Navigation – Plan du site

AccueilRégionsOcéan Indien et TAAF2017La RéunionSaint-Joseph, Le Tampon – Caverne...

2017
La Réunion

Saint-Joseph, Le Tampon – Caverne de Cotte

Sondages programmés (2017)
Responsable d’opération : Marine Ferrandis

Texte intégral

1La caverne de Cotte se trouve au cœur de la Plaine des Remparts dans le massif du piton de la Fournaise (fig. 1). Localisée le long de la paroi ouest, elle surplombe la rivière des Remparts et le Bras Caron à près de 2 240 m d’altitude.

Fig. 1 – Situation de la caverne, en bas à droite, par rapport à la rivière des Remparts

Fig. 1 – Situation de la caverne, en bas à droite, par rapport à la rivière des Remparts

Cliché drone : Abel Vaccaro (NawarProd).

  • 16 Cette opération a bénéficié des apports de Marine Ferrandis, Virginie Motte, Jonhattan Vidal, Thier (...)
  • 17 Dac de La Réunion, Parc national de La Réunion, ONF, archéologies, université de La Réunion, Cité d (...)

2Une opération de sondage archéologique a été menée sur le site du 20 au 24 novembre 2017 (Ferrandis 2018), par une équipe de bénévoles encadrée par l’archéologue Marine Ferrandis16, dans la lignée de plusieurs recherches effectuées à La Réunion sur le thème du marronnage et dans le cadre d’un projet interinstitutionnel intitulé « Cavernes-Volcan »17.

  • 18 Bibliographie sommaire : Thélier 1998 ; Dijoux 2014 ; Gutierrez, Dijoux (coll.), 2010 ; Géraud 2008 (...)

3Le phénomène du marronnage, qui désigne la fuite des esclaves vers les lieux inhabités et difficiles d’accès de l’île, a débuté à La Réunion dans les années 1710-1720 et n’a cessé de s’intensifier jusqu’à l’abolition de l’esclavage, en 184818. L’augmentation de cette population fugitive a rapidement créé un sentiment de menace pour les colons qui subissaient des razzias organisées. L’administration de Bourbon a alors mis en place un certain nombre de mesures dissuasives, dont l’organisation de détachements de chasseurs d’esclaves qui avaient pour mission de débusquer les fuyards et de détruire leurs campements.

  • 19 ADR Co 1000-1758 : Rapport du 20 juin 1758, Jean Dugain.

4L’histoire de la caverne de Cotte s’inscrit dans une tradition orale qui s’est perpétuée durant deux siècles. Connue des randonneurs, des chasseurs et des explorateurs, elle est également mentionnée dans des récits historiques du xixe s. (Bory de Saint-Vincent 1804, p. 411-412), ainsi que dans certains rapports de retour de détachement de chasseurs d’esclaves datant du xviiie s. Un de ces documents nous rapporte que Jean Dugain avait formé une milice en 1758, afin de partir sur les traces des marrons à hauteur de la Plaine des Cafres19. Le chasseur raconte, devant le greffier de Saint-Denis, la découverte de la caverne dans laquelle vivait un groupe d’esclaves en fuite mené par un chef malgache, longtemps recherché, du nom de Manzac. C’est durant la bataille, qu’un marron du nom de Cotte a été tué, donnant son nom à l’abri.

5Cette petite cavité de 43 m2, ouverte à flanc de rempart, s’est formée à l’issue d’une coulée volcanique et par l’action de l’érosion. Son plafond n’étant pas étanche, les ruissellements réguliers ont déposé des fines couches de sédiments dans la caverne (fig. 2).

Fig. 2 – Vue, depuis l’ouest, de l’entrée de la caverne avant l’opération

Fig. 2 – Vue, depuis l’ouest, de l’entrée de la caverne avant l’opération

Cliché : M. Ferrandis (association Archéologies).

6L’intervention archéologique avait pour objectif de caractériser les formes d’occupations anthropiques qui auraient pu se succéder sur le site. L’ouverture de deux sondages à l’intérieur de la caverne a permis la fouille manuelle d’une superficie totale de 7,3 m2 (fig. 3). Placés perpendiculairement dans la longueur de la cavité, en partie centrale et au niveau de l’entrée, jusqu’à la paroi sud, ces fenêtres ont permis d’identifier deux phases d’occupation.

Fig. 3 – Relevés des coupes stratigraphiques et localisation des sondages sur le plan de la caverne

Fig. 3 – Relevés des coupes stratigraphiques et localisation des sondages sur le plan de la caverne

DAO : M. Ferrandis (association Archéologies) ; relevés : Outre-mer topographie.

7Les plus anciens niveaux comprenaient : un sol, un probable foyer (fig. 4) et plusieurs couches sédimentaires, dont certaines étaient anthropisées. Ils ont livré une grande quantité d’ossements d’oiseaux et, dans une moindre mesure, de cabris. Les artefacts, beaucoup moins fréquents que pour l’occupation postérieure, correspondaient essentiellement à des éclats de silex. En outre, durant cette période, un muret destiné à rattraper le pendage général du sol de la cavité a été aménagé avec des blocs de basalte au niveau de son entrée (fig. 5). Un fragment d’assiette en porcelaine d’origine chinoise a été trouvé dans sa tranchée de fondation (fig. 6a). Cette découverte datée du xviiie s. donne un indice de la période à laquelle le muret a été construit.

Fig. 4 – Vue de la base potentielle d’un foyer en sondage 1

Fig. 4 – Vue de la base potentielle d’un foyer en sondage 1

Cliché : M. Ferrandis (association Archéologies).

Fig. 5 – Vue du muret de nivellement en sondage 2

Fig. 5 – Vue du muret de nivellement en sondage 2

Cliché : M. Ferrandis (association Archéologies).

8L’occupation la plus récente était relativement bien conservée, à seulement quelques centimètres sous le niveau actuel de la caverne. Elle a également livré quelques ossements d’oiseaux, mais surtout une profusion d’artefacts relevant du mobilier de type domestique (céramiques, porcelaines, pipes en kaolin, objets en fer…) et d’armement (balles et projectiles en plomb, pierres à fusils, éclats de silex) (fig. 6b à 6d). La période chronologique établie pour cette dernière occupation couvre la seconde moitié du xviiie et le début du xixe s.

Fig. 6 – Échantillon de mobilier découvert lors de l’opération

Fig. 6 – Échantillon de mobilier découvert lors de l’opération

a, fragment de porcelaine issu de la fondation du muret ; b, fragments de pipes en kaolin ; c, pierre à fusil en silex blond ; d, projectiles en plomb.

Clichés : M. Ferrandis (association Archéologies).

9L’interprétation des découvertes, bien que délicate, suggère ainsi deux formes d’occupation différentes. La plus récente s’apparente à une installation temporaire en lien avec les activités de chasse, à en juger par l’association des artefacts qui illustrent l’usage d’armes à silex et un choix prépondérant pour le petit gibier. L’échantillon osseux prélevé dans cette couche reste cependant minime, ce qui suggère que la plupart des proies a été emportée. En revanche, l’importante quantité de fragments de pipes et les nombreux fragments de céramique et de porcelaine évoque un certain besoin de confort. Ce type de vestige n’est pas sans rappeler l’époque des grandes explorations de l’île, telle celle de Bory de Saint-Vincent qui demeura durant près d’un an dans la région du volcan au début du xixe s. La première phase d’occupation du site évoque davantage une installation de type saisonnière, probablement liée au déplacement ou à des périodes de nidification du gibier. La présence d’ossements brûlés montre que les animaux chassés, essentiellement des volatiles et quelques cabris, étaient consommés sur place. L’absence de mobilier de « confort » pourrait s’expliquer par une nécessité de le conserver avec soi, tel que le font les populations nomades. En revanche, la présence du muret de nivellement marque un besoin d’aménager le lieu pour un éventuel retour et démontre une forme d’appropriation du site.

10Dans les deux cas, la caverne de Cotte semble avoir été un lieu privilégié pour la chasse des oiseaux. Des études complémentaires pourraient dire s’il s’agit du pétrel, un oiseau marin endémique qui nidifie dans le secteur du volcan et qui, durant plusieurs siècles, a été chassé pour sa viande, comme en témoignent d’autres découvertes archéologiques en caverne (Jacquot, Motte 2017, p. 26-35). La première occupation du site se différencie de la phase la plus récente par une organisation particulière, sans doute plus pérenne, qui pourrait être attribuée à un groupe de marrons, sans qu’aucun élément déterminant ne soit venu appuyer cette hypothèse.

Haut de page

Bibliographie

Desport J.-M. 1989 : De la servitude à la liberté : Bourbon des origines à 1848. La Réunion, Saint-Denis, Océan éditions, Région Réunion, Comité de la culture, de l’éducation et de l’environnement, 119 p.

Dijoux A.-L. 2014 : La vallée secrète à La Réunion. Un refuge extrême pour les esclaves marrons caractérisé pour la première fois par l’archéologie, Archéopages, no 38, Paris, Inrap, p. 20-23.

Ferrandis M. 2018 : La Réunion, Saint-Joseph, Plaine des Remparts, Caverne de Cottes, rapport de sondages archéologiques, 2017. Archéologies, 90 p.

Géraud 2008 : Autour de l’histoire de La Réunion : recherches, enseignements, Revue historique de l’Océan Indien, no 4, La Réunion, Saint-Denis, AHIOI, 44 p.

Gutierrez M., Dijoux A.-L. 2010 : Recherches archéologiques à La Réunion. Saint-Maur-des-Fossés, éditions Sépia, 118 p.

Thélier G. 1998 : Le grand livre de l’esclavage, des résistances et de l’abolition. Réédition 2016, La Réunion, Sainte-Clotilde, éditions Orphie, collection Le grand livre, 160 p.

Haut de page

Notes

16 Cette opération a bénéficié des apports de Marine Ferrandis, Virginie Motte, Jonhattan Vidal, Thierry Cornec, Jean-François Rebeyrotte, David Fontaine, Thierry Bassonville, Alain Barrère, Christine Bottin, Marie-Andrée et Jean Perrin, Annie-France et François Martel-Asselin, Pascal Quode, Tanguy Sevat, Andréa Dimuro, Patrick Pégoud, Laren-Aurélie Ransan, Abel Vaccaro, Pierre Brial, Grégoire Biesiada, Benoît Lequette, Eddy Moultson, Jean-Marie Pausé, Jean-Cyril Notter, Pascal Arnould, Laure Le Quere, Monique Thia-Tue-King-Yn et Françoise Echasseriaud.

17 Dac de La Réunion, Parc national de La Réunion, ONF, archéologies, université de La Réunion, Cité du Volcan, Inrap, Observatoire volcanique du piton de la Fournaise, OMT et indépendants.

18 Bibliographie sommaire : Thélier 1998 ; Dijoux 2014 ; Gutierrez, Dijoux (coll.), 2010 ; Géraud 2008 ; Desport 1989.

19 ADR Co 1000-1758 : Rapport du 20 juin 1758, Jean Dugain.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Situation de la caverne, en bas à droite, par rapport à la rivière des Remparts
Crédits Cliché drone : Abel Vaccaro (NawarProd).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/37441/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 758k
Titre Fig. 2 – Vue, depuis l’ouest, de l’entrée de la caverne avant l’opération
Crédits Cliché : M. Ferrandis (association Archéologies).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/37441/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 3 – Relevés des coupes stratigraphiques et localisation des sondages sur le plan de la caverne
Crédits DAO : M. Ferrandis (association Archéologies) ; relevés : Outre-mer topographie.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/37441/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Titre Fig. 4 – Vue de la base potentielle d’un foyer en sondage 1
Crédits Cliché : M. Ferrandis (association Archéologies).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/37441/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 5 – Vue du muret de nivellement en sondage 2
Crédits Cliché : M. Ferrandis (association Archéologies).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/37441/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 6 – Échantillon de mobilier découvert lors de l’opération
Légende a, fragment de porcelaine issu de la fondation du muret ; b, fragments de pipes en kaolin ; c, pierre à fusil en silex blond ; d, projectiles en plomb.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/37441/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 605k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marine Ferrandis, « Saint-Joseph, Le Tampon – Caverne de Cotte » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Océan Indien et TAAF, mis en ligne le 01 septembre 2020, consulté le 18 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/37441

Haut de page

Auteur

Marine Ferrandis

Association Archéologies

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Marine Ferrandis

Association Archéologies

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search