Navigation – Plan du site

AccueilRégionsPays de la Loire200985 – VendéeMervent – Rue de la Chalanderie

2009
85 – Vendée

Mervent – Rue de la Chalanderie

Fouille préventive (2009)
Responsable d’opération : Olivier Nillesse

Entrées d’index

Année de l'opération :

2009

Chronologie :

Protohistoire, âge du Fer

Nature de l'opération :

fouille préventive
Haut de page

Texte intégral

1Le massif forestier de Mervent-Vouvant se situe en limite méridionale d’affleurement des formations cristallines des massifs sud-armoricains. Le paysage est marqué par les vallées encaissées et sinueuses de la Mère et de la Vendée. À leur confluence, elles coulent en bas de falaises de plus de 40 m de haut (étude R. Arthuis). L’éperon naturellement protégé est barré par deux remparts. Le premier à l’est (Le Bourg) est érigé sur un niveau d’occupation (étude : C. Vissac) daté par son mobilier du Hallstatt D, il englobe une superficie d’environ 15 ha. La datation par 14C de la levée de terre se situe entre le Hallstatt D1 et La Tène A. Le second rempart découvert par N. Pétorin en 2002 (Le Chêne Tord) est installé sur une couche dont la datation avec un intervalle de confiance de 95 % couvre une période s’étalant de la transition âge du Bronze/âge du Fer à La Tène A. Les cinq dates les plus probables correspondent au Hallstatt C et D1. Le poutrage des niveaux supérieurs est daté entre La Tène C2 et le Haut-Empire. La surface enclose atteint alors 35 ha. Une fouille de 6 ha a été réalisée entre ces deux remparts, au pied du premier.

2L’éperon de Mervent est fréquenté dès le Paléolithique comme en témoignent quelques racloirs, le Néolithique apparaît avec quelques objets résiduels comme des talons de haches polies (étude C. Rich). Le Bronze final n’est attesté que par un fragment de plat à marli gravé et une perle biconique en pâte de verre.

3L’occupation majeure se situe au premier âge du Fer. 1 004 structures ont été fouillées. La présence de deux sources issues de nappes perchées a en partie conditionné l’organisation spatiale de l’agglomération. L’une au sud est associée à de nombreuses fosses d’extraction de l’argile. L’ensemble correspondant probablement à une zone de fabrication de torchis. La seconde à l’ouest, qui a un débit plus important, est ceinturée de nombreux bâtiments, c’est un des secteurs principaux d’habitation, consommateurs d’eau. Plus de 35 bâtiments sur quatre poteaux ou plus ont été fouillés. Quelques-uns sont identifiés comme des maisons en raison de leur architecture. Pour les autres, les interprétations sont plus hésitantes. Des structures à deux poteaux peuvent correspondre à des constructions simples avec panne faitière maintenue par deux montants et toit retombant au sol. Les activités reconnues sont peu nombreuses. Des fours ou des foyers ont un usage culinaire. Les meules témoignent de la transformation des produits de l’agriculture. De rares carporestes indiquent la culture de la féverole (étude F. Durand). Les fusaïoles se rapportent au filage de matières végétales ou animales. Quelques rares scories ne permettent pas d’envisager une production paléo-manufacturière sur le site. Le métal n’étant pas conservé, une bonne part des activités nous échappe. La céramique est abondante avec 6 918 NR pour 500 NMI dont 93 seulement sont identifiés à une forme. L’élaboration d’une typologie régionale (Pays de la Loire et Deux-Sèvres) à partir de 58 sites a permis de dater le site au Hallstatt D2/D3, l’occupation la plus forte correspondant peut-être au Hallstatt D3. L’organisation sociale de l’habitat n’est pas fortement structurée, mais au sud-est, secteur le plus haut du site, on trouve une grande maison à l’architecture plus complexe que les autres dont les fosses à proximité ont livré d’importantes quantités de mobilier, souvent de qualité et les deux seuls probables luminaires du site. Après le Hallstatt D3, cette partie de l’éperon n’est plus occupée. On peut envisager un abandon du site ou un déplacement à l’intérieur du plus petit méandre, vers le sud-est au-delà du rempart du Bourg. Cette zone correspondant au centre du bourg actuel ne pourra jamais faire l’objet d’opérations archéologique de grande ampleur, mais le diagnostic prescrit au lieu-dit La Vallée, en contrebas de l’éperon rocheux, pourrait permettre de poursuivre l’enquête. La parcelle concernée est en effet susceptible de livrer d’importantes couches de colluvions qui ont peut-être piégé les témoins de l’occupation du sommet de l’éperon. Leur datation affinerait certainement nos connaissances sur l’évolution de cet habitat de hauteur.

4Dans la zone explorée, l’occupation reprend à La Tène C1. Elle est limitée dans l’espace aux alentours de la source ouest. Elle ne concerne que huit structures comme l’aménagement de la source, une probable tombe datée par la présence d’une catillus et un imposant silo de plus de 2,20 m de profondeur. Pour la céramique, on dénombre 2 417 NR pour 219 NMI dont 47 individus identifiés à une forme. Aucun bâtiment ne semble pouvoir être mis en relation certaine avec cette phase. Ce secteur ne correspond peut-être pas à la zone résidentielle de l’habitat, il pourrait essentiellement être réservé au puisage de l’eau et au stockage du grain. Les activités reconnues sont également peu nombreuses : filage, mouture. Pour l’agriculture, un total de 4 349 carporestes est décompté dans le silo (étude F. Durand). Les céréales livrent 1 846 restes. Le millet commun est le plus abondant avec 921 paléosemences, il est suivi de l’amidonnier, principalement rencontré sous la forme de bases d’épillet et de bases de glume. Viennent ensuite l’épeautre, l’orge vêtue et le millet des oiseaux. L’engrain n’est rencontré qu’en petite quantité, de même que l’avoine cultivée dont l’identification est possible grâce à la présence de base de lemme et de fleurons. Les caryopses d’avoine isolés ne sont pas attribuables en tant que tels à la forme cultivée mais ils peuvent toutefois lui être attribuée par la présence des lemmes.

5Les sources sont toujours utilisées à l’époque romaine. L’occupation de cette époque est très discrète, elle se résume à quelques tuiles ou de rares tessons. La fouille de 2004 réalisée à proximité du rempart découvert par N. Pétorin a permis de mettre au jour une partie d’un bâtiment sur poteaux attribuable au Haut-Empire. Les niveaux supérieurs de ce rempart sont datés entre -170 et +19.

6Pour le haut Moyen Âge, on dispose de mentions anciennes de découvertes de sarcophages au lieu-dit la Vallée. Au Moyen Âge, le Château de Mervent est construit et le rempart du Bourg réutilisé. Il est alors rechargé et le fossé entièrement recreusé.

7À l’Époque moderne, le rempart du Bourg est entaillé dans le sens de la longueur pour réaliser un chemin évitant la douve comblée instable et humide.

Fig. 1 – Modelé de terrain d’après IGN 1427 Est

Fig. 1 – Modelé de terrain d’après IGN 1427 Est

DAO : J.-M. Bryand.

Fig. 2 – Photographie aérienne du site avant la fouille

Fig. 2 – Photographie aérienne du site avant la fouille

Cliché : H. Paitier (Inrap).

Fig. 3 – Photographie aérienne du site en fin de fouille

Fig. 3 – Photographie aérienne du site en fin de fouille

Cliché : H. Paitier (Inrap).

Fig. 4 – Plan du site

Fig. 4 – Plan du site

Topographie : J.-N. Hemmert ; DAO : J.-M. Bryand.

Fig. 5 – Céramique de la fosse 838 (Hallstatt D2-D3)

Fig. 5 – Céramique de la fosse 838 (Hallstatt D2-D3)

Cliché : H. Paitier (Inrap).

Fig. 6 – Céramique du silo 214 (La Tène C1)

Fig. 6 – Céramique du silo 214 (La Tène C1)

Cliché : H. Paitier (Inrap).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Modelé de terrain d’après IGN 1427 Est
Crédits DAO : J.-M. Bryand.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/36805/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 2 – Photographie aérienne du site avant la fouille
Crédits Cliché : H. Paitier (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/36805/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 3 – Photographie aérienne du site en fin de fouille
Crédits Cliché : H. Paitier (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/36805/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 4 – Plan du site
Crédits Topographie : J.-N. Hemmert ; DAO : J.-M. Bryand.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/36805/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Titre Fig. 5 – Céramique de la fosse 838 (Hallstatt D2-D3)
Crédits Cliché : H. Paitier (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/36805/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 6 – Céramique du silo 214 (La Tène C1)
Crédits Cliché : H. Paitier (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/36805/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Nillesse, « Mervent – Rue de la Chalanderie » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Pays de la Loire, mis en ligne le 20 septembre 2020, consulté le 20 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/36805

Haut de page

Auteur

Olivier Nillesse

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Olivier Nillesse

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search