Navigation – Plan du site

AccueilRégionsPays de la Loire200944 – Loire-AtlantiqueGéographie mégalithique dans et a...

2009
44 – Loire-Atlantique

Géographie mégalithique dans et autour de la forêt du Gâvre

Prospection thématique (2009)
Responsable d’opération : Cyrille Chaigneau

Texte intégral

1Après l’opération de reconnaissance, nettoyage et relevé de l’ouvrage de stèle du Pillier dans le nord-est de la forêt du Gâvre sous la direction de Serge Cassen (CNRS/LARA, université de Nantes), l’opération de prospection thématique 2009 avait pour but de mieux comprendre l’environnement de ce témoin majeur du mégalithisme de Haute Bretagne intérieure, en particulier d’identifier les gîtes de matière première nécessaire à la mise en place de telles architectures monumentales néolithiques ; de commencer à renseigner une géographie archéologique très lacunaire en l’absence chronique d’un réseau d’information structuré.

2La zone géographique retenue s’inscrit dans l’ancien Pays des Trois Rivières, incluant les vallées de la Chère, du Don et de l’Isaac, dans le cadre régional de la confluence Oust-Vilaine (en portant notre priorité sur les cantons de Blain, Guémené-Penfao, Saint-Nicolas-de-Redon, auxquels on ajoute la commune de Sévérac).

3Après la structuration d’un pôle archéologie au sein de l’association Musée Benoist-Maison de la Forêt sous la responsabilité de Yves Kernaléguen, nous avons commencé par former quelques sociétaires aux méthodes de prospection en milieu ouvert ou forestier. Nous avons ainsi pu poser les bases des campagnes de prospections à venir. L’enquête a donc commencé par :

  • l’inventaire et le croisement des données anciennes (carte archéologique régionale, dépouillement bibliographiques et archivistiques divers, recensement des fonds d’archives privées locales, etc.) ;

  • l’enquête auprès des habitants du secteur (acteurs du territoire, forestiers, agriculteurs entre autres) sur les découvertes fortuites non déclarées et les collections privées de pièces archéologiques rassemblées sur le secteur ;

  • la vérification sur le terrain de toutes les mentions anciennes et données récoltées.

4Après un an de travail, il ressort plusieurs points forts :

  • un territoire riche de très nombreuses mentions anciennes et d’occurrences diverses dans les traditions populaires ; la pierre est omniprésente dans le corpus folklorique ; de nombreux affleurements naturels ou monuments mégalithiques authentiques ont été christianisés précocement par l’installation d’une chapelle ou d’édicules variés ;

  • un territoire qui souffre d’un déficit chronique de prospection archéologique structurée depuis trop longtemps ;

  • un territoire profondément bouleversé par les remembrements et travaux d’aménagements agricoles récents (1960-2000). C’est ainsi que nous avons pu observer de très nombreux blocs de quartz poussés en bordures de parcelles à l’occasion de ces travaux.

5Un certain nombre de données nouvelles peuvent d’ores et déjà être présentées. En forêt du Gâvre proprement dite, nous avons complété nos observations.

6L’opération de relevé en plan de l’ouvrage de pierres dressées, menée avec le soutien technique de l’équipe du Cerapar (Centre de recherches archéologiques du pays de Rennes sous la conduite d’André Corre) de Pacé (35), nous a permis d’identifier cinq nouveaux blocs, dont un très volumineux au nord du système, mais déplacé récemment à l’occasion de travaux de drainages par les agents de l’ONF. De même, nous avons pu observer une anomalie topographique linéaire parallèle à la file de bloc à une quinzaine de mètres au sud. Elle s’appuie à l’est sur la ligne de blocs nord-sud et suit la file principale sur environ 300 m. Elle se perd au niveau de l’allée forestière du Pillier. D’une largeur moyenne de 10 à 15 m pour une hauteur moyenne de 40 à 60 cm, il est difficile d’en comprendre pour l’instant la nature mais il semble bien qu’elle fonctionne en étroite relation avec la file de blocs. Enfin nous avons pu confirmer l’installation dans la zone orientale du système d’un habitat médiéval dont l’extension reste à préciser (présence de céramiques glaçurées avec formes identifiables).

7Nous avons aussi localisé un ensemble remarquable de blocs de quartz, déjà signalé par l’érudit blinois Jack Hurtaud dans les années 1970, dans le secteur de Curin (au sud-est de la forêt). Il s’agit d’un ensemble d’une cinquantaine de monolithes disposés en deux files de part et d’autre de l’allée forestière de Curin. Si certains des blocs relèvent très clairement d’affleurements ponctuels, d’autres ont de toute évidence été déplacés, érigés et organisés, mais les observations restent difficiles en l’état actuel du couvert forestier.

8Nous avons observé l’existence d’un groupe de très gros blocs de quartz (certains dépassant largement le mètre cube) à la lisière ouest de la forêt et au nord de l’allée des Malnoës, là encore bouleversé par des travaux de drainages récents.

9Nous avons trouvé, au sud-est du carrefour de la route reliant Plessé-Vay avec celle allant au Gâvre un ensemble de deux blocs d’un poudingue à gros grain et à ciment ferrugineux présentant des marques de tentative de débitage par des carriers. En l’état actuel, il est difficile de dire s’il s’agit de blocs d’affleurement ou de blocs anthropisés.

10À la lisière de la forêt, un certain nombre de blocs ont été poussés à l’occasion des travaux de remembrements.

11En dehors de la forêt, quelques informations intéressantes ont été rassemblées :

12L’équipe a pu observer sur la rive nord du Don à Guémené-Penfao, la présence d’affleurements de schiste portant des pétroglyphes de type cupule. C’est, en l’occurrence, l’observation la plus méridionale d’une zone particulièrement dense en affleurements à cupules centrée sur la vallée de la moyenne Vilaine.

13On constate la présence de nombreux sites d’affleurement de grès armoricains et quartzites divers au nord de la forêt. Certains de ces gîtes de matière première ont été exploités en carrière (présence de gros blocs de quartz dans les fondations de l’habitat traditionnel présentant des appareils mixtes de schiste et de quartz). Certains autres ont été bouleversés par les campagnes de prospections aurifères et argentifères conduites dans le secteur à la fin du xixe s. et du début du xxe s. Dans tous les cas, ces affleurements ont été recouverts, lors des remembrements, par des accumulations de blocs trouvés épars et par des déchets divers (remblais, souches, etc.), rendant les observations difficiles.

14Toujours au nord de la forêt, on observe de nombreux blocs de quartz réutilisés plus ou moins récemment dans des aménagements de village ou de ferme.

15Certains mégalithes, compris comme isolés (par exemple le menhir de la Drouëtterie à Vay), paraissent en fait faire partie d’ouvrages de stèles plus complexes mais largement bouleversés.

16Au village du Haut-Luc (territoire du Gâvre, à l’est de la forêt) existe dans une prairie un ensemble de blocs affleurants et non bouleversés par des travaux récents pouvant faire penser à la ruine d’une architecture mégalithique funéraire. Ce monument, remarquablement conservé, se place dans un environnement de gros blocs de quartz malheureusement bougés par le remembrement (certains blocs restants alignés dans des vestiges de haies à quelques dizaines de mètres).

17Proche du Haut-Luc, au lieu-dit Le Mémoire, sur la commune de Vay, un ensemble de blocs de quartz semble présenter une organisation difficile à lire faute d’une accessibilité suffisante. Certains gros blocs furent prélevés sur cet ensemble par les habitants du village, dans les années 1930, pour aménager une mare aujourd’hui comblée.

18Sur le versant sud de la vallée de l’Isaac, dans un bois à l’est du Pont-Piétin en Blain, un ensemble d’une centaine de petits blocs semble présenter une certaine organisation encore difficile à préciser sous le couvert végétal. Après enquête, l’ensemble se poursuivait vers le sud mais fut détruit à l’occasion de travaux de remembrement dans les années 1990. On remarque, immédiatement à l’ouest de cet ensemble, l’exploitation d’affleurements de quartzite.

19L’observation la plus troublante, est la présence de trois grandes stèles renversées en granite à grains fins, aux Brousses à Plessé. Ces trois blocs ont été mis au jour au milieu des années 1990 à l’occasion de travaux de drainage. Ils étaient légèrement enterrés et « alignés » selon les dires de l’exploitant agricole. Deux des monolithes furent amenés en bordure de parcelle, le troisième sert aujourd’hui à agrémenter le jardin de la ferme. Le plus grand des trois mesure 3,20 m de long pour 1,50 m de large hors sol (fig. 1). Chacun des blocs présente une face d’affleurement et une face d’arrachement ancienne, mais pas de stigmates d’érosion. Se pose ici la question du recrutement de ces blocs ; les gîtes de granite les plus proches sont signalés sur la carte géologique à plus d’une dizaine de kilomètres.

Fig. 1 – La plus grande des trois stèles déplacées des Brousses en Plessé

Fig. 1 – La plus grande des trois stèles déplacées des Brousses en Plessé

Cliché : J.-P. Leroux (musée Benoist, Maison de la Forêt).

20Enfin, notre enquête nous a permis de localiser chez des particuliers de nombreuses pièces archéologiques trouvées fortuitement à l’occasion d’aménagements agricoles, de nombreuses haches polies néolithiques. L’objet le plus remarquable est une hache bipenne naviforme découverte dans les années 1960 à Blain. La plupart de ces pièces sont en cours d’expertise (fig. 2).

Fig. 2 – Hache naviforme trouvée dans les années 1960 à Blain

Fig. 2 – Hache naviforme trouvée dans les années 1960 à Blain

Cliché : N. Mather (musée de Préhistoire de Carnac).

21Il ressort de cette première année de prospection dans le secteur de la forêt du Gâvre l’existence d’un réseau dense d’architectures monumentales mégalithiques, systématiquement bouleversé par les travaux agricoles de la deuxième moitié du xxe s. Les futures campagnes s’attacheront à explorer plus particulièrement les zones boisées, meilleurs conservateurs des paysages anciens.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – La plus grande des trois stèles déplacées des Brousses en Plessé
Crédits Cliché : J.-P. Leroux (musée Benoist, Maison de la Forêt).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/36726/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig. 2 – Hache naviforme trouvée dans les années 1960 à Blain
Crédits Cliché : N. Mather (musée de Préhistoire de Carnac).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/36726/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cyrille Chaigneau, « Géographie mégalithique dans et autour de la forêt du Gâvre » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Pays de la Loire, mis en ligne le 20 septembre 2020, consulté le 06 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/36726

Haut de page

Auteur

Cyrille Chaigneau

Association Nature et Mégalithes, CPIE Val-de-Vilaine

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Cyrille Chaigneau

Association Nature et Mégalithes, CPIE Val-de-Vilaine

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search