Navigation – Plan du site

AccueilRégionsPays de la Loire198572 – SartheLe Mans – Rue Denfert-Rochereau e...

1985
72 – Sarthe

Le Mans – Rue Denfert-Rochereau et 6 rue des Pans-de-Gorron

Découverte fortuite et sondage (1985)
Responsable d’opération : Joseph Guilleux
Notice rédigée avec Gérard Aubin

Texte intégral

1En 1985, la poursuite des travaux de restauration de l’enceinte gallo-romaine a permis de nouvelles observations sur son mode de construction, le long du front ·ouest qui regarde la Sarthe (Gallia, 39, 1981, p. 347-348 ; Gallia, 43, 1985, p. 460-461).

2La section comprise entre la tour Madeleine et la tour des Pans-de-Gorron a montré un soubassement formé de trois rangs de blocs en grand appareil dont un grand nombre avait été arraché. Au milieu de cette section, un égout de forme semi-circulaire est surmonté par un caniveau situé à la base du parement.

3La tour des Pans-de-Gorron, à cinq pans coupés, a été dégagée jusqu’aux fondations (fig. 1). Le soubassement, en bon état de conservation, se compose de deux rangs de libages, ceux de la première rangée n’étant brochés que dans leur partie supérieure tandis que ceux de la deuxième rangée présentent une surface brochée délimitée par une ciselure. Les blocs d’angle des pans sont en bossage. Au-dessus des blocs, trois assises de briques, trois de moellons, puis trois de briques précèdent une retraite talutée. Les joints sont tirés à la pointe. La partie haute du parement de la tour a été endommagée par des constructions parasites aujourd’hui disparues. Toutefois, çà et là apparaissent des décors formés par l’alternance de moellons en calcaire et en grès roussard (chevrons, cercles pointés, etc.).

Fig. 1 – Soubassement de la muraille du castrum

Fig. 1 – Soubassement de la muraille du castrum

Cliché : J. Guilieux.

4Au nord de cette tour, de l’autre côté de la rue des Pans-de-Gorron, un sondage, effectué dans l’ancienne cave d’une maison récemment abattue, a permis de retrouver une nouvelle portion de l’enceinte masquée par un enduit moderne et de compléter l’analyse du soubassement formé de trois rangs de blocs, soit 1,55 m de hauteur (Guilleux 1987). Le rang inférieur forme un renfoncement de 9,80 cm. Le deuxième rang est composé de blocs de hauteurs et de longueurs différentes dont la disposition forme un lit de dessus pour le troisième rang qui est seul assisé (hauteur : 0,61 m) et parfaitement ajusté. Les deux rangs supérieurs présentent les mêmes caractéristiques de taille que ceux de la tour des Pans-de-Gorron. La différence de traitement des blocs pourrait indiquer le niveau du sol antique. La découverte, dans la tranchée de fondation, d’éclats de pierre, suggère une taille sur le tas. Les blocs, en calcaire et en grès, ne semblent pas, pour la plupart, provenir de remploi, comme cela était couramment admis. Le parement, formé d’assises de briques et de moellons, en alternance, montre un fruit régulier. La largeur maximum de l’enceinte dans cette section est de 4,22 m, sa hauteur conservée de 9,05 m.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Soubassement de la muraille du castrum
Crédits Cliché : J. Guilieux.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/36638/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 857k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Joseph Guilleux, Gérard Aubin, « Le Mans – Rue Denfert-Rochereau et 6 rue des Pans-de-Gorron » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Pays de la Loire, mis en ligne le 23 octobre 2020, consulté le 20 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/36638

Haut de page

Auteur

Gérard Aubin

Direction des Antiquités historiques des Pays de la Loire

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Joseph Guilleux

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search