sous le chemin de Latrau) et d'autre part, l'occupation du sol pendant l'Antiquité tardive. Rappelons à ce propos, la proximité de la basilique paléochrétienne Notre-Dame (VIe s.) (sous le parking de l'actuel mairie - ancien évêché - fouille de sauvetage par Joëlle Dupraz en 1987) ; par ailleurs, on note aussi la proximité du vocable saint Laurent (protomartyr qui donne une présomption de fondation ancienne) attribué à une église sise au nord de la place de l'Esplanade et adossée aux remparts médiévaux (porte Saint-Laurent). L'état actuel de cette dernière église date du XIXe s. mais elle a succédé à une église de la fin du XIVe s. qui elle-même succédait à une église plus ancienne dont l'emplacement est inconnu.

2Le diagnostic a permis une meilleure connaissance de ce quartier de Latrau :

3   - pour l'Antiquité tardive (place de Latrau) : présence d'une nécropole avec sépulture de tegulaeen bâtière. Cette nécropole est-elle celle liée à Notre-Dame ?

4   - pour la période médiévale (XIIe s. -XIVe s.) : sous la place de l'Esplanade, ont été découverts deux murs (XIIe s. et XIVe s.) suffisamment importants pour marquer durablement le paysage jusqu'au XIXe s. (alignement retrouvé en limite de parcelle sur le cadastre napoléonien), en lien avec un cimetière daté par le matériel céramique (pégau) du XIVe s. Dans le jardin, un autre mur médiéval doublé avant le XIVes. et le niveau du chantier de récupération de la pierre dont il a fait l'objet ont été mis au jour, avec un matériel intéressant, reflet de la qualité du bâti et de ses usagés : une console historiée (un ange musicien ?) et un tesson de céramique verte et brune (XIVe s.).

5Ces sondages ont confirmé la présence d'un cimetière moderne et contemporain (XIXe s.) sous la place de l'Esplanade.

6Cette opération relance l'hypothèse d'une basilique paléochrétienne Saint-Laurent, avec sa nécropole associée et nourri la réflexion sur la présence dans ce quartier d'une église romane Saint-Laurent extramuros jusqu'au dernier quart du XIVe s.

7Le colluvionnement (bas de pente de la montagne de la Joannade) a difficilement permis d'atteindre les niveaux antiques sur le front est de l'ensemble du chantier.

8Dupraz Joelle , cellule archéologique du conseil général de l'Ardèche

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Joëlle Dupraz, « Viviers », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 mars 2009, consulté le 10 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/3508

Haut de page

Responsable d'opération

Joëlle Dupraz

Conseil général de l'Ardèche

Articles du même responsable de fouilles

  • Lagorce [Texte intégral]
    Église paroissiale
    Paru dans ADLFI. Archéologie de la France - Informations, Rhône-Alpes
Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals