Navigation – Plan du site

AccueilRégionsBourgogne-Franche-Comté201039 – JuraTavaux – Les Terres-Saint-Gervais

2010
39 – Jura

Tavaux – Les Terres-Saint-Gervais

Fouille programmée (2009-2010)
Responsable d’opération : Gérald Barbet
Notice rédigée avec Marie-José Ancel

Texte intégral

1L’opération archéologique effectuée en 2009 sur la nécropole gallo-romaine des Terres-Saint-Gervais, sur la commune de Tavaux, correspond à la première tranche d’une fouille exhaustive de cette nécropole et fait suite à une opération de sondages effectuée en 2007 (fig. 1). En effet, un programme d’étude sur quatre années avait été initialement proposé pour l’étude de ce site. Conformément à la demande déposée à la CIRA, la fouille a été réalisée sur une bande de terrain de 30 m de longueur sur une largeur de 20 m, avec un décrochement supplémentaire de 5 m x 10 m au nord-est de la fouille. Cette bande de terrain a été située en bordure et dans l’angle de la parcelle ZN42 pour permettre une progression cohérente des prochaines opérations archéologiques.

Fig. 1 – Plan général de la nécropole de Tavaux

Fig. 1 – Plan général de la nécropole de Tavaux

2009 et 2010.

DAO : S. Dubois.

2Les travaux archéologiques menés actuellement sur cette nécropole (prospections, sondages, fouille programmée) permettent aujourd’hui d’évaluer, approximativement la superficie de cette nouvelle nécropole et également d’avancer quelques hypothèses concernant l’organisation de ce nouvel espace funéraire, qui semble relativement proche de celui de la nécropole I, des Charmes d’Amont même s’il ne s’agit pas ici uniquement d’une nécropole à crémations mais d’une nécropole mixte (crémations et inhumations). Elle serait datée du ier au iiie s. apr. J.‑C. et possèderait une surface de 1 000 m2. Toutefois ces premières données seront très certainement réévaluées suite aux nouvelles découvertes.

3Avant de procéder à l’opération de sondages puis de fouille programmée, il a été effectué un important travail de prospection systématique sur cette même parcelle. Le report précis sur une carte des emplacements du mobilier (os brûlés, tessons de céramique, fragments de verre, monnaies, fibules, fragments de stèles...), permet de compléter les informations apportées par les sondages et la fouille de 2009 et de proposer un premier document illustrant l’organisation du site funéraire.

4Suite à la prospection, l’existence d’un lieu de crémation sur le site pourrait se concevoir. Une concentration de charbons de bois et de milliers de minuscules fragments osseux carbonisés (les plus gros ne dépassant pas 3 à 4 mm de longueur), ainsi que de nombreux fragments de récipients en verre partiellement ou totalement fondus (principalement des balsamaires de type Isings 6, 8, 26 ou 28), occupe une surface visible d’environ 80 m2.

5Une seconde zone a livré, quant à elle, de très nombreux fragments de céramique et de bouteilles carrées en verre, dont plusieurs de forme Ising 62 ainsi qu’un fragment de stèle. Contrairement au mobilier découvert sur la première concentration, la plupart de ces fragments n’ont pas été brûlés et portent des traces de cassures récentes très certainement dues aux travaux agricoles. Les fragments de col étant surreprésentés, il doit probablement s’agir de fragments d’urnes cinéraires brisées par les labours.

6Il convient aussi de noter la présence d’une concentration de mobilier métallique que certains spécialistes considèrent comme du mobilier d’origine militaire (rasoir, phalères, clous de caligae aux décors tardo-républicains de type Alésia, série de fibules à queues de paon, types Dollfus B, C, D ou de type Feugère 19 a1 et 19 a2). Mais c’est avant tout leur nombre qui souligne leur intérêt puisque isolé ce type de fibule peut également se rencontrer dans un cadre civil.

7La fouille et les sondages ont permis de mettre en évidence un fossé orienté dans nord-sud, tout comme la voie Besançon-Chalon. Ce fossé, par sa localisation, ses dimensions et son profil, semble être en relation directe avec la voie antique. C’est à une dizaine de mètres au nord-ouest de ce fossé que 21 sépultures ont déjà été découvertes (12 incinérations, 5 inhumations de périnataux, 4 inhumations d’adulte ?) ainsi que 7 « fosses funéraires » indéterminées, 1 radier de stèle et une fosse à libation.

8L’opération archéologique effectuée en 2010, à Tavaux, sur la nécropole gallo-romaine des Terres-Saint-Gervais, est la deuxième campagne d’une fouille programmée trisannuelle (fig. 1). Elle succède à une première campagne préparatoire (2009). Ce programme de recherches élaboré sur trois ans permettra d’étudier exhaustivement cette nécropole située en bordure de la voie antique Besançon-Chalon.

9La fouille de 2010 concerne deux types d’interventions différentes : une fouille en aire ouverte de 1 250 m2 et neuf sondages destinés à affiner notre estimation de la surface occupée par la nécropole. Cette dernière occuperait un espace formant un quadrilatère de 2 700 m2.

10Pour ce qui concerne la campagne de fouille réalisée au mois d’août 2010, nous avons relevé 46 nouvelles crémations (fig. 2), 13 inhumations en imbrex de périnataux (fig. 3) et 5 inhumations en fosse (fig. 4). Nous avons également mis en évidence une structure matérialisée par quatre trous de poteaux pouvant correspondre à un grenier (?). Il est difficile dans l’état actuel de nos connaissances de l’associer de manière formelle à la fosse à libation, découverte en 2009 et typique des traditions gauloises et datée du Hallstatt final ou de La Tène.

Fig. 2 – Sépulture secondaire en vase ossuaire en verre et coffrage de tuiles

Fig. 2 – Sépulture secondaire en vase ossuaire en verre et coffrage de tuiles

Cliché : M.-J. Ancel (Archeodunum, Association Fortis).

Fig. 3 – Sépulture à inhumation en imbrex de périnatal

Fig. 3 – Sépulture à inhumation en imbrex de périnatal

Cliché : M.-J. Ancel (Archeodunum, Association Fortis).

Fig. 4 – Tombe à inhumation en fosse associant une adulte et un périnatal recouvert d’une imbrex

Fig. 4 – Tombe à inhumation en fosse associant une adulte et un périnatal recouvert d’une imbrex

Cliché : M.-J. Ancel (Archeodunum, Association Fortis).

11Les différentes opérations archéologiques effectuées jusqu’ici sur la nécropole II Les Terres-Saint-Gervais ont déjà permis de relever au total 104 structures, composée de 58 crémations, 9 inhumations d’adultes, 18 de périnataux, 7 fosses indéterminées, d’un radier de stèle, d’une fosse à libation, de 7 trous de poteaux et de trois fossés.

12Dans l’état actuel de nos connaissances, il est encore difficile de proposer une datation ante quem et post quem pour ce qui est de l’occupation de cette nécropole. Si les crémations déjà étudiées sont datées entre 30 et 160 apr. J.‑C., l’une des inhumations fouillée en 2010 est datée par radiocarbone de la période protohistorique (fig. 5). A contrario, une autre inhumation a été datée par radiocarbone de l’époque antique. Il conviendra également de tenir compte des inhumations d’adultes repérées dans les sondages effectués en 2007 et qui seront fouillées lors de la prochaine campagne. Toutefois cette nécropole antique est mixte. Il nous faudra désormais voir s’il y a continuité ou non entre la période protohistorique et l’Antiquité.

13Nous avons également constaté l’existence d’une zone vide de toute structure funéraire. Cet emplacement de forme ovoïde et couvrant une surface d’environ 20 m2 est situé approximativement au centre de la nécropole. Le sol y est parsemé d’ossements d’animaux, principalement du bovidé et du cervidé. Un relevé méthodique a été effectué et l’étude archéozoologique de ces restes est en cours.

14Dans l’état actuel de nos connaissances, par son plan, par la présence d’inhumations et par l’absence de limite structurée, la nécropole II Les Terres-Saint-Gervais, ne semble pas comparable à la nécropole de Tavaux I, aux Charmes d’Amont.

15Ces deux nécropoles présentent un nombre important de sépultures de périnataux dans des imbrices. Seul le plan exhaustif de cette nécropole permettra de mieux comprendre le mode d’intégration de ces sépultures dans l’ensemble funéraire (groupements comme dans la nécropole I ?). De même il nous faudra aussi comprendre la concentration d’objets militaires relevés en prospection pédestre.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan général de la nécropole de Tavaux
Légende 2009 et 2010.
Crédits DAO : S. Dubois.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/36228/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 447k
Titre Fig. 2 – Sépulture secondaire en vase ossuaire en verre et coffrage de tuiles
Crédits Cliché : M.-J. Ancel (Archeodunum, Association Fortis).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/36228/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 3,2M
Titre Fig. 3 – Sépulture à inhumation en imbrex de périnatal
Crédits Cliché : M.-J. Ancel (Archeodunum, Association Fortis).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/36228/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 764k
Titre Fig. 4 – Tombe à inhumation en fosse associant une adulte et un périnatal recouvert d’une imbrex
Crédits Cliché : M.-J. Ancel (Archeodunum, Association Fortis).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/36228/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gérald Barbet, Marie-José Ancel, « Tavaux – Les Terres-Saint-Gervais » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Bourgogne-Franche-Comté, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 29 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/36228

Haut de page

Auteurs

Gérald Barbet

Association Fortis, UMR 6298 ARTeHIS

Articles du même auteur

Marie-José Ancel

Archeodunum, Association Fortis, UMR 6298 ARTeHIS

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Gérald Barbet

Association Fortis, UMR 6298 ARTeHIS

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search