Navigation – Plan du site
2009

Beaulieu-sur-Dordogne – Place du Champ de Mars

Notice rédigée par : Jean-Paul Nibodeau

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 2895

Date de l'opération : 2009 (EX)

1Cette opération de diagnostic était engendrée par un projet de réaménagement routier et paysager de la Place du Champ de Mars. Située juste à l'ouest des fossés et de l'enceinte du bourg abbatial, elle borde également le flanc nord du faubourg Mirabel. Sur une terrasse alluviale de la Dordogne, et au débouché d'un vallon, l'espace occupé par la place du Champ de Mars est naturellement sujet aux colluvionnements. Ceux-ci semblent se traduire par des dépôts argilo-limoneux qui recouvrent tout le terrain. La présence de céramique pré/protohistorique et de céramique gallo-romaine dans la partie supérieure des dépôts autorise à leur attribuer, pour partie, un âge historique et nous renseignent sur la présence de sites des périodes représentées dans un environnement très proche.

2Dans ces niveaux ont été reconnues les ouvertures de plusieurs fosses qui pourraient être liées à l'exploitation du limon argileux pour son emploi dans la construction de murs afin de lier les moellons ou de monter des parois en torchis ou en banche.

3Un niveau d'occupation a été mis en évidence, à 0,90 m de profondeur, au sud-est. Il est matérialisé par des tessons de céramique appartenant à un seul spécimen écrasé à plat à proximité de blocs qui forment un alignement grossier. Ces blocs, tous situés au même niveau, pourraient constituer un solin discontinu pour une poutre sablière basse. Cette hypothèse introduit l'existence d'une construction à poteaux de bois, confirmée par la grande quantité de fragments de parois brûlés en terre dont certains éléments portent des indices de clayonnage. Il n'est pas possible de distinguer le niveau d'occupation de celui d'abandon ou de destruction ; le sédiment est le même et aucun sol n'est matérialisé autrement que par le niveau de blocs et les tessons de céramique à plat.

4Vers l'ouest, une bande de matériaux rapportés constitue une chaussée compacte dans un milieu qui est sujet à s'ameublir très facilement en cas d'apport d'eau. Il peut donc s'agir d'une voie, comme le laisse supposer la mise au jour d'une ornière. Toutefois le sommet de la chaussée n'a pu être reconnu, il semble avoir été détruit par les aménagements récents de la place. L'orientation de la chaussée, bien que mal assurée, permet de supposer qu'elle se dirigeait vers le faubourg Mirabel et une rue qui le traverse.

5Le mobilier céramique, peut abondant, est surtout représenté par des formes non tournées (pots à cuire), les céramiques fines sont rares. Néanmoins il présente une grande homogénéité qui permet de dater cette occupation au cours des XIVe s.-XVe s.

6Pour la période moderne, d'importants remblais remontent le niveau de la place, principalement à l'est. Les seuls indices d'occupation résident dans un niveau de débris de tuiles associé à une fondation maçonnée de forme subcirculaire, réalisée en tranchée, elle s'apparente à une fondation de pilier ou une base de poteau.

7La dernière phase se traduit par la mise en place d'un caniveau central (réalisé en gros galets posés de chant) et trois états de sols en petits galets séparés par de fins niveaux d'occupation. Ces aménagements ne semblent pas antérieurs au XIXe s.

8Si les textes font état de la place des Bouviers (ou Bourriers) dès le XVIIe s., il n'est possible de parler d'un véritable aménagement que dans le courant du XIXe s. À cette époque la place n'est pas encore un espace bien défini, sa bordure nord n'est pas fixée. Seul le nom de Champ de Mars est assuré dès 1835.

9La place ne fut pas un lieu de passage important. En effet, contrairement à ce que l'on pouvait penser, le plan cadastral de 1835 montre clairement qu'il n'y a pas d'accès direct à la place depuis l'intérieur de la ville close. Celle-ci était pourvue de trois portes, elles étaient précédées par des faubourgs qui s'étaient développés le long des voies de communication issues de ces portes. Or le faubourg Mirabel s'est développé, en tournant le dos au Champ de Mars, le long de la rue Mirabel qui aboutit, par son prolongement dans l'enceinte urbaine, à la place du marché et à l'abbatiale. C'est donc sur cet axe qu'il faut localiser la porte Barbecane, mentionnée en 1472, c'est-à-dire devant la place Marbot qui s'étend au sud du faubourg Mirabel.

10 (Fig. n°1 : céramiques médiévales)

11Nibodeau Jean-Paul

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : céramiques médiévales

Fig. n°1 : céramiques médiévales

Auteur(s) : Véquaud, Brigitte (INRAP). Crédits : Brigitte Véquaud (2009)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : céramiques médiévales
Crédits Auteur(s) : Véquaud, Brigitte (INRAP). Crédits : Brigitte Véquaud (2009)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/3569/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Jean-Paul Nibodeau, « Beaulieu-sur-Dordogne – Place du Champ de Mars », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Limousin, mis en ligne le 01 mars 2009, consulté le 28 mars 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/3569

Haut de page

Responsable d'opération

Jean-Paul Nibodeau

INRAP

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals