Navigation – Plan du site

AccueilRégionsPays de la Loire200972 – SartheAllonnes – Zac de Monné 1

2009
72 – Sarthe

Allonnes – Zac de Monné 1

Diagnostic (2009)
Responsable d’opération : Dominique Doyen

Texte intégral

1Les parcelles traitées lors de ce diagnostic réalisé en juillet 2009 couvrent une surface de 132 557 m2. Cette intervention est aujourd’hui limitée à la première tranche de travaux sur un projet de Zac. Elle a permis de mettre au jour quelques vestiges anthropiques.

2Un premier groupe de structures appartient à une occupation datée de La Tène finale. Ces vestiges correspondent à l’indice de site repéré en juin 2005 par L. Le Meur lors d’une prospection aérienne (EA 72 003 0029). Cette occupation, un enclos approximativement quadrangulaire, est circonscrite par des fossés orthogonaux, orientés sur des axes nord-sud et est-ouest. L’enclos mesure environ 50 m de largeur (est-ouest) et environ 160 m de longueur (nord-sud). Il forme un espace approximativement rectangulaire et couvre une surface proche de 8 000 m2. Trois côtés de cet enclos sont présents dans l’emprise du projet, le côté sud ayant été détruit lors de la réalisation de travaux de voirie. Les tranchées faites au sein de la zone enclose n’ont pas permis d’identifier formellement des fossés divisant l’espace interne, mais la configuration plutôt classique de l’occupation semble arguer de leur présence. En revanche, la mise au jour de quelques fosses, de plusieurs trous de poteau, d’une structure de combustion et d’un puits, confirme une occupation raisonnée de l’enclos fossoyé. Les tranchées n’ont toutefois pas livré d’indice autorisant la mise au jour d’aménagement précis, pouvant correspondre à des constructions, à des greniers ou à un autre type de vestige bâti. Tous ces vestiges paraissent indiquer que le site du Patis s’apparente à un habitat rural de type enclos rectangulaire fossoyé dont l’organisation spatiale est cohérente et classique. Il est alors possible que cet enclos puisse correspondre à un établissement agricole. La grande quantité de mobilier mis au jour, au vu du faible nombre de structures sondées, est en bon état de conservation. Il est principalement constitué d’ustensiles à usage domestique représentés par des céramiques ainsi que par des rejets de consommation avec des restes de plaques-foyères. Le répertoire des céramiques est celui habituellement trouvé dans les contextes gaulois du second âge du Fer dans les Pays de la Loire. Les artefacts recueillis montrent que les écuelles prédominent et, en moindre quantité, les pots à cuire et les vases de stockage. Quelques amphores vinaires Dressel 1, originaires d’Italie (certaines de Campanie) sont présentes. La datation des vases s’échelonne entre la seconde moitié du iie s. et le milieu du ier s. avant notre ère. La céramique gauloise du site du Patis reprend les caractéristiques liées à une occupation domestique.

3La découverte de très nombreux vestiges appartenant à une occupation gallo-romaine, révèle le fort potentiel archéologique de ce secteur rural. Bien que la majorité des structures mises au jour ne contiennent aucun mobilier permettant une attribution chrono-culturelle précise, ces vestiges s’inscrivent dans un ensemble occupant environ 3,5 ha. L’organisation spatiale de ces nombreuses structures est à ce jour difficile à analyser. Aucune délimitation de l’espace par des fossés n’a été reconnue lors de l’opération archéologique. Il semble, en revanche, que les très nombreux trous de poteau et fosses identifiés s’organisent en aires ouvertes. Plusieurs concentrations ont été repérées, permettant d’envisager l’existence d’ensembles structurés (bâtis ?). Il faut alors s’interroger sur la fonction exacte de cette occupation, dans ce secteur d’Allonnes situé à environ 2 km du centre-ville. Le mobilier céramique découvert en petite quantité est daté de la fin du Haut-Empire. Il est principalement constitué d’ustensiles à usage domestique représentés par des céramiques et par le bord d’un flacon en verre (probablement un balsamaire). Le reste du mobilier est constitué d’ossements animaux et d’éléments de construction avec la présence de nombreux fragments de tuiles. L’éventail des poteries va des céramiques destinées au transport et au stockage (amphore gauloise à fond plat et dolia), à la préparation et à la conservation des denrées alimentaires (une amphorette et une assiette) jusqu’à la vaisselle de table (une coupe). Les deux fragments de sigillées trouvés appartiennent à des productions datées de la fin du iie s. au iiie s. de notre ère. Elles proviennent des officines de Lezoux et correspondent à des coupes Drag. 37 et Curle 11/Hermet 21. Ce répertoire des formes céramiques est trop faible pour identifier la nature de l’occupation gallo-romaine. En revanche, la grande quantité de petites scories de fer mise au jour, semble indiquer la présence d’une activité métallurgique. En l’état de la recherche, l’absence de scorie de fond de four montre qu’il n’y a probablement pas de production de métal sur le site gallo-romain de la Zac du Monné. De plus, la matière première (minerai brut) est quasi-inexistante à cet endroit. Au vu du module des scories prélevées, nous envisagerions plutôt, sous toutes réserves, une activité de forge produisant de l’outillage et de la quincaillerie.

4Enfin, un dernier groupe de structures peut être daté de la période médiévale. Celles-ci, actuellement peu nombreuses, ne présentent pas d’organisation spatiale précise. Encore une fois, le grand nombre de vestiges non datés, ne permet pas de connaître la densité réelle des structures médiévales dans ce secteur. Les données aujourd’hui en notre possession sont trop fragmentaires pour déterminer précisément la fonction du site identifié. Quelques tronçons de fossés, des trous de poteau, de rares fosses et la présence d’un éventuel puits, paraissent indiquer que le site médiéval de la Zac du Monné correspond à un établissement rural dont la fonction est pour le moment difficile à déterminer. Le mobilier est composé de quelques céramiques et d’un petit lot d’outils en fer utilisés pour le travail du bois. Les vases sont datés d’une période comprise entre le vie et le viie s. Le répertoire typologique est restreint. Il est constitué de deux pots, l’un présentant un bord rentrant est pourvu d’une collerette et l’autre d’une lèvre triangulaire en « pseudo-bandeau ». Une autre forme fermée correspond à une cruche pourvue d’un bec verseur et la seule forme ouverte découverte est une coupe carénée ornée d’une collerette. Les données recueillies sur le site du haut Moyen Âge de la Zac du Monné montrent le potentiel offert par la découverte d’une occupation médiévale dans ce secteur rural d’Allonnes, qui jusqu’à présent a fait l’objet d’observations très ponctuelles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Doyen, « Allonnes – Zac de Monné 1 » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Pays de la Loire, mis en ligne le 20 septembre 2020, consulté le 30 janvier 2023. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/36765

Haut de page

Auteur

Dominique Doyen

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Dominique Doyen

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search