Navigation – Plan du site

AccueilRégionsPays de la Loire200044 – Loire-AtlantiqueSaint-Nazaire – Le Cran Neuf

2000
44 – Loire-Atlantique

Saint-Nazaire – Le Cran Neuf

Prospection inventaire et sondage (2000)
Responsable d’opération : Emmanuel Mens

Texte intégral

1La construction de l’échangeur de Cran Neuf à l’ouest de Saint-Nazaire a permis l’observation de coupes géologiques comprenant des nodules de roches siliceuses. Ces roches n’étaient connues jusqu’alors qu’en contexte d’affleurement de surface à proximité de Cran Neuf sur les sites de la Ferme d’Armanjo et de Beauregard.

2Le sondage de l’année 2000 a testé une tâche brune apparue à la faveur des travaux d’aménagement de l’échangeur. L’anomalie était située sur le flanc est de la colline de l’Ile des Québrais qui domine d’environ 25 m l’estuaire de la Loire. Si le sondage s’est révélé infructueux (vraisemblablement un trou de bombe incendiaire de la dernière guerre), en revanche, le ramassage effectué sur toute la partie orientale de la butte s’est révélé particulièrement intéressant. Outre, un énorme bloc de calcédoine d’environ une tonne, trois grandes familles de matériaux calcédonieux et jaspés ont pu être identifiées et classées selon leur couleur et leur granulométrie.

3Les outils sont peu nombreux mais uniquement composés de calcédoines et de jaspes identiques à la roche naturelle observée en coupe. Quelques indices paléolithiques sont à noter avec notamment un éclat levallois, un racloir

4convexe et un burin. Un outillage de taille plus réduite est à signaler, il est composé de lames, de lamelles et d’éclats retouchés. Ces éléments signalent une fréquentation du site durant la Préhistoire plus récente. On compte enfin une vingtaine de nucléi.

5La formation de « croûtes siliceuses », vraisemblablement d’époque tertiaire à Saint-Nazaire, n’est pas un cas isolé dans la région, citons par exemple, le site du Bois de Sem à Donges et celui de la Chapelle du Planté à Quilly. La comparaison des matériaux entre les différents sites a permis de bien caractériser les gisements nazairiens et d’éviter ainsi des confusions d’attribution. D’ailleurs, parmi ces trois sites naturels, il semble pour l’instant que seuls, les gisements nazairiens ont une fracture conchoïdale à la percussion.

6L’identification des matériaux calcédonieux de Beauregard et de Cran neuf permet dès à présent d’envisager leur circulation. Pour l’instant, les cas de transports les plus éloignés des affleurements naturels ont été repérés au nord-est de la Brière dans la région de Pontchateau, soit à une vingtaine de kilomètres de leur carrière.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuel Mens, « Saint-Nazaire – Le Cran Neuf » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Pays de la Loire, mis en ligne le 25 septembre 2020, consulté le 26 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/35547

Haut de page

Auteur

Emmanuel Mens

Afan

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Emmanuel Mens

Afan

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search