Navigation – Plan du site

AccueilRégionsPays de la Loire200985 – VendéeLa Garnache – Château et motte

2009
85 – Vendée

La Garnache – Château et motte

Fouille programmée (2009)
Responsable d’opération : Caroline Chauveau

Entrées d’index

Année de l'opération :

2009

Chronologie :

époque médiévale

Nature de l'opération :

fouille programmée
Haut de page

Texte intégral

1La campagne de fouilles sur le site de La Garnache a essentiellement porté sur le phasage de ses différentes fortifications. Depuis le début du xxe s., plusieurs structures archéologiques ont été identifiées, sans pour autant motiver de recherche approfondie sur l’évolution de ce site castral. Aujourd’hui, la motte et son fossé ovoïde, une tour quadrangulaire et deux tours de l’enceinte castrale sont visibles et dans un état de conservation particulièrement intéressant. Ces ensembles archéologiques permettent de déceler trois phases de construction et d’occupation, traditionnellement attribuées à une période allant du xe s. à la fin du xve s. L’objectif de la campagne de 2009 consistait donc, à partir d’une étude archéologique du bâti, à isoler avec précision les étapes successives de construction et d’occupation et ainsi de proposer un phasage complet des aménagements de la tour quadrangulaire. De plus, cette étude doit permettre de caractériser la fonction de cette tour quadrangulaire, tantôt désignée comme le « donjon » du château, tantôt comme une tour de défense.

2De manière générale, les matériaux de construction utilisés sont homogènes : la tour est construite en blocs et moellons de schiste avec quelques éléments de quartz pour les maçonneries, alors que les quatre angles ont fait l’objet d’un traitement particulier en pierres de taille en calcaire où une moulure simple court sur toute la hauteur du monument. Le liant employé pour l’essentiel des maçonneries est le mortier de chaux, présentant des nuances très marquées en fonction du sable utilisé et de la quantité de chaux employée. Il a été décidé de pratiquer une série de prélèvements de ces mortiers afin de procéder à un examen préliminaire : cet essai a montré que l’analyse des mortiers pouvait être suffisamment aboutie pour renseigner les phases d’aménagement et les techniques de construction.

3Située à l’angle sud de l’enceinte castrale, la tour quadrangulaire est conservée sur une hauteur d’un peu moins de 10 m et offre un plan légèrement rectangulaire (11,20 m x 11 m hors tout). D’après des plans du début du xviie s., la tour marquait l’entrée dans la cour du château de La Garnache (voir cadastre). Les axes de circulation et le système de porterie ont disparu et il est donc difficile de restituer la progression depuis l’extérieur vers la cour. Seul un arrachement de mur visible dans la façade nord-est de la tour quadrangulaire permet de supposer l’existence d’un mur d’enceinte qui aurait disparu. Parallèlement, l’existence d’une porte percée dans la façade sud de la tour, aujourd’hui condamnée, pose la question de la contemporanéité de ces deux entrées donnant accès à la cour du château.

4À l’heure actuelle, la tour quadrangulaire se caractérise par quatre niveaux d’occupation dont il apparaît clairement que les niveaux de circulation ont été modifiés au fil du temps. Nous avons donc commencé par identifier les niveaux archéologiques et par isoler les aménagements d’origine de ceux qui ont été intégrés a posteriori. Lors de la campagne 2009, nous nous sommes attachés aux niveaux inférieurs de la tour et à la façade nord-est.

5Le premier niveau est un sous-sol ayant fait l’objet de terrassements dans les années 1980. Cette pièce (PCE 1) est interprétée comme un niveau de cave utile au stockage de denrées. Mesurant 6,13 m de long sur 5,80 m de large (soit un espace libre de 35,50 m2), une seule et unique ouverture, située approximativement au milieu de la façade nord-ouest, apporte la lumière naturelle et une aération constante à la salle, dont l’accès se faisait au moyen d’une trappe dans le plancher et d’une échelle. Dans les murs nord-est et sud-ouest, deux rangées de trous de poutre se font face et matérialisent le niveau de circulation du rez-de-chaussée sur un plancher. L’épaisseur des murs, qui servent aussi de fondation à la tour, est de 2,50 m à ce niveau.

6Le rez-de-chaussée est une pièce de 6,33 m sur 6 m (38 m2), avec de nombreuses ouvertures pratiquées dans chacun des murs. Trois fenêtres à couvrement en plein-cintre réalisé en moellons de schiste et dalles de calcaire percent les murs nord-ouest, nord-est et sud-est. Les ébrasements extérieurs forment une fente de tir qui permet de flanquer à la fois le fossé nord-ouest, le fossé nord-est et celui de l’enceinte castrale côté est. Bien que d’une mise en œuvre identique, les trois ouvertures présentent des différences dans leurs caractéristiques architecturales (hauteur, aménagement de logement d’arbalète, largeur de fente.). Par ailleurs, deux portes ont été installées au rez-de-chaussée : au sud-ouest, une porte à trois ébrasements, condamnée par une maçonnerie avec une fenêtre rectangulaire, a par la suite été définitivement occultée par la construction du garage contre le mur sud-ouest de la tour. Une seconde porte située approximativement en face de la première donne accès à un couloir traversant le mur nord-est. Ce passage conduit d’une part vers un bâtiment dont il ne reste plus aucune trace aujourd’hui au nord-est de la tour et, d’autre part, à un escalier à trois volées menant à la salle du premier étage.

7La façade nord-est de la tour et le couloir nord ont particulièrement retenu notre attention. Une campagne d’orthophotographies a été réalisée par l’entreprise ATM3D. Cet outil nous a permis d’obtenir l’élévation des trois côtés complets de la tour et de mener l’enregistrement ainsi que de reporter les prélèvements de mortier. À l’issue de cette campagne, il apparaît clairement que la façade nord-est comporte une division architecturale marquée par un massif maçonné quasi central courant sur toute la hauteur de la tour : orienté nord-est sud-ouest, il correspond au mur d’enceinte castral. Côté ouest, la tour domine le fossé de l’enceinte castrale (extra muros) tandis que son côté est donne dans la cour du château. De plus, ce côté sert de support à un bâtiment aujourd’hui disparu en avant-corps de la tour. Les traces de ce bâtiment sont perceptibles dans l’élévation extérieure au premier étage : on remarque un alignement d’encoches de poutre (US 1077), une porte et des traces d’enduits réalisés au mortier de chaux, signifiant qu’une salle existait à l’étage au nord de la tour. On devait y accéder par l’escalier (ESC 1006) du massif oriental.

8Cet escalier est desservi par le couloir nord-est : il faut franchir une porte étroite (PR 1009) contemporaine de la porte ouvrant sur le couloir (PR 1008). En effet, les pierres du jambage de cette dernière forment également les pierres du jambage nord de la porte ouvrant sur l’escalier dont les proportions sont plus petites. Elles sont réalisées dans un calcaire beige avec un chanfrein large de 6,5 cm et sont chaînées avec la maçonnerie du couloir (MR 1002). La porte côté salle de ce couloir présente les mêmes caractéristiques. Ainsi, comme le montrent l’homogénéité des matériaux et les relations entre les différents éléments du bâti, l’ensemble des ouvertures du couloir nord-est fait partie de la même campagne de construction. Les chanfreins ainsi que les motifs décoratifs des jambages permettent d’attribuer ces éléments au xiiie s. Si la campagne 2009 nous a permis d’isoler des éléments contemporains pour le couloir nord-est, elle nous a aussi permis de repérer un bâtiment antérieur à la façade nord-est ainsi que le mur de l’enceinte castrale. Ce massif maçonné (MR 1015) paraît servir d’appui à la partie est de la façade. L’analyse des mortiers a révélé une nette différence entre ces deux maçonneries qui correspondent probablement à deux phases de construction. La campagne 2010 consistera à faire des sondages au pied des maçonneries MR 1015 et MR 1044 afin d’affiner la chronologie relative par l’étude stratigraphique ainsi que celle du mobilier susceptible d’être mis au jour dans les fondations de la tour.

Fig. 1 – Plan du sous-sol de la tour quadrangulaire, localisation des éléments fortifiés sur le fond de cadastre de 1832 et façade nord-est de la tour

Fig. 1 – Plan du sous-sol de la tour quadrangulaire, localisation des éléments fortifiés sur le fond de cadastre de 1832 et façade nord-est de la tour

Le mur MR 1015 apparaît comme un vestige de l’enceinte castrale se prolongeant vers le nord-est (il correspond au tracé no 3 sur le cadastre de 1832) et sépare la cour du château, à l’est, du fossé d'enceinte, à l’ouest. De plus, l’angle est présente un arrachement (MR 1044) qui suppose l’existence d'un autre mur d’enceinte orienté ouest/est. La tour quadrangulaire est localisée par le no 2.

DAO : C. Chauveau (université de Poitiers) ; donf cadastral de 1832.

Fig. 2 – Façade nord-est de la tour

Fig. 2 – Façade nord-est de la tour

La façade nord-est de la tour est nettement séparée en deux par le mur MR 1015 qui constitue le mur d’enceinte du château. À gauche, côté est, l’angle de la tour donne dans la cour intérieure du château : on remarque les portes PR 1008 et 1010 ainsi que l’US 1077 attestant l’existence d'un bâtiment en avant-corps. Les traces d’enduit US 1081 renforce l’idée d’une salle communiquant avec le premier étage de la tour. À droite, côté ouest, l’US 1088 rebouche une évacuation de latrines donnant sur l’extérieur dans le fossé d’enceinte.

DAO : C. Chauveau (université de Poitiers).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan du sous-sol de la tour quadrangulaire, localisation des éléments fortifiés sur le fond de cadastre de 1832 et façade nord-est de la tour
Légende Le mur MR 1015 apparaît comme un vestige de l’enceinte castrale se prolongeant vers le nord-est (il correspond au tracé no 3 sur le cadastre de 1832) et sépare la cour du château, à l’est, du fossé d'enceinte, à l’ouest. De plus, l’angle est présente un arrachement (MR 1044) qui suppose l’existence d'un autre mur d’enceinte orienté ouest/est. La tour quadrangulaire est localisée par le no 2.
Crédits DAO : C. Chauveau (université de Poitiers) ; donf cadastral de 1832.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/36799/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 2 – Façade nord-est de la tour
Légende La façade nord-est de la tour est nettement séparée en deux par le mur MR 1015 qui constitue le mur d’enceinte du château. À gauche, côté est, l’angle de la tour donne dans la cour intérieure du château : on remarque les portes PR 1008 et 1010 ainsi que l’US 1077 attestant l’existence d'un bâtiment en avant-corps. Les traces d’enduit US 1081 renforce l’idée d’une salle communiquant avec le premier étage de la tour. À droite, côté ouest, l’US 1088 rebouche une évacuation de latrines donnant sur l’extérieur dans le fossé d’enceinte.
Crédits DAO : C. Chauveau (université de Poitiers).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/36799/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Caroline Chauveau, « La Garnache – Château et motte » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Pays de la Loire, mis en ligne le 20 septembre 2020, consulté le 19 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/36799

Haut de page

Auteur

Caroline Chauveau

Université de Poitiers

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Caroline Chauveau

Université de Poitiers

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search