Navigation – Plan du site

AccueilRégionsPays de la Loire199949 – Maine-et-LoireChanzeaux – La Morinière

1999
49 – Maine-et-Loire

Chanzeaux – La Morinière

Fouille préventive (1999)
Responsable d’opération : Benoît Oliveau

Entrées d’index

Année de l'opération :

1999

Chronologie :

Protohistoire, âge du Fer

Nature de l'opération :

fouille préventive
Haut de page

Texte intégral

1Le site de la Morinière a fait l’objet d’une opération de fouille suite à sa découverte lors de la campagne de prospection mécanique liée aux travaux autoroutiers de l’A87. Il s’étend de part et d’autre d’un petit vallon peu prononcé dont le talweg est pérennisé par un fossé récent.

2L’étude a mis en évidence, d’une part, un habitat du début du second âge du Fer, caractérisé par un réseau fossoyé rectilinéaire associé à une zone construite délimitée par un fossé curviligne et, d’autre part, un barrage du talweg par un large fossé et son talus, clôturant une occupation de La Tène finale.

3L’élément structurant majeur du site est un long fossé rectiligne découvert sur 105 m de long qui traverse le site d’est en ouest, où il s’interrompt soudainement. Vers l’est, il se poursuit au-delà des limites de la zone décapée. Il est conservé sur une profondeur de 0,20 à 0,30 m pour une largeur moyenne de 0,50 m. Aucune empreinte pouvant attester la présence d’une palissade dans la tranchée n’a été relevée. Tous les artefacts prélevés dans le fossé proviennent de sa partie contiguë à l’enclos curviligne. Ils ont été retrouvés sur toute la hauteur de son comblement et sont datés de La Tène ancienne. Au sud, le fossé curviligne s’interrompt à une dizaine de centimètres du long fossé rectiligne, sans le rejoindre. Le fossé devait être doublé d’un talus, au nord, sur lequel pouvait être installé une haie vive. Il divise l’occupation en deux types distincts : une occupation dispersée au nord et une occupation concentrée à l’intérieur de l’enclos curviligne au sud. À l’ouest, un second fossé rectiligne semble refermer l’aire d’occupation au nord du premier. Il n’a livré aucun mobilier permettant une datation relative. Légèrement oblique au long fossé rectiligne, il vient à sa rencontre sans le croiser, s’interrompant à hauteur du talus fantôme. À 17 m et 20 m vers le nord, sur la façade ouest, sont visibles deux excroissances du fossé. Elles sont composées de creusements distincts du fossé, obliques et légèrement moins profonds, matérialisant peut-être une entrée. À l’intérieure de l’enclos curviligne se dessine un édifice à nef unique, orienté est-ouest, de 10 m sur 4 m. Au nord du fossé rectiligne l’occupation semble se concentrer à hauteur de l’habitat sans qu’aucun ensemble puisse être identifié.

4L’extrémité d’un large fossé, d’une ouverture de 5 m pour 2 m de profondeur, vient couper le talweg. Le talus qui le borde à l’est, conservé sur 0,50 m dans sa partie haute, provoqua une retenue d’eau en amont du ru. La céramique retrouvée dans le fossé permet de dater cette occupation de La Tène finale. Le décapage limité du versant nord du vallon n’a permis la mise au jour dans l’enclos formé par le talus et la retenu que d’un grenier constitué de quatre poteaux espacés de 2 m et d’une fosse de rejet qui a livré des fragments de plaques de cuisson et des pesons.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benoît Oliveau, « Chanzeaux – La Morinière » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Pays de la Loire, mis en ligne le 13 octobre 2020, consulté le 27 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/36325

Haut de page

Auteur

Benoît Oliveau

Afan

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Benoît Oliveau

Afan

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search