Navigation – Plan du site

AccueilRégionsPays de la Loire200972 – SarthePezé-le-Robert – Roche Brune

2009
72 – Sarthe

Pezé-le-Robert – Roche Brune

Fouille programmée (2009)
Responsable d’opération : Florian Sarreste

Texte intégral

1Le site de Roche Brune a été découvert lors de prospections thématiques durant l’hiver 2004-2005 et a fait l’objet de deux campagnes de fouilles en 2006 et 2007 et de sondages complémentaires en 2009. Il s’inscrit dans une zone de production du fer située dans la partie orientale de la forêt de Sillé et ses alentours. La plupart des sites sidérurgiques de ce secteur semble attribuable à l’époque romaine.

2La fouille de 2009 s’est limitée à la réalisation de huit tranchées en amont de l’atelier de réduction antique dégagé en 2007. Elle visait à reconnaître les éventuelles structures d’habitat liées à l’important rejet céramique découvert dans le ferrier oriental et dans les colluvions (2 600 tessons). Elles se sont toutes avérées négatives. L’habitat des artisans romains, s’il se trouvait là, a disparu, emporté par l’érosion.

3Une série d’analyses menée sur les scories de réduction, le minerai découvert dans les ferriers et l’argile des parois des bas fourneaux a permis d’estimer le rendement des opérations de réduction. Celui-ci est très élevé, proche de 79 %, ce qui signifie que 79 % des atomes de fer présents dans le minerai ont été extraits lors du processus. Un taux aussi élevé n’avait encore jamais été constaté pour ce procédé technique.

4Grâce à ces calculs, il est possible d’estimer la production de fer correspondant aux 1 400 tonnes de scories laissées sur place. Il s’agirait de 2 000 tonnes de fer brut produites durant le siècle de fonctionnement de l’atelier. Les quantités de matières premières peuvent être évaluées sur cette base : 4 660 tonnes de minerai brut et au moins autant de charbons de bois auraient été nécessaires à la production des ferriers antiques.

5Une étude anthracologique menée dans le cadre de l’opération 2009 par Nancy Marcoux (UMR 6566 CReAAH) a permis de mettre en évidence l’utilisation très majoritaire de bois de hêtre provenant d’arbres centenaires, d’une trentaine de centimètres de diamètre, abattus durant l’hiver. Les comparaisons avec les rendements forestiers actuels offrent pour la première fois l’opportunité de proposer une surface nécessaire à l’approvisionnement d’un atelier de réduction de minerai de fer antique. Cette estimation est encore fragile et souffre de l’empilement des approximations de chaque phase de calculs. Toutefois, une surface de 200 ha exploitée durant le siècle de fonctionnement de l’atelier paraît être une valeur basse crédible.

6Aucune trace d’extraction, de minéralurgie ou de post-réduction (épuration et forge) n’a été mise en évidence sur les 1 000 m2 dégagés au cours des trois opérations sur le site. L’atelier semble donc bien spécialisé dans le traitement du minerai de fer. Le minerai exploité ne provient pas du substrat local mais a probablement été importé depuis les formations du Bassin parisien de la zone des Bercons situées à 5 km à l’est.

7La très forte structuration et la spécialisation impliquent que cette installation s’insère dans une chaîne de production plus vaste. L’élément le plus significatif est la très faible quantité de métal découvert sur le site quelques centaines de grammes face aux 2 000 tonnes produites. L’absence de scories de post-réduction indique que les phases finales de mise en forme se déroulaient ailleurs, probablement dans d’autres ateliers spécialisés, peut-être associés aux établissements ruraux voisins.

Fig. 1 – Plan de l’ensemble des sondages réalisés indiquant les structures

Fig. 1 – Plan de l’ensemble des sondages réalisés indiquant les structures

DAO : F. Sarreste (université de Tours).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan de l’ensemble des sondages réalisés indiquant les structures
Crédits DAO : F. Sarreste (université de Tours).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/36778/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 397k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florian Sarreste, « Pezé-le-Robert – Roche Brune » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Pays de la Loire, mis en ligne le 20 septembre 2020, consulté le 27 février 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/36778

Haut de page

Auteur

Florian Sarreste

Université de Tours

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Florian Sarreste

Université de Tours

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search