Navigation – Plan du site

AccueilRégionsPays de la Loire199872 – SartheVivoin – La Petite Nèmerie

1998
72 – Sarthe

Vivoin – La Petite Nèmerie

Fouille préventive (1998)
Responsable d’opération : Bruno Aubry

Texte intégral

1Fouillé dans le cadre du projet autoroutier A28, le site de La Petite Nèmerie a été découvert lors de la prospection systématique engagée sur le tracé. L’évaluation a permis de déterminer l’ampleur du site, sa nature et son état de conservation. Un décapage de près de 3 ha a été nécessaire. La fouille a commencé au mois de juillet pour se terminer à la fin du mois de décembre. Une moyenne de 10 personnes a permis de fouiller presque la totalité des quelques 900 structures archéologiques.

2Des indices d’occupation du Paléolithique moyen, ainsi que du Néolithique moyen et final sont à signaler ; du Mésolithique, ainsi que de l’âge du Bronze moyen sont également présents. Ces périodes sont illustrées par l’industrie lithique et de la céramique. Une épingle en bronze à tête évasée et renflement fusiforme à décors incisés datable du Bronze II illustre entre autres l’occupation du site à cette période.

Fig. 1 – Épingle à tête en trompette et col incisé

Fig. 1 – Épingle à tête en trompette et col incisé

Âge du Bronze.

Dessin : F. Verdelet.

3Le site a été principalement occupé à La Tène ancienne et à La Tène moyenne. La fouille a permis de mettre en évidence un ensemble de bâtiments sur poteaux, essentiellement liés à une activité de stockage. Ces structures sont toutes construites sur le même modèle et présentent des plans de surfaces similaires. Nous sommes en présence de bâtiments aux plans rectangulaires et semi-circulaires. Les bâtiments s’articulent suivant un axe est-ouest. Les poteaux sont tous particulièrement bien conservés. Nous observons également des bâtiments à structures fossoyées dont la similitude des plans est très forte. Les édifices sont de plan rectangulaire. Des structures liées a des activités domestiques se trouvent au centre de ces bâtiments (trous de poteau et foyer).

4La particularité de l’occupation protohistorique est que les niveaux d’occupations sont particulièrement bien conservés. Presque chaque bâtiment est doté de zones de rejet de produits domestiques. La céramique est en règle générale très fragmentaire. Une fibule en bronze avec pied à tête d’oiseau stylisé de La Tène ancienne II ou La Tène BI ancien a été mise au jour dans ces niveaux. Des coupes à bord festonné sont également rencontrées, soit dans le sol d’occupation, soit dans les structures d’habitation.

Fig. 2 – Plan partiel de l’occupation protohistorique

Fig. 2 – Plan partiel de l’occupation protohistorique

DAO : F. Verdelet.

5Un réseau de fossés du ier s. apr. J.-C. semble correspondre à une superposition d’enclos plus ou moins quadrangulaires. Aucune structure domestique n’a été reconnue au sein de ces ensembles. Certains fossés présentent des interruptions. Il peut s’agir d’éventuelles systèmes d’entrées. De part et d’autre de ces enclos, se développe un réseau orthonormé de parcellaire.

6L’occupation gallo-romaine est marquée par l’implantation au courant du ier s. apr. J.-C., d’un double enclos quadrangulaire dans lequel, une série de fours domestiques et de fonds de cabane se rencontre. Des puits , dont un est parementé, sont également présents. On y a découvert d’abondants restes organiques et d’ossements humains et animaux. Un réseau parcellaire contemporain de cette occupation crée des cellules d’environ 2 000 m2 chacune et se développant d’est en ouest. Aucune structure d’habitation n’est reconnue à l’intérieur de ces espaces.

7Au sud de l’activité domestique, un enclos funéraire fossoyé de 20 m de côté présente des degrés de conservation et de richesse différentes. La datation proposée pour le moment est du ier s. apr. J.-C.

8Deux autres enclos, dont un est maçonné et l’autre palissade, s’implantent en suivant une trame orthonormée au parcellaire. Ces deux ensembles renferment également des groupes d’incinérations. Quelques tombes présentent un mobilier en verre et en bronze remarquable. Elles sont rattachables au courant du iie et iiis. apr. J.-C.

9L’enclos maçonné mesure 17 m sur 24 m. L’intérieur de cette infrastructure conserve par endroit des sols constitués de rognons et de plaquettes calcaires. Le mobilier rencontré est principalement composé de sigillée et de verre.

10Le deuxième enclos est matérialisé par une double rangée de calages de poteaux constitués de blocs calcaires. Au sein de cette aire, un troisième groupe d’incinérations se met en place. L’enclos s’appuie perpendiculairement à un chemin empierré orienté est-ouest. Le chemin est soigneusement appareillé de rognons de calcaire et de quelques blocs de grès.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Épingle à tête en trompette et col incisé
Légende Âge du Bronze.
Crédits Dessin : F. Verdelet.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/36119/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 142k
Titre Fig. 2 – Plan partiel de l’occupation protohistorique
Crédits DAO : F. Verdelet.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/36119/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 743k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bruno Aubry, « Vivoin – La Petite Nèmerie » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Pays de la Loire, mis en ligne le 29 septembre 2020, consulté le 21 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/36119

Haut de page

Auteur

Bruno Aubry

Afan

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Bruno Aubry

Afan

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search