Navigation – Plan du site

AccueilRégionsPays de la Loire199849 – Maine-et-LoireTracé de l’autoroute A87

1998
49 – Maine-et-Loire

Tracé de l’autoroute A87

Prospection inventaire (1998)
Responsable d’opération : Yann Viau

Texte intégral

1La construction de l’autoroute A87 entre Angers (49) et La Roche-sur-Yon (85), menée par les Autoroutes du Sud de la France, se présente sous la forme de trois sections successives. Cette année, la prospection s’est déroulée sur la 1re section entre Angers et Cholet, correspondant à une cinquantaine de kilomètres du tracé autoroutier.

2Une phase de prospection pédestre a été programmée, en amont de la prospection mécanique entre avril et juin 1998, sur la bande des 300 m du tracé par défaut de connaissance du tracé définitif. Cependant, cette période de l’année n’est pas la plus propice à ce genre d’intervention (mise en culture des céréales, peu de parcelles labourées, nombreux herbages) ; de ce fait la prospection a concerné principalement les parcelles viticoles. Au bout du compte, la superficie étudiée se chiffre à 234 ha dont 70 ha sur l’emprise réelle du tracé autoroutier. Sur ces 234 ha, 23 « indices de site » ont été repérés qui se répartissent en deux groupes : les zones d’épandage plus ou moins importantes de mobilier (20) et les secteurs où les conditions géographiques et topographiques semblent propices à une installation humaine (3). L’ensemble de ces indices semble traduire une occupation néolithique assez conséquente dans ce secteur. À travers le mobilier archéologique recueilli, il est intéressant de noter déjà la diversité des matériaux employés pour ces périodes préhistoriques (phtanites, jaspes, calcédoines, quartzite de Montbert, diorite, 4 sortes de silex, opale résinite, jaspe de type Fontmaure). Les autres périodes chronologiques sont peut-être moins représentées mais ne traduisent aucunement une occupation moins importante.

3La prospection mécanique s’est déroulée sur une durée de 6 mois (juillet décembre 1998) sur les 47 premiers kilomètres du tracé (de Mûrs-Erigné aux portes de Cholet). Les deux premiers mois, deux équipes de trois personnes ont réalisé les sondages de prospection, un renfort de deux autres équipes a été apporté par la suite pour pouvoir répondre aux exigences de libération des terrains par l’aménageur. Un maillage de tranchées de 20 m de long disposées en quinconce a été implanté sur le terrain, permettant ainsi un quadrillage maximal de l’emprise autoroutière.

4Au terme de ces 47 premiers kilomètres, 53 gisements archéologiques ont été repérés concernant quasiment toutes les périodes (de 20 000 ans av. J.-C. au xviie s. apr. J.-C.). Il est intéressant de noter la diversité des sites aussi bien par leur chronologie que par leur répartition par commune. Ainsi, les premières communes du tracé (Mûrs-Erigné, Mozé-sur-Louet, Beaulieu-sur-Layon, Saint-Lambert-du-Lattay, Chanzeaux) recèlent des gisements concernant principalement les périodes néolithiques et protohistoriques. Les rares indices antiques se trouvent également sur ces communes. Les indices d’époque gauloise prédominent sur les communes de Chemillé et Saint-Georges-des-Gardes. Enfin, la période médiévale, plus particulièrement le haut Moyen Âge, est très présente sur la commune de Trémentines aux portes de Cholet.

5À la suite de la prospection, certains indices émergent, soit par la densité des structures et leur organisation spatiale, soit par la qualité et la quantité de mobilier recueilli. Ainsi, le gisement des Chaloignes à Mozé-sur-Louet semble présenter un caractère exceptionnel pour la région. En effet, ce site installé en fond de vallée, à la confluence de plusieurs talwegs, conserve a priori de nombreux vestiges d’une industrie lithique de l’Azilien. De plus, cette occupation est scellée en partie par une occupation protohistorique qui présente un bon état de conservation général. Les périodes gauloises sont également fort bien représentées par le biais de nombreux enclos : gisements de la Midonnière (Saint-Lambert-du-Lattay), la Boirie (Chemillé) ou Richebourg (Trémentines). Il faut noter également la présence d’un éventuel site fortifié de type éperon barré, implanté dans un méandre de l’Aubance (site des Humelles à Mûrs-Erigné). En ce qui concerne l’occupation antique, les indices restent ténus ; à retenir cependant le gisement de la Cantinerie (Chanzeaux) qui pourrait être en relation avec la présence d’une villa, à proximité. La Bauconnaisserie à Mozé-sur-Louet présente un ensemble de structures fossoyées riche en céramiques du ier au iiie s. apr. J.-C. Enfin, un gisement, situé sur le futur échangeur de Beaulieu-sur-Layon, associe de nombreuses structures contenant du mobilier de l’Antiquité tardive (ve s. apr. J.-C.) avec des aménagements du haut Moyen Âge (xe s. apr. J.-C.). En ce qui concerne la période médiévale, elle est fort bien représentée plus particulièrement sur la commune de Trémentines. Pas moins de 5 indices de site y ont été repérés. L’occupation semble se caler entre le viiie et le xe s. Les sites se présentent soit sous la forme de zones d’habitat (les Maisons Neuves, Chanzeaux ; l’Ogerie et la Gadellerie à Trémentines), soit sous la forme de secteurs d’activités artisanales telles que la métallurgie (la Petite Vernière, Trémentines) ou la fabrication de céramiques (la Frétellière, Trémentines). Ce dernier site est exceptionnel par son étendue (1,3 km de linéaire autoroutier) et par la quantité de mobilier recueilli. De plus, ce gisement présente des céramiques à ce jour totalement inconnues, et qui semblent avoir été distribuées sur les sites environnants.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yann Viau, « Tracé de l’autoroute A87 » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Pays de la Loire, mis en ligne le 29 septembre 2020, consulté le 28 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/36038

Haut de page

Auteur

Yann Viau

Afan

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Yann Viau

Afan

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search