Navigation – Plan du site

AccueilRégionsCentre-Val de Loire2008Projets collectifs de rechercheNavigation et navigabilités des p...

2008
Projets collectifs de recherche

Navigation et navigabilités des petites rivières en région Centre : l’exemple du Cher

Projet collectif de recherche (2008)
Responsable d’opération : Virginie Serna

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Ministère de la Culture

Texte intégral

1Le projet collectif de recherche « Navigation et navigabilités des rivières » tel qu’il a été conçu initialement en 2003 a proposé une réflexion sur les concepts de navigabilité des rivières et une étude des éléments qui composent, structurent et organisent les différentes formes de navigation fluviale (le bateau et les différentes infrastructures associées) sur le territoire spécifique du cours d’eau du Cher en région Centre, du Moyen Âge à nos jours.

2L’objectif était l’analyse des liens entre modes et techniques d’aménagement fluvial, architecture nautique et modalités de l’appréhension des rivières par les hommes, le tout dans le cadre d’une archéologie nautique telle que proposée par F. Beaudouin, ethnologue, marin et conservateur honoraire du musée d’intérêt national de la batellerie de Conflans-Sainte-Honorine et développée par E. Rieth, directeur de recherches au CNRS, musée national de la Marine.

3Le projet était aussi méthodologique ; il reposait sur la constitution d’un corpus de sources et de méthodes de recherche adaptées à une réflexion sur l’archéologie des rivières en général.

4Dès les prémices du projet, nous avons souhaité que les objets élaborés à partir des problématiques et d’instruments conceptuels qui relèvent de méthodes ou de cultures disciplinaires diverses (inventaire, histoire, archéologie, géographie, cartographie,…) ne se dupliquent pas. L’interdisciplinarité demandée devait résulter dans le collationnement de questionnaires, de méthodes et de langages sur un même territoire fluvial. Autre principe : l’écriture de l’histoire et de l’archéologie d’une rivière est conjointement discours et technique de recherche, narration et mise en œuvre de procédure critique, prospections et interventions archéologiques. L’archéologie est une technique (un métier) fondée sur la manipulation – au sens noble du terme – de sites, d’archives, de contextes archéologiques, d’échelles, de comparaison et d’expérimentation.

5La publication qui a découlé de ces huit années de recherche est le produit d’une élaboration en commun : les textes rédigés furent présentés oralement au cours des différentes réunions et discutés collégialement. Leur présentation manifeste ainsi la forme que peut prendre aujourd’hui la contribution d’un PCR à l’évolution de la discipline.

La publication : les données recueillies

6État des lieux des connaissances sur la rivière du Cher à un moment T, cet ouvrage se présente comme un outil à disposition des chercheurs. Cinq problématiques liées au territoire fluvial du Cher, à sa chronologie et à son usage ont été abordées :

  • le temps du flux (dynamique fluviale) ;
  • le temps des premiers usages (navigation, commerce, pêche…) ;
  • le temps de l’aménagement (port, moulin, digue…) ;
  • le temps de l’œuvre politique (levée, endiguement, lutte contre les crues…) ;
  • le temps du délaissement (arrêt de la navigation, abandon des équipements…).

7Trois types de contributions sont présentés : un premier ensemble regroupe des articles thématiques rédigés sur des thèmes précis (navigation, commerce, équipements,…) résultant d’un travail de recherche et d’analyse mené souvent individuellement par des chercheurs : historiens, archéologues, géomorphologues, etc.

8Dans un deuxième ensemble, les articles prennent différentes formes : les petites monographies de sites reposent sur des prospections de terrain conduites de 2005 à 2010 qui ont permis la mise au jour de nombreux sites archéologiques liés à l’espace fluvial. Le « cahier des données » répertorie commune par commune de l’amont vers l’aval les indices des équipements de la rivière à partir de l’étude de quatre cartes et d’archives et est organisé par thème (ports, moulins...). Le recueil des sources, réalisé uniquement sur le département du Cher, rédigé selon les normes de l’école des Chartes, et le glossaire complètent l’ensemble et constituent un instrumentum. Ce corpus d’outils se veut accessible, cohérent et adapté à des recherches de nature très différente (prospections, recherche documentaire sur une commune, analyse spatiale, aide à la décision pour l’aménagement du territoire, Schéma d’aménagement et de gestion des eaux (SAGE)…).

9Enfin, des articles d’ordre méthodologique, typologique ou conceptuel consolident la réflexion menée à l’intérieur de chaque partie. Ils proposent des références à utiliser et à comparer avec d’autres territoires fluviaux.

10L’ensemble forme donc un ouvrage comprenant 37 articles organisés en quatre parties : une rivière étudiée, une rivière aménagée, le paysage fluvial du Cher et les instruments de la recherche.

Étudier une rivière

11L’identification d’un territoire nautique implique, afin d’en déceler les contours, de préciser les termes de « navigabilité », « espace navigable et non navigable ». L’archéologie nautique et l’histoire de la navigation fluviale permettent d’en esquisser la ou les définitions. Réinterrogé et enrichi des apports contemporains liés aux évolutions de l’usage des voies intérieures, le concept de « Navigabilité des rivières » se décline aujourd’hui selon des points de vue renouvelés, portés par les acteurs contemporains du monde fluvial : juristes, chercheurs, aménageurs, services des patrimoines… Le concept doit aussi s’ouvrir à des temporalités nouvelles dont la flurbanisation en est un exemple.

12L’étude du statut juridique de la rivière du Cher montre que ces temps du fleuve sont rythmés et réglés par des moments forts de gestion administrative, autant d’étapes menant du Cher navigable et flottable à une rivière délaissée par la navigation.

S’interroger sur la rivière aménagée

13La rivière aménagée est un anthroposystème complexe qui s’inscrit dans une histoire longue. Le bateau, instrument premier de l’espace nautique requiert pour sa circulation des équipements particuliers : le port qui l’accueille, les barrages qui maintiennent une hauteur d’eau suffisante, les pertuis qui lui offrent un passage, ces éléments forment ensemble les principaux équipements liés à la navigation.

14La rivière est certes un espace de navigation, cependant cette fonction doit composer avec d’autres usages du cours d’eau. Des usages multiples (molinologiques, halieutiques,…) ont donc façonné un espace négocié, partagé, traversé, exploité. Le Cher, au travers de son histoire offre une grande lisibilité de ces fonctions. Les équipements du Cher liées à la navigation : pertuis, duits, digues, barrages dont les barrages mobiles du Cher canalisé (xixe s.), écluses et chemin de halage ont donc été recensés. Le duit de Villandry (Indre-et-Loire), opération archéologique menée durant tout le temps du PCR, équipement fluvial composite (xve-xviie s.) a été analysé et interprété.

15La navigation sur le Cher (marchandises transportées par bateau, greniers à sel, flottage des bois sur la rivière du Cher (xviie-xixe s.), a été analysée au travers d’un travail de prospection en archives (Les visites de rivières, La Commission des péages), cartographies (état des droits de péages et rôle de taxes). Une carte montrant la densité de ces installations a été éditée.

16Les passages sur le Cher (gués, bacs, ponts) ont été recensés, comme les moulins et les pêcheries.

Lire le paysage fluvial du Cher

17La lecture du paysage fluvial implique une reconnaissance des traces laissées par l’homme et par le fleuve sur le territoire. Ces témoignages et marques dans le paysage forcent le regard et appellent à la redécouverte des différents lits du fleuve et des espaces associés (boires, anciens méandres, chenaux secondaires). Autant de lieux que la toponymie révèle au travers de termes précis (Chambon, Laisses, Vieille Rivière,…) recensés sur les cartes anciennes.

18Les opérations de balisage qui permettent d’entretenir le chenal navigable, confirment par leur rythme l’encombrement du paysage fluvial, sa surexploitation et la densité des obstacles nuisibles à la navigation.

19Les archives sédimentaires ou archives du sol, les photographies aériennes et les prospections menées dans le cadre de la thèse de Thomas Dépret ont offert une approche renouvelée de l’évolution géomorphologique du Cher de la période médiévale jusqu’à nos jours. Le PCR a proposé une lecture du paysage fluvial du Cher s’appuyant sur l’évolution géomorphologique du Cher. Impacts des usages et des aménagements sur le fonctionnement de son lit mineur (xviiie-xixe s., thèse de Thomas Dépret). Enfin, les tracés anciens du Cher au travers de la toponymie et de la représentation cartographique ont été appréhendé pour les départements du Cher et de Loir-et-Cher. La question de l’entretien de l’espace nautique au travers du balisage de la rivière du Cher a été soulevée.

Collecter les instruments de la recherche

20Termes employés, mots reconnus, expressions particulières forment ensemble des documents historiques à interroger. Collectés par les chercheurs du PCR au détour de leur étude, ils forment le glossaire Les mots du Cher, « outil de mémoire, témoin de toutes les découvertes » permettant de retrouver la cohérence des systèmes de dénotation et de connotation du monde (Rossiaud 2007). Second instrument de la recherche, mis à disposition de tous : Les sources relatives à la navigation sur le Cher au Moyen Âge et à l’époque moderne : l’exemple du département du Cher les sources constituent un apport fondamental à l’ensemble de nos investigations.

21Ainsi, le PCR Navigation et navigabilités a permis, au travers de la collecte des données et de leur transmission par le biais de la publication, de constituer un exemple monographique (la rivière du Cher en région Centre), comme un modèle au sens mathématique du terme, d’organisation et d’évolution d’un réseau hydrographique secondaire. Il a permis une approche globale et conceptuelle d’une archéologie d’un territoire de l’eau, reposant sur une démarche interdisciplinaire, interinstitutionnelle et conviviale.

Fig. 1 – Corquoy (18), moulin de Nantuel : détail du mur entre la voie marinière et la vanne motrice dans un bras du Cher aujourd’hui abandonné

Fig. 1 – Corquoy (18), moulin de Nantuel : détail du mur entre la voie marinière et la vanne motrice dans un bras du Cher aujourd’hui abandonné

Prospection PCR 2008.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Corquoy (18), moulin de Nantuel : détail du mur entre la voie marinière et la vanne motrice dans un bras du Cher aujourd’hui abandonné
Légende Prospection PCR 2008.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/37482/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 382k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Virginie Serna, « Navigation et navigabilités des petites rivières en région Centre : l’exemple du Cher » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Centre-Val de Loire, mis en ligne le 08 septembre 2020, consulté le 28 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/37482

Haut de page

Auteur

Virginie Serna

Drac Centre (service régional de l’archéologie)

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Virginie Serna

Drac Centre (service régional de l’archéologie)

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search