Navigation – Plan du site

AccueilRégionsBourgogne-Franche-Comté201039 – JuraAmange – Grotte des Gorges

2010
39 – Jura

Amange – Grotte des Gorges

Sondage et fouille programmée (2008-2010)
Responsable d’opération : Serge David

Texte intégral

1La grotte des Gorges s’ouvre à quelques kilomètres au nord-est de la ville de Dole, sur le territoire de la commune d’Amange (Jura), dans un petit vallon creusé par le ruisseau homonyme, qui prend sa source dans le massif de la Serre.

Description de la cavité

2D’anciens couloirs karstiques ont été recoupés par le creusement du vallon, et la grotte des Gorges constitue un de ces couloirs. Il s’agit d’une cavité de taille modeste : en l’état actuel, la longueur n’atteint pas 14 m pour une largeur moyenne d’environ 6 m. Le colmatage rend difficile une évaluation des prolongements au sud et à l’ouest. L’accès actuel est une ouverture latérale liée au démantèlement de l’abrupt rocheux.

Historique des recherches

3La grotte des Gorges a fait l’objet de sondages en 2008 et 2009 dans le cadre du projet collectif de recherche « Gestion des matières premières et implantation humaine autour du massif de la Serre » (responsables : Luc Jaccottey et Annabelle Milleville). L’objectif du PCR était de caractériser les matières premières lithiques du Nord-Jura, de les rechercher dans les collections archéologiques et d’en étudier l’utilisation de façon diachronique. Ce projet incluait des sondages destinés à préciser les cadres chronoculturels indispensables à l’étude. La première campagne de sondages a confirmé l’intérêt du site, sans toutefois permettre une attribution culturelle claire. La deuxième a montré qu’il s’agissait d’un site du Paléolithique supérieur ancien. L’opération est devenue en 2010 une fouille programmée, qui a permis d’importantes avancées : meilleure connaissance de la mise en place du karst et de la dynamique sédimentaire, attribution du niveau profond à l’Aurignacien, identification de manifestations artistiques du Paléolithique supérieur ancien.

Une morphogenèse complexe

Étude de Didier Cailhol et Stéphane Jaillet (Edytem-CNRS/université de Chambéry)

4Il s’agit à l’origine d’un drain mis en place sous un régime noyé avec un sens d’écoulement de l’entrée vers le fond. Sur la voûte, des marques d’érosion (chenaux et « coups de gouge ») témoignent de ce fonctionnement. Le karst subit ensuite une modification importante traduisant un profond changement des conditions environnementales. Le substratum est alors incisé ; un petit méandre vadose se forme au fond. Les sédiments déposés au moment de la formation du drain sont évacués, puis de nouveaux sédiments remplissent la cavité jusqu’à un colmatage presque complet. Pendant cette phase ultime, à une date difficile à préciser, le démantèlement de l’abrupt rocheux par l’érosion et les phénomènes gravitaires provoque la formation de l’entrée actuelle. Un enjeu important après 2010 est la recherche de l’emplacement du paléoporche.

Stratigraphie

5Une stratigraphie complète est obtenue grâce à un sondage réalisé en 2009-2010 (fig. 1).

Fig. 1 – Vue de la fouille en 2010

Fig. 1 – Vue de la fouille en 2010

Noter le sondage profond sur la gauche.

Cliché : S. David.

6On distingue de bas en haut (fig. 2 et 3) :

  • reposant sur le substratum, des éléments calcaires anguleux emballés par des sables grossiers et moyens avec des traces d’une matrice plus fine de limons sablo-argileux (US 4) ;
  • une accumulation de sables lités avec intercalation de niveaux cryoclastiques (US 3) ;
  • un ensemble cryoclastique avec matrice sableuse à la base, limono-argileuse dans la partie supérieure (US 2).

Fig. 2 – Vue du sondage profond réalisé dans les carrés G10, G11 et G12

Fig. 2 – Vue du sondage profond réalisé dans les carrés G10, G11 et G12

Noter la pente du substratum de part et d’autre du méandre qui incise le fond.

Cliché S. David.

Fig. 3 – Stratigraphie du sondage profond

Fig. 3 – Stratigraphie du sondage profond

Noter les deux ensembles sédimentaires et le colmatage de la cavité.

Relevé : S. David, D. Sordoillet ; DAO : S. David.

7Ces trois unités stratigraphiques constituent un ensemble inférieur grossier, qui semble dû à la redistribution à l’intérieur de la cavité de sédiments accumulés à l’extérieur, le long de l’abrupt rocheux. L’hypothèse retenue est celle de coulées de débris conditionnées par la morphologie karstique et, pour les sables, de ruissellements depuis le plateau surplombant le karst ou de débordements du ruisseau voisin (étude de Luca Sitzia et Mathieu Bosq, Pacea-CNRS/université de Bordeaux).

8L’ensemble inférieur est surmonté par un niveau d’effondrement (US 1) visible seulement à l’entrée de la cavité.

9L’ensemble supérieur (US 0) est composé d’argiles provenant des surfaces d’épandage des versants du massif de la Serre. Ce dépôt a presque entièrement comblé la cavité. Il s’agit probablement d’une accumulation par ruissellement qui traduit un changement important de la dynamique sédimentaire installée dans la grotte des Gorges.

10Un ensemble remanié (R) forme le sommet du remplissage dans l’entrée de la cavité. Il se présente sous la forme d’une accumulation limono-argileuse brune, à blocs de taille variable éparpillés en tous sens. L’aspect chaotique de ce dépôt, qui peut atteindre 1 m d’épaisseur, plaide pour un remblai d’origine anthropique.

Données archéologiques

Us 4

11Cette unité stratigraphique a livré quelques dizaines de vestiges comprenant des restes de faune et un outillage lithique.

12Le Renne (Rangifer tarandus) domine dans la faune, suivi par le Bison (Bison priscus), le Lièvre d’Europe (Lepus europaeus), le Mammouth (Mammuthus primigenius), le Cerf élaphe (Cervus elaphus) et l’Hyène des cavernes (Crocuta spelaea) (déterminations de Christophe Griggo, Edytem/université de Cambéry et de Grenoble).

13La série lithique comprend des produits de débitage et quelques pièces retouchées. Une lame retouchée, des pièces esquillées et surtout une lamelle Dufour orientent la diagnose culturelle vers l’Aurignacien. Deux datations par AMS réalisées sur esquilles ont donné des dates de 34 550 ± 600 BP et 34 250 ± 550 BP (OxA-22997). Un rapprochement est possible avec l’Aurignacien de la grotte du « Trou de la Mère Clochette », située à quelques kilomètres, où sont attestées des lamelles Dufour.

Us 3

14Cette unité stratigraphique a livré quelques esquilles osseuses très usées, une côte de cheval en bon état de conservation attribuable à Equus caballus cf gallicus (détermination de Christophe Griggo, Edytem-CNRS/université de Chambéry), et une petite tête d’ours sculptée (fig. 4).

Fig. 4 – Photographie et relevé de la tête d’ours sculptée provenant de l’US 3

Fig. 4 – Photographie et relevé de la tête d’ours sculptée provenant de l’US 3

Cliché : F. d’Errico ; relevé : R. Pigeaud.

Us 2

15Trois niveaux ont été reconnus à l’intérieur de la cavité et numérotés de bas en haut 2, 1b et 1a. Les trois niveaux sont présents sur toute la surface fouillée et s’appauvrissent à l’intérieur de la cavité. Le niveau 2, le plus riche (313 restes fauniques déterminables sur un total de 506 pour l’ensemble des niveaux fouillés dans la cavité), est aussi le mieux préservé.

16Ces niveaux ont livré presque essentiellement des restes de faune.

17L’industrie lithique est absente, à l’exception de quelques micro-éclats. Le seul véritable outil est un fragment de diaphyse de bison utilisé en retouchoir provenant du niveau 1b.

18Le Bison (Bison priscus) représente 87,5 % des restes de faune déterminables du niveau 2 (étude de Christophe Griggo). Le Renne (Rangifer tarandus) est très faiblement représenté (1,5 % des restes), ainsi que le Cheval (Equus caballus cf gallicus) (1,2 %). Le Bison reste dominant en 1b (74,6 % des restes), mais le Renne est un peu plus abondant (7,2 %). Cette espèce domine dans le niveau 1a, avec 52,1 % des restes déterminables, alors que le Bison n’en représente plus que 14,4 %. On note donc un net refroidissement du milieu du niveau 2 au niveau 1a. Ce refroidissement apparaît également dans les microvertébrés (étude de Marcel Jeannet, Lampea-CNRS/université de Marseille).

19La répartition anatomique des restes et des classes de taille (esquilles de moins de 2 cm et fragments de diaphyse de 10 cm en moyenne), la présence d’os rongés et d’os régurgités laissent penser que l’Hyène des cavernes a joué un rôle important dans la formation des niveaux archéologiques de l’US 2. Pour C. Griggo cependant, les rares traces anthropiques, en relation avec des activités de boucherie (stries, percussions) ou de réaffûtage de l’outillage lithique (retouchoir) montrent que le site a pu être utilisé par des groupes humains qui l’ont fréquenté comme une halte de chasse, où le gibier a été amené mais où les activités de taille ont été extrêmement limitées. Les carnivores ont probablement visité le site en l’absence de l’Homme et consommé certains ossements, modifiant ainsi l’accumulation anthropique originelle. Cette hypothèse reste cependant à vérifier par une fouille à l’extérieur, où pourrait se trouver une installation humaine.

20Les premières datations par le radiocarbone se placent entre 31 000 et 29 000 BP, et permettent de situer les niveaux 2, 1b et 1a dans l’interstadiaire qui clôt le stade isotopique 3.

Ensemble remanié R

21De ce remblai proviennent plusieurs blocs gravés d’âge paléolithique, ainsi qu’un fragment d’amphore gauloise de type G4 provenant de la Gaule narbonnaise. Ce type d’amphore destiné au transport du vin a circulé du milieu du ier s. jusqu’au iiie s. apr. J.‑C. (étude de Sylviane Humbert, Inrap). Sa position à proximité de la paroi fait penser à un débris jeté dans la grotte. La présence de ce vestige ne surprend pas, car la région est riche d’installations gallo-romaines.

Un nouveau site d’art du Paléolithique supérieur ancien

22Une première gravure a été repérée sur la voûte en 2009, suivie par d’autres en 2010. L’âge paléolithique des tracés est confirmé la même année par Romain Pigeaud (Museum National d’Histoire Naturelle) et Jean-Michel Geneste (ministère de la Culture). À ce stade, il est cependant prématuré d’avancer une diagnose culturelle plus précise.

23C’est en 2010 également que sont découverts des blocs gravés et une petite figurine qui est identifiée comme une tête d’ours sculptée (fig. 4). Cette sculpture, nettement antérieure à 30 000 BP d’après sa position stratigraphique dans les sables de l’US 3, révèle un lien avec l’Aurignacien du Jura souabe.

24Sur un des blocs sont identifiées deux figures stylisées de cheval, attribuables au Paléolithique supérieur ancien.

25Les recherches conduites dans la grotte des Gorges entre 2008 et 2010 ont permis de découvrir un nouveau site du Paléolithique supérieur ancien, probablement d’âge aurignacien. À ce stade, cependant, de nombreuses questions se posent sur la dynamique sédimentaire à l’œuvre dans la cavité, la nature anthropique ou non des niveaux 2, 1b et 1a, l’origine de la figurine découverte dans les sables de l’US 3, et sur les tracés découverts sur la voûte et sur les blocs.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Vue de la fouille en 2010
Légende Noter le sondage profond sur la gauche.
Crédits Cliché : S. David.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/36211/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 483k
Titre Fig. 2 – Vue du sondage profond réalisé dans les carrés G10, G11 et G12
Légende Noter la pente du substratum de part et d’autre du méandre qui incise le fond.
Crédits Cliché S. David.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/36211/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Titre Fig. 3 – Stratigraphie du sondage profond
Légende Noter les deux ensembles sédimentaires et le colmatage de la cavité.
Crédits Relevé : S. David, D. Sordoillet ; DAO : S. David.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/36211/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 277k
Titre Fig. 4 – Photographie et relevé de la tête d’ours sculptée provenant de l’US 3
Crédits Cliché : F. d’Errico ; relevé : R. Pigeaud.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/36211/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 359k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Serge David, « Amange – Grotte des Gorges » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Bourgogne-Franche-Comté, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 17 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/36211

Haut de page

Auteur

Serge David

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Serge David

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search