Navigation – Plan du site

AccueilRégionsPays de la Loire2001Résultats significatifs en Pays d...

2001

Résultats significatifs en Pays de la Loire pour l’année 2001

Jean-Philippe Bouvet, Anne de Saulce, Bernard Mandy, Benoît Ode et Rolande Simon-Millot

Texte intégral

Préhistoire

Paléolithique

1Pour cette année, seules les opérations menées dans les cavités de la vallée de l’Èvre (53) ont fourni des résultats notables :

2À Saint-Pierre-sur-Evre, un sondage pratiqué dans la grotte de Rochefort a montré qu’en dépit des fouilles menées anciennement, un niveau paléolithique conséquent est conservé. Stéphane Hinguant a en effet déterminé, sous des couches noires relevant du bas Moyen Âge, une occupation datée du Paléolithique supérieur. L’étude des quelques 200 pièces lithiques indique une occupation solutréenne. Des éléments osseux, un élément de parure en coquillage et 4 restes humains ont été également retrouvés.

3À Thorigné-en-Charnie, la poursuite de l’étude de la grotte Mayenne-Sciences a mis en évidence de nouveaux signes gravés dans le secteur du porche de la Dérouine. Les recherches pluridisciplinaires en cours ont permis de bien cerner les séquences préférentielles et les constructions symboliques pour l’ensemble de la grotte. À noter qu’une prospection dans d’autres cavités de la vallée de l’Evre a permis de découvrir d’autres tracés d’origine anthropique.

Néolithique

4Deux campagnes de fouille ont été menées sur des mégalithes en 2001. À Chantrigné (53), les recherches ont atteint les fondations de l’allée couverte et ont mis en évidence les creusements des orthostats dans l’arène granitique sous-jacente. Dans la chambre funéraire, une dalle posée de perpendiculairement à l’axe de la tombe a été interprétée comme une séparation interne. Le mobilier afférent à la sépulture relève de la fin du Néolithique.

5Les études engagées sur le site du Bois du Fourgon à Avrillé (85) ont montré la présence d’un ensemble composé de menhirs et de coffres funéraires dont certains encore intacts. Les conclusions de G. Bénéteau à la suite de la fouille du mégalithe du Serpent mettent en avant un démantèlement de ce petit coffre dès la période néolithique.

6La poursuite de la fouille programmée de Saint-Michel-Chef-Chef (44) a confirmé les trois périodes d’occupation du site fortifié de Gâtineaux : la première occupation, du Néolithique moyen Il, est un ensemble de structures s’organisant de part et d’autre d’une palissade. Au Néolithique récent, l’éperon est barré par des fossés plus massifs, et les restes d’activités domestiques sont visibles notamment dans des structures foyères ou contenant des graines. Le site connaît enfin une nouvelle période d’occupation au Néolithique final.

7Dans le sud Sarthe, les recherches menées par S. Cassen et son équipe sur les tertres « préhistoriques » du Bois d’Amenon à La Chapelle-aux-Choux, ont rajeuni les datations antérieurement proposées en raison d’éléments de céramique tournée trouvés à la base des tumulus. Il conviendra donc de réétudier tous les tertres du secteur à la lueur de ces nouvelles données.

8À Bazouges (53), le site du Clos Henry a livré quelques traces d’une occupation VSG.

9Enfin, il convient de mentionner la fouille préventive réalisée à Arçonnay (72) sous la direction de D. Giazzon. Deux ateliers de fabrication de parures en schiste ont été fouillés sur une surface totale de 250 m2. La totalité de la chaîne opératoire a été mise en évidence à partir de l’étude des 16 500 fragments de schiste recueillis. Cette fouille, qui fait suite à celle de Champfleur en 1999 sur le tracé de l’A28, confirme l’importance et la spécialisation des ateliers du Nord-Sarthe au Néolithique ancien dans la transformation du schiste.

Protohistoire

10Comme en 2000, les résultats relatifs à l’âge du Bronze et à au premier âge du Fer sont quasi inexistants. Quelques structures fossoyées fouillées sur la commune de La Bruffière (85) ont livré des éléments céramiques de la fin du premier âge du Fer. On peut noter aussi à Écommoy (72) la fouille de 15 cercles emboîtés qui, bien que n’ayant pas livré de mobilier datant, pourraient, de par leur position stratigraphique, être antérieurs à des structures du Hallstatt final. Les structures les plus récentes découvertes sur ce site (Hallstatt final/La Tène ancienne) consistent en 4 enclos quadrangulaires ayant donné des éléments de parure métallique et de rares éléments céramiques dont une urne cinéraire contenant des ossements brûlés.

11En revanche, comme à l’accoutumée, pour le second âge du Fer, de nombreux établissements fossoyés, reconnus le plus souvent comme des fermes, ont été mis au jour. Se pose la difficulté d’interprétation de certains ensembles comme ceux de Blain qui pourraient être une petite partie d’une agglomération gauloise.

12Dans le même ordre d’idée, la découverte à l’emplacement du Logis Barrault à Angers, de niveaux antérieurs à l’époque augustéenne, confirme l’hypothèse d’un oppidum même s’il semble que cette occupation semble périphérique.

13À Écouflant (49) deux établissements datés respectivement de La Tène C2 et de La Tène D1 ont fait l’objet d’une fouille approfondie dans un cadre préventif. Le premier consiste en deux enclos accolés et mêle structures domestiques et éléments à vocation cultuelle ou funéraire (armes mutilées, vases, regroupement d’ossements). Le second enclos n’a livré qu’un plan partiel et peu de mobilier.

14À Bazouges (53), les vestiges d’une ferme de La Tène finale ont été fouillés. Ils comprennent un fossé de partition interne et plusieurs bâtiments, dont des greniers, concentrés dans un des secteurs ainsi délimités. L’étude du corpus céramique a mis en évidence que l’occupation de ce site n’a pas dépassé un siècle.

15En Vendée, on compte au moins quatre fermes appartenant à La Tène moyenne ou finale étudiées à l’occasion d’opérations préventives. Parmi les opérations remarquables, on note la fouille du site de la Chapellière à La Chaize-le-Vicomte. Il s’agit d’un enclos d’1,5 ha de superficie, délimité par un fossé large de 3 m. 8 grands bâtiments et 13 bâtiments annexes ont été mis au jour, tous construits sur poteaux porteurs. Quatre puits condamnés volontairement étaient regroupés dans la moitié ouest de l’enclos. L’étude des 30 kg de céramique ainsi qu’un petit dépôt monétaire trouvé lors de la phase diagnostic a permis de mieux cerner l’occupation qui s’étend entre la deuxième moitié du ne siècle et le début du ier s. av. J.-C.

Antiquité

16Cette année, 40 opérations ont livré des vestiges d’une occupation gallo-romaine (sur un total de 100 opérations ayant fournis des éléments de datation). On remarque une surreprésentation « habituelle » de la période s’étendant entre le milieu du ier et le début du iiie s. apr. J.-C., néanmoins des occupations précoces ont été mises en évidence tant en milieu urbain – Angers (49), Jublains (53), Rezé, Blain (44) – qu’en milieu rural – La Verrie (85). L’Antiquité tardive se fait beaucoup plus rare, surtout en milieu rural, le problème du manque de critères de datation pour les ive et ve s. est amplifiée dans la région par les conditions taphonomiques des sites (rareté des sites stratifiés).

17Des quatre capitales de cités de la région, seules Angers (49) et Jublains (53) ont connu une opération cette année. À Jublains, la quatrième campagne de terrain au Taillis des Boissières semble confirmer une occupation précoce du site dès La Tène finale, et atteste de l’urbanisation du site dès les années 20-30. À Angers, la seconde tranche de la fouille du Logis Barrault, a permis d’étudier l’évolution urbaine de ce quartier depuis la fin de l’âge du Fer jusqu’au Moyen Âge. Cette opération a en particulier permis d’alimenter nos connaissance sur la trame urbaine dont la mise en place dans ce secteur semble datée du règne de Tibère. Si le cardo semble abandonné au iiie s., le decumanus est utilisé jusqu’au début de la période carolingienne, après avoir fait l’objet de plusieurs réfections. Après l’édification de l’enceinte urbaine à la fin du iiie s., le secteur, qui devient extra muros, est peu à peu déserté avant d’accueillir une petite nécropole entre la fin du ive et le début du viie s.

18Les opérations menées à Rezé, Blain (44), Duneau et Aubigné-Racan (72), complètent, chacune à des échelles différentes, le vaste dossier des agglomérations dites secondaires. À Rezé, l’opération de fouille préventive sur le site de la Tanière a mis au jour un grand édifice de l’Antiquité tardive interprété comme une basilique chrétienne. Bien que le secteur soit occupé dès les années 15-10 av. J.-C., la première urbanisation du site semble, ici aussi, ne semble datée que des années 20-30. À Blain, les sondages programmés menés cette année semblent confirmer l’hypothèse d’une agglomération antique. Ces sondages ont montré une chronologie de l’occupation du second âge du Fer au début du iiie s. apr. J.-C.. On ignore néanmoins la nature de l’habitat daté de la première moitié du ier s. av. J.-C. Cette opération a permis de mettre en évidence des aménagements « urbains » qui recouvrent les structures antérieures et semblent témoigner d’une réorganisation de l’agglomération : voirie dès la première moitié du ier s. apr. J.-C., et campagnes de remblaiements au cours de la seconde moitié du ier ou au début du iie s. apr. J.-C., qui recouvrent les structures antérieures et témoignent sans doute d’une réorganisation importante de l’agglomération.

19À Jard-sur-Mer (85), les différentes opérations confirment la présence d’une occupation antique d’une certaine importance sans qu’il soit encore possible d’en déterminer la nature : agglomération ou grande villa ? Ni la surface de l’occupation (qui semble s’étendre sur plusieurs hectares), ni la nature des constructions (maçonneries soignées en petit appareil, présence d’hypocauste) ne permet de confirmer l’une ou l’autre des hypothèses.

20L’opération de diagnostic archéologique sur le site de la Motte de Saint-Georges à Nort-sur-Erdre (44) a permis d’identifier une villa gallo-romaine, fort arasé, mais qui pourrait présenter un plan classique avec pars urbana et pars rustica. La pars urbana semble inscrite dans un plan carré d’environ 80 m de côté avec cour centrale, et peut-être thermes et galeries. La fouille préventive permettra peut-être la première fouille presque exhaustive d’une villa en Pays de la Loire depuis plusieurs décennies.

21Plusieurs autres établissements ruraux ont été repérés cette année comme le Moulin des Diables à Guérande (44), à le Champ de la Treille à Bouillé-Courdault, Chambretaud 1 à Chambretaud, la Sangle 1 à La Verrie (85). Ces sites ont pour point commun de n’avoir livré que des plans partiels de sites dits « de traditions indigènes », le plus souvent très érodés et pauvres en éléments de datation. Le site de la Sangle 1, à La Verrie, semble correspondre à un petit établissement rural gaulois, avec enclos fossoyé, dont les traces d’une possible continuité de l’occupation de la fin de La Tène moyenne jusqu’à l’époque augustéenne mérite d’être signalée.

22La fouille du Logis Barrault, à Angers, a mis au jour un quartier commercial et artisanal (tabletterie, tissage, métallurgie du cuivre), qui une fois publié, constituera certainement un intéressant référentiel régional. Des témoignages d’activités artisanales – métallurgie du fer – sont également attestés à Jublains dès l’époque tibéro-claudienne. Une activité de production céramique a été mise en évidence à La Bruffière (Les Écobuts, 85), avec la découverte d’un petit bâtiment (avec son puits) ainsi qu’une batterie de deux fours de potier. La production de ces fours semble avoir été diversifiée (tuiles et poteries communes).

23Quant au dossier des voies antiques, les prospections thématiques menées sur le tracé de la voie antique Rennes-Angers se sont révélées fort productives cette année. Des éléments de voiries antiques ont également été mis au jour à La Ferrière, à Chambretaud, et aux Épesses (85).

Moyen Âge

24Pour ce qui concerne la période médiévale 25 sites ont fait l’objet d’une opération archéologique au cours de cette année, dont une dizaine correspondent à des fouilles, tant programmées que préventives.

25Pour le haut Moyen Âge, trois opérations méritent une attention particulière pour leur apport aussi inattendus qu’important. Il s’agit d’abord de la découverte à Rezé d’un imposant sanctuaire paléochrétien dont l’implantation ex abrupto dans un quartier fortement urbanisé dès le début du ier s. de notre ère comme la disparition aussi soudaine après trois remaniements intérieurs de grande ampleur laisse songeur. La fouille du site de Vauvert à Château-Gontier, d’abord assimilée à une ferme gauloise lors de sa découverte par photographie aérienne, permet d’approcher la réalité de l’exploitation agricole de cette période charnière du vie s., comme celle du site métallurgique de la Guyonnière à La Chaize-le-Vicomte permet d’entrevoir celle de l’exploitation du fer à la même période.

26La poursuite de la fouille pluriannuelle du Taillis des Boissières à Jublains a permis de confirmer la présence d’une occupation structurée d’époque carolingienne sur le site.

27Pour la période médiévale, les résultats concernant tant la vie rurale qu’urbaine, sont trop limités pour avoir, dès à présent, valeur d’exemple.

28Les seuls établissements ruraux qui ont fait l’objet d’une fouille extensive, à savoir celui du Pré-Boisman à la Bernerie-en-Retz, et de la Chapellière à la Chaize-le-Vicomte, tous deux datables des xiie et xiiie s., devront s’insérer dans des séries typologiques pour prendre toute leur signification.

29Pour les villes, la rénovation du musée des Beaux-Arts au centre ville d’Angers a été la seule occasion d’une fouille urbaine d’ampleur. Elle a permis de mieux saisir l’évolution et de profondément réinterpréter les modalités du développement urbain d’un quartier aux confins d’une abbaye de renom.

30Une intervention d’urgence lors de travaux de rénovation des réseaux souterrains à Saint-Pierre-le-Potier, centre de production de céramiques connu de longue date, a permis d’étudier plusieurs fours et d’affiner nos connaissances sur des productions qui s’échelonnent du xiiie au xve s. Si les traces de bergerie découvertes dans la grotte Rochefort à Saint-Pierre-sur-Erve correspondent à une forme d’occupation attendue pour ce type de site, la mise au jour de restes d’ossements humains dans une couche d’époque médiévale qui scelle les séquences paléolithiques, et dont les anthropologues n’arrivent pas à préciser les circonstances du dépôt, est plus surprenante.

31Les interventions sur Monuments Historiques, en particulier dans les châteaux, représentent une part non négligeable (1/4) de l’ensemble des opérations de l’année. Malgré une bonne collaboration avec la conservation des Monuments Historiques et les divers intervenants concernés par ce type de dossier, ces opérations demandent une énergie et une ténacité peu communes pour avoir des chances d’aboutir (Châteaubriant, Nantes, Montsoreau, Saumur, ou Mayenne) autant du fait de la durée même des travaux qui vont s’étendre sur plusieurs années que de la complexité des sites concernés ou l’ambition des projets de réutilisation. Dans ce cadre, l’étude du donjon de Sainte-Suzanne apparaît comme exemplaire dans ses méthodes et va au-delà des espérances dans ses résultats.

32La seule abbaye à avoir fait l’objet de travaux archéologique est Maillezais. Si le projet de mise en valeur de ces ruines ont conduit à reprendre l’étude du sanctuaire et du cloître attenant dans le cadre d’interventions a minima, c’est en revanche une fouille programmée qui a révélé un ensemble de constructions attenant à l’enceinte abbatiale dont la qualité de la réalisation pose la question de la fonction réelle sans qu’il soit possible actuellement de trancher définitivement.

Archéologie préventive sur le tracé de l’A87

332001 marque la fin des prospections archéologiques systématiques menées sur le tracé de l’A87 qui se sont achevées par les 19 km de la section Les Essarts – La Roche-sur-Yon, troisième et dernier tronçon de l’autoroute. Au terme d’une étude qui a duré plus de trois ans, de 1998 à 2001, a couvert plus de 112 km entre Angers et La Roche-sur-Yon et a traversé deux départements des Pays de la Loire : le Maine-et-Loire et la Vendée, il est possible d’esquisser un premier bilan des interventions archéologiques réalisées en préalable des travaux engagés par les Autoroutes du Sud de la France pour la construction de cette autoroute régionale.

La méthode

34Antérieures à la réforme législative du 17 janvier 2001 qui a profondément modifié l’organisation et la réglementation de l’archéologie préventive en France, les interventions archéologiques préalables à l’aménagement de l’autoroute A87 se sont articulées autour de quatre étapes définies par le Service régional de l’archéologie :

  • l’étude archéologique préalable (étude documentaire) ;
  • les prospections systématiques sur l’ensemble du tracé ;
  • les évaluations (indices de site) ;
  • les fouilles archéologiques (sites archéologiques).

L’étude archéologique préalable

35Dès 1997 le Service régional de l’archéologie lance une première étude documentaire de manière à connaître la richesse de la documentation disponible sur le territoire traversé par le tracé autoroutier. Il s’agit avant tout d’établir un bilan des connaissances et de la bibliographie existante. Le résultat de cette première approche est peu concluant : la documentation archéologique recueillie se limite à des découvertes fortuites souvent anciennes et anecdotiques. Le relatif « désert » archéologique que laisse envisager cette pré-étude est aujourd’hui infirmé par les résultats des prospections systématiques et tenait sans doute à la faiblesse de la recherche scientifique dans les régions traversées par l’autoroute A87, ainsi qu’à la nature des zones touchées : prairies, bocages et vignobles essentiellement.

36L’étude documentaire débute vraiment en avril 1998. Il s’agit alors de recoller, référencer, analyser et hiérarchiser toute information relative à l’activité humaine sur les terroirs traversés par l’autoroute. En premier lieu elle s’attache à collecter les données existantes concernant le cadre naturel (analyse et synthèse des données géologiques, topographiques, hydrographiques et pédologiques) mais également à compiler les archives (cadastres, couvertures aériennes de l’IGN, documents anciens) susceptibles d’alimenter la réflexion des archéologues. Ponctuellement, selon les données recueillies, l’étude documentaire s’est accompagnée de prospections pédestres destinées à vérifier sur le terrain les hypothèses lancées sur le papier.

37Le résultat de ce travail considérable effectué en amont et en parallèle des investigations sur le terrain doit être publié dans le cadre du rapport global des prospections archéologiques sur le tracé de l’A87.

Les prospections systématiques

38Les premières véritables investigations sur le terrain commencent au printemps 1998 par la section Angers-Cholet sur la commune de Mûr-Erigné (49). Destinées à déceler tout signal anthropique à caractère historique (ou préhistorique) inscrit dans les limites de l’emprise autoroutière, elles consistent en pratique à la réalisation de sondages de 2 m de large sur 20 m de long effectués à la pelle mécanique et disposés en quinconce tous les vingt mètres environs de façon à examiner près de 5 % de la surface totale des terrains situés dans le projet. Lorsque plusieurs indices sont interprétés comme archéologiquement positifs dans un même périmètre, ils déterminent un indice de site qui a pu faire l’objet d’une évaluation.

39La plupart des indices de site repérés en prospection ont fait l’objet d’une évaluation, c’est-à-dire d’une étude archéologique complémentaire se présentant essentiellement sous la forme de tranchées supplémentaires destinées à préciser l’état de conservation du site, son étendue, sa datation et éventuellement sa nature. Une fois ces éléments réunis et selon la qualité du site évalué, la Commission interrégionale de la recherche archéologique a pu donner son avis sur la pertinence ou non de mener une fouille.

Les résultats

40122 indices de site ont été répertoriés sur l’ensemble du tracé, soit, en moyenne, un peu plus d’un indice au kilomètre. 102 indices ont fait l’objet d’une évaluation dont 19 ont été suivies d’une fouille ce qui représente 18,6 % des sites évalués.

4117,6 % des indices de site évalués se sont avérés indéterminables ou liés à des phénomènes naturels. En définitive, après évaluations, 44 sites archéologiques ont été identifiés sur le tracé de l’A87 en Maine-et-Loire et 37 en Vendée.

42Les investigations archéologiques réalisées sur l’A87 ont contribué à améliorer notre connaissance du sud-ouest angevin et du bocage vendéen jusqu’ici délaissés au profit des recherches sur le littoral ou les bords de Loire. Face au « relatif » désert documentaire antérieur, la mise en évidence, tout au long du tracé, aussi bien en Maine-et-Loire qu’en Vendée, d’un maillage relativement dense de fermes gauloises, souvent fortifiées, et d’un réseau d’établissement ruraux ou artisanaux du haut et du bas Moyen Âge, constituent les deux faits saillants des investigations archéologiques menées sur l’autoroute. Ils laissent présager une occupation forte des secteurs traversés durant ces deux périodes.

43Les sites d’habitat enclos de La Tène mis au jour sur l’A87 correspondent à plus de 15 % des sites évalués. En tout pas moins de 16 enclos ont été découverts dont 10 ont donné lieu à une fouille. Ils témoignent d’une forte exploitation du terroir bocager vendéen et des Mauges dès La Tène moyenne et jusqu’à la Conquête romaine. 30 % des sites évalués, soit 25 occupations au total (dont 14 en Maine-et-Loire et 11 en Vendée), sont datés de la Protohistoire, pour l’essentiel du second âge du fer. Certains enclos comme le site des Humelles à Mûrs-Erigné (49), habitat fortifié de la fin de la période gauloise (ier s. av. J.-C.) de type « éperon barré » implanté dans un méandre de la rivière Aubance, sont sans doute à mettre en relation avec la proximité de l’oppidum d’Angers. D’autres, tels que la ferme fortifiée de Richebourg à Trémentines, le site de la Bleure et l’habitat aristocratique fortifié (iiie-ier s. av. J.-C.) des Natteries à Cholet, ont largement modifié notre connaissance du Choletais. Par leur nombre, leur qualité et leur relative homogénéité tant chronologique que typologique, les sites de l’âge du Fer découverts à l’occasion des travaux de l’A87 doivent donner lieu à une étude synthétique, encore à paraître.

44Le Moyen Âge constitue la deuxième grande période bénéficiaire des recherches archéologiques sur l’A87 par la quantité et la qualité des sites mis au jour. Pas moins de 24 occupations, dont 15 en Vendée, sont recensées pour cette période ce qui représente 28 % des évaluations. 16 sites, soit plus de la moitié des occupations médiévales, sont datés du haut Moyen Âge. 39 % des sites référencés pour l’époque médiévale, soit 9 d’entre eux, sont des sites gaulois ou antiques réoccupés à l’époque médiévale, signe probable de la persistance des formes dans le paysage. C’est le cas pour le site de la Petite Valinière, à Saint-Fulgent (85) qui associe les traces d’un habitat de la fin de la période gauloise délimitée par un réseau de petits fossés drainants (ve-iiie s. avant notre ère) et les vestiges d’une ferme médiévale délimitée par un fossé d’enclos, à vocation vivrière ou agro-pastorale (xiiie-xive s.), mais également pour le site de la Chapellière sur la commune de La Chaize-le Vicomte (85), qui distingue, en partie orientale d’un enclos de La Tène final, la présence d’un grand établissement agricole du xiie-xiiie s. constitué de trois enclos, probablement voués à des activités pastorales et domestiques. Il pourrait s’agir d’une exploitation pionnière lié à la mise en valeur d’un terroir. Le site des Landes de Beaulieu, à Beaulieu-sur-Layon, atteste quant à lui la présence d’un habitat associé à une activité agricole depuis la fin de l’époque gallo-romaine jusqu’au xe s. et la pérennité d’une occupation sur plusieurs siècles.

45Pour l’essentiel, les occupations médiévales mises au jour sur l’A87 se résument à des établissements agricoles modestes composés d’un petit habitat, d’une zone vivrière et d’enclos à bestiaux. Un site se détache toutefois par sa nature, son ampleur et son intérêt scientifique : le site de la Frétellière à Trémentines (49), village de potiers carolingiens installés de part et d’autre du ruisseau des Musses (ixe-xe s.). Il constitue désormais une référence régionale par sa production principalement modelée constituée de pots, cruches, bols...

46À l’inverse des périodes gauloises et médiévales, très bien représentées, on peut s’étonner de l’absence de découverte d’un établissement rural gallo-romain. Sans doute les choix d’implantation des arpenteurs antiques différaient-ils des fuseaux établis par les ingénieurs autoroutiers actuels. Pour autant les sites antiques ne sont pas totalement ignorés de l’A87. 15 sites antiques sont répertoriés à l’issue des évaluations dont 10 pour le seul Maine-et-Loire et ce, dans la première section du tracé, entre Angers et Chemillé. Il s’agit dans plus de 75 % des cas de parcellaires, parfois associés à de la voierie ou à quelques vestiges d’habitat. Il semble bien qu’en de nombreuses occasions le tracé de l’autoroute soit malheureusement resté en périphérie du site antique principal. Dans le meilleur des cas, sur le site de la Cantinerie, à Chanzeau (49), les recherches archéologiques ont permis de mettre en évidence des enclos parcellaires d’élevage (chevaux ?) associés au domaine de la villa de l’Épinay (ier-iiie s. de notre ère). Il faut également signaler la fouille d’un petit site artisanal sur la commune de Chemillé, La Boirie 2, constitué d’une batterie de 17 fours dont les analyses ont tendu à démontrer par défaut qu’il pouvait s’agir de four à chaux.

47Impossible de clore ce premier bilan sans évoquer la Préhistoire. Peu présente sous le tracé de l’autoroute (on ne compte que 3 sites paléolithiques et 7 sites néolithiques pour le Maine-et-Loire, deux présences mésolithiques et 4 sites néolithiques pour la Vendée, pour la plupart très mal conservés et rarement en place) la Préhistoire n’a donné lieu qu’à une fouille, mais d’importance, sur le site des Chaloignes, à Mozé-sur-Louet (49). Il s’agit d’un des sites majeurs de la région, où ont pu être reconnus les vestiges exceptionnels d’une industrie lithique caractéristique des chasseurs-cueilleurs de la civilisation azilienne (12 000 avant notre ère).

48Voilà pour ce rapide tour d’horizon des sites archéologiques découverts sous l’A87. En 1982, Gérard Aubin, alors directeur des Antiquités des Pays de la Loire, s’interrogeait à propos des disparités apparentes de peuplement entre le bocage et la plaine vendéenne. Il notait alors que « cartographier des données archéologiques revient souvent à dessiner l’activité des prospecteurs ». Les recherches archéologiques préventives réalisées sur le tracé de l’A87 n’ont rien fait d’autre que tenter de rétablir l’équilibre des études sur ces zones, moins connues, sans doute parce que moins prospectées, que sont le Bocage vendéen et les Mauges. Bien sûr, la nouvelle image qui se dessine est tributaire des contraintes liées à ces grands travaux, cantonnée dans les limites de l’emprise autoroutière. Établir une synthèse des recherches effectuées sur un ruban de 50 m de large et plus de 112 km de long ne permet pas toujours d’éviter la caricature. Il demeure toutefois que les études archéologiques menées dans le cadre de l’A87 ont contribué, à l’échelle régionale, à esquisser de nouvelles lignes de recherches, qu’il serait dommage de ne pas considérer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Philippe Bouvet, Anne de Saulce, Bernard Mandy, Benoît Ode et Rolande Simon-Millot, « Résultats significatifs en Pays de la Loire pour l’année 2001 »ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Pays de la Loire, mis en ligne le 28 septembre 2020, consulté le 07 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/35850

Haut de page

Auteurs

Jean-Philippe Bouvet

Drac Pays de la Loire (service régional de l’archéologie)

Articles du même auteur

Anne de Saulce

Drac Pays de la Loire (service régional de l’archéologie)

Articles du même auteur

Bernard Mandy

Drac Pays de la Loire (service régional de l’archéologie)

Articles du même auteur

Benoît Ode

Drac Pays de la Loire (service régional de l’archéologie)

Articles du même auteur

Rolande Simon-Millot

Drac Pays de la Loire (service régional de l’archéologie)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search