Navigation – Plan du site

AccueilRégionsÎle-de-France199891 – EssonneVigneux – La Magnanerie

1998
91 – Essonne

Vigneux – La Magnanerie

Évaluation (1998)
Responsable d’opération : Mark Guillon

Entrées d’index

Année de l'opération :

1998

Chronologie :

époque médiévale

Nature de l'opération :

opération de diagnostic
Haut de page

Texte intégral

1Le contexte de la fouille est le sauvetage urgent. Son emprise est celle d’un pavillon et de ses fondations correspondant au lot no 4 de la Zac de la Magnanerie. Ce lot occupe une surface de 319 m2 et les fouilles concernent une surface de 120 m2.

2L’intervention s’est déroulée du 3 au 19 juin 1998. Le diagnostic avait décelé six sépultures dans ce secteur. Étant donnée la densité dans la tranchée de diagnostic, la parcelle « devait » livrer une trentaine de tombes ; elle en a livré 66. Environ soixante ont été fouillées dans des conditions acceptables. Une dizaine de tombes ont dû être fouillées très rapidement au détriment des enregistrements de terrains.

3L’équipe de base était constituée de quatre professionnels de l’archéologie, salariés de l’Afan. Un grand nombre de sépultures ont été fouillées et enregistrées par des étudiants de l’université Paris-I. Sans leur présence, qui a au moins doublé les effectifs de l’équipe, nous n’aurions pu fouiller correctement qu’une trentaine de tombes.

Problématique de la campagne

4Étant donnée la surface fouillée, les questions posées étaient les suivantes :

  • confirmation de l’occupation funéraire ;
  • densité et puissance des niveaux ;
  • chronologie des sépultures ;
  • présence et chronologie des structures non funéraires ;
  • nature des structures non funéraires en liaison avec les travaux précédents ;
  • caractérisation des tombes : orientations, contenants et modes d’inhumation au sens large (cercueil, sarcophage, pleine terre, linceul), importance sociale du ou des groupes inhumés ;
  • particularités de la population inhumée : existe-t-il une sélection par âge, par sexe, une sectorisation ?

5L’observation du plan des sondages de 1996, associée à celui de la fouille de 1998, permet d’envisager l’importance de cette nécropole et des bâtiments qui lui sont associés. Aucun des 19 sondages de 1996 n’était exempt de sépultures. Le sondage 6 de 1996 qui nous intéresse ici, au centre de la parcelle, avait livré 6 tombes.

Principaux résultats

6Les tombes apparaissent à 1 m sous le niveau de la rue. La densité des sépultures est importante et elles s’organisent en groupes. D’après la céramique, la chronologie funéraire s’étend du haut Moyen Âge au xve s. L’inhumation en pleine terre est pratiquée pour la quasi-totalité des tombes. Il semble y avoir une sélection par âge des défunts de ce secteur avec une absence totale de très jeunes enfants et très peu d’enfants. En ce qui concerne l’estimation du sexe des adultes, il y a davantage de tombes masculines mais sans signification statistique. L’échantillon de sépultures fouillées présente donc des particularités malgré son effectif réduit par rapport à la totalité de la nécropole ; cela signifie que l’organisation de cette dernière est complexe et ne peut être appréhendée par des fouilles partielles.

7Il est impossible ici de faire une évaluation précise de l’ampleur des vestiges funéraires. Pour les sépultures, si l’on considère que la densité est la même sur toute la Zac, la parcelle présentant le 1/1000e de la surface totale, on obtient plus de 6 000 tombes. Même s’il est évident que la fiabilité d’un tel calcul est invérifiable, l’hypothèse de la présence de plusieurs milliers de tombes est très plausible. Il ne serait donc pas étonnant qu’il y eût plus de 1 000 sépultures sur la partie restant à aménager.

8Pour ce qui est des bâtiments, les travaux d’A. Prié (1996, 1999) A. Lendormy (Le Texier, Lendormy 1991) donnent une assez bonne idée de ce qu’il semble rester au centre de la ZAC. La campagne de 1998 montre que les murs, dont certains sont probablement médiévaux, apparaissent directement sous les labours, soit à moins de 0,5 m sous le niveau actuel de la rue (40,90 m NGF).

9L’ensemble des structures est donc datable entre le xive et le xixe s. Il est probable qu’il en soit de même pour l’ensemble de la Zac. Il est donc primordial de ne pas descendre de plus de 0,50 m sous le niveau de la rue des Canuts qui est de 41 m NGF.

10Il convient donc de préserver au maximum les vestiges, qu’il s’agisse des bâtiments, dont la nature et l’emplacement exact restent à préciser, ou des sépultures dont l’apport à la connaissance de la gestion des grands cimetières médiévaux en Île-de-France et la contribution à l’étude de la biologie des populations anciennes est importante.

Fig. 1 – Plan de répartition des sépultures dans la parcelle fouillée

Fig. 1 – Plan de répartition des sépultures dans la parcelle fouillée

Relevé : S. Euzèbe (Afan) ; DAO : A. Luberne, M. Guillon (Afan).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan de répartition des sépultures dans la parcelle fouillée
Crédits Relevé : S. Euzèbe (Afan) ; DAO : A. Luberne, M. Guillon (Afan).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/37148/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 854k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mark Guillon, « Vigneux – La Magnanerie » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Île-de-France, mis en ligne le 01 août 2020, consulté le 24 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/37148

Haut de page

Auteur

Mark Guillon

Afan

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Mark Guillon

Afan

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search