Navigation – Plan du site

AccueilRégionsÎle-de-France199877 – Seine-et-MarneProvins – Église et place Saint-A...

1998
77 – Seine-et-Marne

Provins – Église et place Saint-Ayoul

Fouille programmée (1998)
Responsable d’opération : Mark Guillon

Entrées d’index

Année de l'opération :

1998

Chronologie :

époque médiévale

Nature de l'opération :

fouille programmée
Haut de page

Texte intégral

1La problématique de la campagne de 1998 était la suivante :

  • église : Chronologie du bâti et des occupations dans le bras sud du transept ;
  • cimetière : fouilles des sépultures, densité, chronologie, gestion de l’espace funéraire et post-funéraire ;
  • anthropologie : gestes mortuaires et distribution par âge différences église-cimetière.

2Les principaux résultats obtenus sont les suivants :

  • église : premier phasage du bâti pour le bras sud du transept ; compréhension de transitions entre transept et croisée ; tombes datées par vases funéraires ;
  • cimetière : confirmation de l’importante densité de sépultures sur plus d’un mètre de profondeur ; très forte domination numérique des tombes d’enfants et surtout de tout-petits et de fœtus ; nombreuses possibilités de chronologies relatives à recaler sur les datations absolues ;
  • église et cimetière : mise en évidence de cercueils et de linceuls, différence très importante dans la distribution par âge et dans le soin apporté aux inhumés.

La fouille de l’église

3Rappelons qu’à l’issue de la campagne 1997, nous avions soulevé un certain nombre de problèmes. En effet, nous n’avions pas atteint les niveaux romans au pied des élévations du transept ; le pied du pilier s’enfonçait profondément et les problèmes d’eau nous empêchaient de descendre autant que nous le voulions. Par voie de conséquence, le lien entre la base des élévations romanes et la stratification dans le bras sud du transept n’avait pu être fait lors de la campagne de 1997. Par ailleurs, l’emprise exacte des sondages des fouilles précédentes restait imprécise.

4En 1998, notre principal objectif dans l’église fut donc d’établir un phasage plus précis des différentes « étapes » de constructions jusqu’au plus ancien état roman identifiable. Le corollaire à cet objectif étant bien évidemment de retrouver et de faire le lien avec les interventions précédentes.

5Nous avons atteint en partie nos objectifs dans l’église, mais nous restons insatisfaits sur un certain nombre de questions qui, soit sont encore obscures, soit sont apparues et venues modifier notre problématique en cours de fouilles.

6Un bon exemple est fourni par la mise au jour d’un escalier, jamais identifié auparavant, entre le bras sud du transept et la croisée, qui permettait de monter vers cette dernière. Il prend appui sur un autre escalier plus petit mis au jour en 1992. Il est recouvert par un certain nombre de structures dont la fonction n’est pas déterminée mais qui pourrait s’apparenter à une phase de travaux.

7En fin de campagne, nous est apparu ce qui pourrait s’apparenter à une structure de sol très perturbée par les sépultures non encore fouillées. Ces sépultures, plus nombreuses que nous ne l’avions pensé, ne doivent pas être sacrifiées car elles participent à la compréhension des occupations tardives du monument.

8La grande structure au centre de la zone de fouille, interprétée en 1992 comme un chaînage équilibrant les poussées de la nef et du chevet, s’avère être la probable prolongation du mur est du déambulatoire. Il apparaîtrait donc qu’il y ait eu une reprise dans la conception de l’édifice.

9Nous commençons à entrevoir la possibilité d’un phasage, mais celui-ci ne pourra être effectif que lorsque l’on aura relié les niveaux perceptibles dans la partie ouest aux niveaux de référence dans la coupe est, eux-mêmes reliés aux structures du bâti.

10Le système de transition entre le bras sud du transept et le déambulatoire (fouilles 1992) est encore imprécis. La présence d’une fosse dont la largeur connue semble s’accorder à celle de ce déambulatoire, la différence de niveau perceptible entre le premier sol connu du déambulatoire et le niveau, semble-t-il, primitif du bras sud, nous incite à penser qu’un système de marches existait. Malheureusement, la présence de constructions récentes (xviiie et xixe s.), au sommet de la stratification à cet endroit, masque les informations.

11D’un point de vue funéraire, nous voulions, cette année, laisser le sud du transept vierge de toute tombe. La complexité des niveaux et notre volonté permanente de mettre en évidence la chronologie entre les niveaux d’occupation et les fosses sépulcrales, nous ont conduit à travailler prudemment et à ne pas occulter les informations que les tombes pourraient fournir. De plus, dans un contexte programmé, et même si nous devons prendre en considération un calendrier lié aux réfections du monument, il nous paraît indispensable de fouiller et d’étudier très précisément les sépultures. De toute façon, la fouille des tombes n’est pas disjointe de celle des niveaux ; et si nous pouvons nous permettre cette liberté de ton, l’un retarde l’autre et vice versa. Comme nous avons pu le voir dans le développement du texte, les sépultures dans l’église offrent trois registres d’information : l’un, immédiatement utilisable dans le phasage grâce aux recoupements, au mobilier et à la typologie, l’autre, relatif aux gestes mortuaires, le troisième concernant la population inhumée et sa biologie. Les principaux résultats ont récompensé nos efforts avec de nombreuses tombes à mobilier, de nombreuses informations sur la chronologie relative, et la possibilité d’un premier travail sur la répartition par âge et par sexe.

La fouille du cimetière

12Le cimetière paroissial offre un contexte fort différent : le calendrier des interventions est plus souple, l’archéologie est à forte dominante funéraire, et il constitue le véritable support du chantier-école.

13La répartition très particulière par âge se confirme. Le travail sur les contenants est en pleine gestation dans la mesure où notre raisonnement taphonomique concernant les tout-petits, repose sur un nombre trop faible de sépultures. Cependant, les principaux résultats montrent l’utilisation de cercueils ou de linceuls pour des fœtus qui n’ont jamais vu le jour. Cela apporte donc des information archéologiques inédites sur des pratiques mal connues même pour des périodes récentes. Si nous insistons sur la taille insuffisante de l’échantillon, c’est pour souligner la nécessité de multiplier les observations après une fouille très fine sur ces sépultures d’un caractère très particulier. Même si Saint-Ayoul n’est pas le seul cimetière de la région ayant reçu de très petits enfants, il nous semble que le contexte dans lequel nous travaillons nous laisse espérer l’accès à la compréhension d’un certain nombre de gestes funéraires sur lesquels les textes ne sont « pas bavards ». De récents travaux d’historiens nous montrent que cette piste de recherche n’est pas dénuée d’intérêt, et l’archéologie funéraire peut y participer activement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mark Guillon, « Provins – Église et place Saint-Ayoul » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Île-de-France, mis en ligne le 01 août 2020, consulté le 18 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/36972

Haut de page

Auteur

Mark Guillon

Afan

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Mark Guillon

Afan

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search