Navigation – Plan du site

AccueilRégionsPays de la Loire199644 – Loire-AtlantiqueMarais de Brière

1996
44 – Loire-Atlantique

Marais de Brière

Prospection inventaire (1996)
Responsable d’opération : Emmanuel Mens

Texte intégral

1La prospection-inventaire effectuée par le Groupe archéologique de Saint-Nazaire, entre 1990 et 1996, sur le haut et moyen Brivet, a permis d’éclairer une certain nombre de spécificités dans l’occupation du territoire. Dans les années à venir, ces éléments seront confrontés aux données de terrain des secteurs du bas Brivet et de la bordure ouest et sud-ouest du marais de la Grande Brière. Les recherches ont débuté en 1996 sur la commune de Saint-Joachim et plus particulièrement sur celle de Saint-Lyphard. Cette dernière est située à l’interface entre la presqu’île guérandaise et la dépression marécageuse ; sa situation plus proche du littoral est-elle de nature à modifier les systèmes d’occupation observés sur le haut et moyen Brivet ?

2Pour les périodes préhistoriques, le matériel siliceux récolté ne répond pas positivement à un éventuel apport en jaspe du filon de Beauregard (Saint-Nazaire). Dans l’état actuel de nos connaissances, pour la partie ouest et sud-ouest du marais, cette exportation ne dépasse pas le site du Coin-de-la-Noë à Saint-André-des-Eaux. Les rognons de silex côtiers semblent représenter la principale source d’approvisionnement pour cette zone.

3Le site du Crugo a fait l’objet de vérifications au sol ; la découverte de débitage et d’une armature tranchante en silex blond à proximité immédiate du tertre permettent d’envisager une occupation dès le Néolithique le plus ancien dans ce secteur.

4Un nouveau menhir a été repéré en zone humide à la Guillardais (commune de Saint-Joachim). Sa présence démontre que le marais constitue un agent conservateur de tout premier ordre pour les mégalithes, ou pour tout autre aménagement érigé avant l’installation de la tourbe à l’extrême fin du Néolithique.

5Enfin, la nature leuco-granitique du sous-sol au sud de la zone prospectée a offert aux graveurs des supports de choix. Les collines présentent fréquemment des affleurements dont les pointements prennent la forme de modelés ruiniformes de type « Tor ». L’altération sphéroïdale du substrat rocheux a été relativement bien préservée de l’exploitation anthropique. L’approche du phénomène des cupules devient dès lors possible dans une perspective d’étude globale, c’est à dire des rapports entre les caractéristiques du rocher (microformes) et les petits creusements hémisphériques.

6Aucun nouvel indice tangible d’occupation à l’âge du Bronze n’a été décelé lors de cette prospection ; ce vide est également valable pour l’âge du Fer et l’Antiquité. En revanche, les quelques indices céramiques du haut Moyen Âge permettent des comparaisons avec le corpus du haut et moyen Brivet. Néanmoins, aucune trace claire de mise en valeur du paysage à cette époque n’a été décelée. Cette observation implique de déplacer la prospection vers les îles du marais de Grande Brière, afin de déterminer leur rôle dans l’implantation monastique du début du Moyen Âge.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuel Mens, « Marais de Brière » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Pays de la Loire, mis en ligne le 14 octobre 2020, consulté le 05 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/36463

Haut de page

Auteur

Emmanuel Mens

Groupe archéologique de Saint-Nazaire

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Emmanuel Mens

Groupe archéologique de Saint-Nazaire

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search