Navigation – Plan du site

AccueilRégionsCentre-Val de Loire2008Projets collectifs de rechercheLes sarcophages en grès de la bor...

2008
Projets collectifs de recherche

Les sarcophages en grès de la bordure septentrionale du Massif central dans la région Centre et l’ouest de la Bourgogne

Projet collectif de recherche (2008)
Responsable d’opération : Sophie Liegard

Texte intégral

1De 2004 à 2007, un premier projet collectif de recherche (PCR pluriannuel rattaché à la région Auvergne) sur les sarcophages en grès (du haut Moyen Âge) de la bordure septentrionale du Massif central a été engagé suite à la table ronde de 2003 à l’université de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme). À l’issue des quatre premières années de recherches, il est apparu que les travaux envisagés n’avaient pu être menés à bien que sur une partie des secteurs géographiques concernés. L’équipe a alors décidé de prolonger les études dans le cadre d’un second PCR axé sur les secteurs restant à étudier, à savoir la région Centre et la bordure occidentale de la Bourgogne.

2Jusqu’au début des années 1970, les nécropoles mérovingiennes n’étaient souvent étudiées qu’au travers du riche mobilier que les tombes livraient. Hormis quelques rares travaux novateurs, ce n’est qu’à partir de cette période, que certains chercheurs se sont intéressés aux contenants des sépultures et notamment aux sarcophages, surtout lorsque ceux-ci étaient ornés. Dans le courant des années 1980, plusieurs équipes ont travaillé sur la détermination des provenances des roches constitutives de ces sarcophages, notamment en Île-de-France, Bourgogne et Centre-Ouest. Il a ensuite fallu attendre les années 2000 pour voir se développer de nouvelles procédures d’étude permettant de renouveler les données sur le sujet. Il s’agit, entre autre, des travaux de recherche de Fabrice Henrion et Stéphane Büttner portant sur la Bourgogne. En ce qui concerne l’Auvergne, durant cette même période, la multiplication des découvertes de sarcophages aussi bien en contexte de nécropole que sur des lieux d’extraction a conduit Sophie Liegard et Alain Fourvel à s’intéresser au sujet.

3Le groupe de chercheurs à l’origine de ce PCR est formé de ces quatre personnes aux spécialités complémentaires et issues de structures différentes : S. Liegard et A. Fourvel de l’Inrap, ainsi que F. Henrion et S. Büttner du Centre d’études médiévales d’Auxerre (CEM). À partir de 2005, l’équipe s’est largement ouverte aux chercheurs et amateurs souhaitant y participer. Les recherches ont bénéficié de la participation d’une trentaine de collaborateurs appartenant à différents organismes et travaillant sur une dizaine de départements localisés dans cinq régions différentes : Auvergne, Bourgogne, Centre, Limousin et Rhône-Alpes.

4La méthodologie mise en œuvre comprend plusieurs étapes. Dans un premier temps, cette recherche a nécessité l’élaboration d’un inventaire des lieux de découverte passant par un indispensable dépouillement bibliographique. Dans un second temps, des vérifications sur le terrain ont été systématiquement effectuées, afin de retrouver les sarcophages encore conservés ou, à défaut, les prélèvements qui ont pu en être faits. Cette étape est la plus longue et la plus fastidieuse, d’autant qu’elle est souvent infructueuse, la plupart de ces éléments ayant disparu ou ayant été détruits depuis leur découverte. Les cuves et couvercles retrouvés ont fait l’objet de prises de mesures, de photographies et de prélèvements pétrographiques. Ces derniers, réalisés de manière systématique, ont servi à alimenter la lithothèque du CEM et ont permis au besoin d’effectuer des lames minces en vue de l’identification pétrographique des roches.

5Un des principaux objectifs de cette recherche concerne la délimitation des zones de diffusion des sarcophages issus de la bordure septentrionale du Massif central. Parallèlement, une réflexion sur les modes de transport à longue distance de ces contenants et sur leur diffusion extra-régionale a été conduite. Le premier PCR avait déjà permis de définir assez précisément les limites méridionales de cette diffusion (en Limousin, Auvergne, Rhône-Alpes et sud de la Bourgogne) et d’exclure un certain nombre de sarcophages qui étaient traditionnellement associés à cette zone de production, notamment des exemplaires de Bourgogne, d’Île-de-France et des Pays de la Loire, mais qui sont, en fait, de provenances différentes. Les dernières années de recherche ont porté sur la vérification de près de 150 sites localisés en région Centre et en Bourgogne. Ces travaux ont abouti à l’élaboration d’une carte de diffusion mettant en exergue plusieurs groupes en rapport avec différentes zones de production.

6Ces données remettent quelque peu en cause les idées traditionnellement admises concernant la localisation et la densité des différents centres de production de sarcophages durant le haut Moyen Âge dans le centre de la France. En ce qui concerne les grès de l’Allier, il semble que les sarcophages produits dans ce secteur aient été diffusés principalement par voie fluviale, mettant à profit les cours d’eau du Cher, de l’Allier et de la Loire, qui traversent une grande partie de la région Centre. Le recours à ce mode de transport a certainement facilité la diffusion des sarcophages en grès dans les régions septentrionales où ils ont dû concurrencer des contenants en calcaire de provenance locale.

7L’établissement de typologies (voire de chrono-typologies) reste aujourd’hui problématique dans le domaine des sarcophages du haut Moyen Âge. Cette recherche se base sur les données technologiques, morphologiques et éventuellement pétrographiques (sachant que les aspects stylistiques sont également pris en compte pour les individus décorés), ainsi que sur leurs associations à des informations chronologiques, lorsque celles-ci existent. Dans le cadre de ce PCR, les mesures effectuées ont alimenté une première base de données qui pourrait permettre dans le futur de proposer une typologie (voire une chrono-typologie) qui, faute d’un corpus suffisant, fait toujours cruellement défaut à l’heure actuelle.

8Enfin, les modes d’utilisation et de remploi des sarcophages ont été étudiés au travers des différents cas de figure rencontrés, selon les types de nécropole, la disposition des sarcophages au sein des espaces funéraires, la nature des inhumations et les phénomènes de remplois in situ ou avec déplacement.

9Les travaux conduits depuis 2004 ont notamment permis d’apporter des données inédites sur le caractère multipolaire des zones de production, sur la circulation de modèles décoratifs, sur l’interpénétration des zones de diffusion, sur la prédominance du transport par voie d’eau et sur l’importance des remplois. Une publication à venir devrait permettre de livrer à la communauté scientifique le détail des réflexions engagées et des différents apports liés à cette recherche.

Fig. 1 – Carte de diffusion des sarcophages en grès

Fig. 1 – Carte de diffusion des sarcophages en grès

DAO : S. Liegard (CG 03), 2008-2010.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Carte de diffusion des sarcophages en grès
Crédits DAO : S. Liegard (CG 03), 2008-2010.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/37474/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 514k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Liegard, « Les sarcophages en grès de la bordure septentrionale du Massif central dans la région Centre et l’ouest de la Bourgogne » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Centre-Val de Loire, mis en ligne le 08 septembre 2020, consulté le 22 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/37474

Haut de page

Auteur

Sophie Liegard

Conseil général de l’Allier

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Sophie Liegard

Conseil général de l’Allier

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search