Skip to navigation – Site map

HomeExcavations districtsPays de la Loire200944 – Loire-AtlantiqueMachecoul – Château

2009
44 – Loire-Atlantique

Machecoul – Château

Fouille programmée (2009)
Archaeological project director: Fabien Briand

Full text

1La campagne de sondages menée en 2009 dans le cadre d’une opération programmée fait suite à celle de 2008 dirigée par Gérard Setzer. Elle s’est intéressée au secteur nord-est du château, secteur dans lequel on retrouve l’ensemble des fortifications caractéristiques des différentes phases d’occupation de la forteresse. Le but de cette opération était de préciser le phasage proposé en 2008 en s’intéressant particulièrement aux origines encore incertaines du château. Si depuis peu, les chercheurs s’accordent pour faire remonter son érection au xiiie s., le château a certainement été commandité par le puissant duc de Bretagne, Pierre de Dreux, mais il reste encore des zones d’ombre sur cette période de l’histoire de la seigneurie. Un des axes de recherche à développer concerne le déplacement de l’habitat seigneurial de la motte castrale, siège du pouvoir attesté jusqu’au xie s., vers le site actuel du château, dont l’occupation ne semble pas être antérieure au xiiie s.

2Installé sur un îlot calcaire, proche de la rivière du Falleron, ancienne voie de communication reliant la baie de Bourgneuf à la Loire, le château constituait au Moyen Âge un point de surveillance majeur de la frontière entre la Bretagne et le Bas-Poitou. Lors de la période moderne, cette position stratégique est confirmée malgré l’annexion du duché de Bretagne au royaume de France. Le château s’agrandit considérablement sous l’impulsion de la famille des Gondy, famille italienne proche du roi Henri IV (fig. 1).

Fig. 1 – Plan de Bordier (1692)

Fig. 1 – Plan de Bordier (1692)

SHAT, Château de Vincennes Génie : article 8, P1A, pièce no 2.

3L’opération programmée de 2009 a permis de révéler 4 phases d’occupation dans le secteur nord-est. Les investigations ont eu lieu aux abords et à l’intérieur d’une tour d’angle circulaire mise au jour en 2008.

4La première phase est caractérisée par deux structures en creux repérées sous les maçonneries de la courtine est du château. Ces excavations sont creusées dans le substrat calcaire. Elles reflètent une occupation antérieure au château du xiiie s. Les résultats obtenus ne permettent pas de savoir si elles sont liées à une motte antérieure au château de pierre ou si elles caractérisent une occupation antérieure au Moyen Âge.

5Lors de la deuxième phase, probablement située dans la première moitié du xiiie s., le château de pierre, dont certains vestiges demeurent visibles aujourd’hui, est construit. La tour circulaire érigée à l’angle nord-est permet alors d’assurer le flanquement de cette partie du château. D’une dimension de 7,50 m hors-œuvre, cet édifice est construit avec des moellons de calcaire local liés avec un mortier de chaux grasse. Ses fondations (2,10 m de large) sont directement installées dans le calcaire naturel. Dans un deuxième temps, la base de cette tour est renforcée par un talus imposant, de facture assez rudimentaire. Cet aménagement était insoupçonné avant le début de l’opération. Repéré dans quatre sondages exécutés directement au pied de la construction, il est construit avec des petites dalles de calcaire maçonnées avec un mortier de chaux maigre.

6Cette tour circulaire talutée s’insère dans un plan quadrangulaire régulier et dans un système de défense basé sur la mise en place d’un flanquement régulier autour de la forteresse. Les autres tours d’angles circulaires sont en partie conservées. Le système de porterie du xiiie s. reste d’ailleurs encore visible. Le château de Machecoul de cette période s’inscrit parfaitement dans la politique de fortification développée sous le règne de Philippe Auguste.

7Lors de la troisième phase, le secteur nord-est du château connait une nouvelle série de travaux à la fin du Moyen Âge. D’abord, la courtine est, sur laquelle étaient accolés plusieurs logis, a fait l’objet de multiples renforts sur son parement externe. Ces derniers sont nettement visibles par les ressauts de maçonnerie. Le renforcement de ce mur peut s’expliquer par le fait que le niveau de la cour intérieure était largement supérieur à la base des maçonneries visibles de l’extérieur du château. La forte poussée exercée par la masse de remblais aurait alors nécessité un renforcement du mur de courtine. Une étude précise des modifications du parement devra être menée pour permettre de dater précisément les phases de travaux touchant cette partie du château. L’observation des maçonneries au niveau de la jonction de la tour et de la courtine permet simplement de dire que les renforts sont postérieurs à la construction de la tour circulaire du xiiie s.

  • 1 Une fausse-braie est une plate-forme, généralement un simple terrassement, disposée à la base d’une (...)

8Ensuite, un petit ouvrage avancé est alors installé sur la courtine est du château. Il fait certainement partie des rénovations apportées à la forteresse au xve s. par les Chauvigny. Les fortifications de la place-forte du xiiie s. sont alors mises au goût du jour pour répondre aux nouveaux besoins inhérents au développement de l’artillerie à poudre. C’est alors que des fausses-braies1 auraient été installées pour assurer la protection de trois angles du château et le flanquement des douves. Le secteur nord-est est totalement remanié par l’implantation d’une de ces plates-formes d’artillerie. D’importants remblais sont alors apportés pour aménager la plate-forme dans les douves et enserrer complètement la tour du xiiie s. Le talus de cette dernière est en partie arasé et totalement enseveli sous les remblais supportant l’installation du niveau de circulation de la fausse-braie.

9Enfin, dans la dernière phase, qui couvre la période entre le xvie s. et le xixe s., le niveau bas de la tour nord-est est abandonné et sert de grande fosse maçonnée. Ce niveau a fait l’objet d’une fouille exhaustive lors de l’opération. De nombreux niveaux de rejet, contenant du vaisselier et des restes alimentaires, mêlés à des remblais de démolition y ont été identifiés. Ce changement de fonction du premier niveau intervient alors que le reste de la tour semble encore être en fonction. Il faut attendre le xviiie s. pour que le château médiéval soit délaissé au profit du Château Neuf. Détruits lors des conflits de la fin du siècle, ces châteaux sont ensuite abandonnés.

10Le phasage établi lors de la campagne 2009 a permis de progresser dans la compréhension de l’évolution de cette forteresse installée aux marches de la Bretagne et du Poitou. Ce puissant château breton possède un fort potentiel archéologique touchant aussi bien l’histoire locale que celle du duché de Bretagne. Reflétant les nombreuses évolutions architecturales qui touchent la fortification castrale des époques médiévale et moderne, son étude apportera de nouveaux éléments aux recherches castellologiques menées dans la région, notamment celles développées par le PCR sur les enceintes médiévales du Grand Ouest.

Fig. 2 – Vue de la tour circulaire nord-est avant fouille

Fig. 2 – Vue de la tour circulaire nord-est avant fouille

On aperçoit, à l’arrière-plan, les principaux vestiges conservés en élévation.

Cliché : F. Briand.

Top of page

Notes

1 Une fausse-braie est une plate-forme, généralement un simple terrassement, disposée à la base d’une fortification pour en assurer la protection.

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1 – Plan de Bordier (1692)
Credits SHAT, Château de Vincennes Génie : article 8, P1A, pièce no 2.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/36696/img-1.jpg
File image/jpeg, 666k
Title Fig. 2 – Vue de la tour circulaire nord-est avant fouille
Caption On aperçoit, à l’arrière-plan, les principaux vestiges conservés en élévation.
Credits Cliché : F. Briand.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/36696/img-2.jpg
File image/jpeg, 1.3M
Top of page

References

Electronic reference

Fabien Briand, “Machecoul – Château” [Note of archaeological project], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [Online], Pays de la Loire, Online since 20 September 2020, connection on 28 November 2021. URL: http://journals.openedition.org/adlfi/36696

Top of page

About the author

Fabien Briand

Machecoul Histoire

By this author

Top of page

Archaeological project director

Fabien Briand

Machecoul Histoire

Project(s) supervised by this archaeologist

Top of page

Copyright

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search