Navigation – Plan du site

AccueilRégionsCentre-Val de Loire200945 – LoiretLa Chapelle-Saint-Mesmin – Les Ch...

2009
45 – Loiret

La Chapelle-Saint-Mesmin – Les Chesnats, Les Placeaux (zone B1 sud)

Fouille préventive (2009)
Responsable d’opération : Fabien Loubignac

Entrées d’index

Année de l'opération :

2009

Numéro d’opération :

0608435

Nature de l'opération :

fouille préventive
Haut de page

Texte intégral

1La fouille des Petits-Chesnats Les Chesnats (tranche 2) à La Chapelle-Saint-Mesmin, permet d’avoir un bel aperçu d’une évolution de l’occupation du sol en milieu rural, de la période gallo-romaine jusqu’au milieu du Moyen Âge. Grâce à la découverte de près de 2 000 structures en creux et de bâtiments maçonnés sur une superficie de 9 000 m2, plusieurs phases d’occupation ont été identifiées du ier s. apr. J.-C. à la fin du xe s.

Première structuration de l’espace à la période antique : la pars rustica d’une villa ?

2L’occupation du ier s. se matérialise par la création d’un grand bâtiment maçonné de plus de 21 m de longueur sur 17 m de largeur. Deux états de construction et de remaniements ont été observés sur le bâtiment interprété comme une grange.

3Le plan de l’état 1 du bâtiment F1 se présente sous la forme d’un grand rectangle pourvu de pièces d’angles dont le module de 5 m de long sur 3,70 m de large se retrouve à plusieurs reprises dans le plan de l’édifice. L’espace central, probablement couvert, pouvait servir à entreposer et à stocker des denrées ou des marchandises. Dans l’angle nord-est, une cave a été trouvée. Occupant une surface de 15 m2, elle était pourvue d’un escalier. La présence d’indices particuliers laisse envisager l’existence d’un plancher au fond de la cave.

4Une seconde cave a été mise au jour en bordure méridionale du site. Celle-ci était entièrement maçonnée en opus mixtum. Elle mesurait, intra muros, près de 3 m de longueur sur 2,50 m de largeur. Un petit accès était aménagé dans l’angle nord-est. L’utilisation de cette cave semble intervenir aux alentours du milieu du ier s.

5Un vaste réseau parcellaire orthonormé quadrille une grande partie du site et se développe surtout en périphérie du bâtiment maçonné F1. Des fossés plus imposants pourraient matérialiser les limites de la pars rustica d’une villa durant cette période. À l’intérieur de cet espace, une multitude de plus petits fossés secondaires dessinent un découpage parcellaire très régulier.

6La restructuration de l’état 2 du bâtiment F1 se produit dans la deuxième moitié du ier s. Elle consiste à agrandir de 1,10 m le bâtiment au nord où une nouvelle cave est construite. Celle-ci, de 13 m2 et entièrement maçonnée, était dotée d’un escalier d’accès donnant au centre du bâtiment. Dans l’aire centrale du bâtiment, qui couvre près de 155 m2, une citerne ou un puits a été découvert. La dernière cave et de surcroît, l’état 2 du bâtiment F1, sont occupés dès la première moitié du iie s. jusqu’à la fin du iiie s. Les nombreuses références de plans de bâtiments similaires trouvés en Gaule romaine donnent des éléments de comparaison aussi bien sur la construction que sur la fonction du bâtiment en tant que grange au sein de la pars rustica d’une villa.

7Entre le iie s. et le iiie s., un petit édifice sur poteaux est créé à l’ouest du bâtiment maçonné F1. Au nord-ouest, un fond de cabane prend place. Il s’intègre et s’organise parfaitement dans l’occupation du site à cette période, mais sa datation pose certains problèmes. Parmi les autres structures gallo-romaines, de petits bâtiments sur poteaux ont été découverts et pourraient être interprétés comme de petites annexes.

Le retour de l’occupation à la période mérovingienne…

8Les vestiges datés entre le vie s. et la première moitié du viiie s. sont matérialisés par un réseau fossoyé qui reprend en partie la trame parcellaire héritée du ier s. La période mérovingienne voit la création d’un grand enclos quadrangulaire qui pourrait englober un bâtiment sur poteaux. Cet enclos est implanté le long d’un ensemble de grands fossés parallèles à l’actuelle rue des Chesnats qui seront réinvestis à plusieurs reprises au cours du temps. Une concentration de vestiges plus dense prend place sur la bordure orientale de la fouille (un foyer et des silos ont été repérés).

Constitution d’un hameau et utilisation agraire du site clairement marquée à la période carolingienne

9Vu le nombre important de silos, l’occupation de cette partie du site entre la deuxième moitié du viiie s. et la fin du ixe s., est orientée vers le stockage de denrées. Ceci implique une production agricole basée sur la culture de céréales, ou de légumineuses. Cette activité est démontrée par des restes de graines et de céréales conservés au fond de certains silos, mais aussi par la présence d’éléments appartenant à la culture céréalière. La mise en culture des sols alentours et leurs exploitations sont mises en évidence notamment par la présence d’un jouguet. La présence des silos est donc le résultat de toute une chaîne opératoire qui demande une main d’œuvre assez conséquente.

10On peut également postuler que les cultures sont associées à de l’élevage. Des traces de cette activité ont pu être retrouvées. Des éléments métalliques appartenant à des systèmes d’harnachement d’animaux, de nombreux restes de cochons, de bœufs, d’ovicaprinés, mais aussi d’animaux de basse-cour (coq domestique) ont été retrouvés dans certains de ces silos.

11Le remplissage d’autres silos conservait des éléments très intéressants. Par exemple, un silo trahissait l’existence de l’incendie d’un bâtiment proche (vestiges mobiliers domestiques et torchis brûlés). De nombreux silos ont livré du mobilier assez riche et varié (bijoux, éperons, couteaux…). Enfin, le silo F1289 revêtait un caractère assez exceptionnel, car il a été réutilisé pour une tombe. Même si ce type de pratique a été reconnu sur d’autres sites, il n’en reste pas moins que l’inhumation est impressionnante. Le squelette d’une jeune femme âgée entre 16 et 18 ans a été retrouvé à mi-hauteur du silo. En position fœtale, face contre terre, le sujet a été inhumé les chevilles liées et probablement disposé dans un contenant souple. Non loin de là, deux autres sépultures, celle d’un enfant et celle d’un bébé, ont été découvertes. Les deux individus étaient inhumés vraisemblablement dans des contenants rigides (de type cercueils) en position allongée sur le dos pour l’enfant et disposé de biais pour le bébé. Aucun dépôt funéraire n’était associé aux sépultures. En outre, les trois squelettes, datés par radiocarbone, ont été enterrés dans un même laps de temps. À ce jour, la présence de ces trois sépultures pose de nombreuses questions. Ces trois jeunes individus appartenaient-ils à une même famille ? De quoi sont-ils morts et pour quelles raisons la jeune femme a reçu ce type de traitement ?

12Au sud-ouest de ces sépultures, des fours ont été mis au jour. Géminés, les deux fours s’apparentent à des fours domestiques.

13Plusieurs bâtiments sur poteaux existent lors de cette phase d’occupation. D’abord, près des fours, il est possible qu’un grand bâtiment de 75 m2 existe dès le ixe s. Toutefois, des problèmes de datations ne permettent pas d’affirmer son existence dès cette période. Ce bâtiment B4 possède un plan régulier à deux nefs avec un porche d’une entrée. Il pourrait donc être associé à l’aire d’ensilage périphérique.

14Un second bâtiment sur poteaux qui s’étend hors de la limite de fouille, présente un plan plus développé. Il couvre une surface d’au moins 60 m2. Possédant au moins deux nefs, quelques indices laissent envisager la présence d’un étage. Directement au nord, deux autres petits bâtiments sur poteaux pourraient servir d’annexes au bâtiment principal. Les trois bâtiments sont circonscrits par un ensemble de fossés avec un accès au sud. L’ensemble est vraisemblablement lié à la seconde zone d’ensilage proche.

15Des associations entre aires d’ensilages et habitats commencent à se former sur cette partie du site. Les ensembles s’organisent le long de fossés parallèles à la rue des Chesnats. Ces fossés délimitent deux espaces distincts. Le premier, au nord, correspond aux ensembles fouillés des habitats et des aires d’ensilages. À ce jour, nous ne connaissons pas ce qui peut se développer au sud de ces fossés, mais il est fort possible que de la voirie soit à l’origine de la rue actuelle. Des accès semblent être aménagés entre certains fossés.

Une raréfaction de l’occupation…

16La première moitié du xe s. voit une raréfaction du nombre de structures archéologiques. Cette sixième phase d’occupation se caractérise par la présence de fosses variées et d’une aire d’ensilage qui prend place au sud-est du site. Certains silos ont livré du mobilier intéressant notamment des éléments métalliques tels le mors de filet, une croix décorative, des couteaux, un fer à cheval et un lissoir en verre qui atteste une activité liée au travail du textile. L’habitat se distingue par la présence du bâtiment sur poteaux mais aussi par la découverte d’un possible fond de cabane.

... aboutissant à l’abandon progressif du site

17De la deuxième moitié du xe s. à la fin du xie s., seules quelques structures existent (quelques silos et fossés notamment). La fréquentation sur cette partie du site est moins intense et il est probable qu’elle se déplace peut-être au sud-est (tranche 3) où des vestiges du xe s. et du xie s. ont été trouvés lors du diagnostic.

Les carrières souterraines

18Sur toute la partie occidentale et méridionale du site, a été entrevu un réseau de galeries souterraines creusées dans le rocher lié à une série de puits d’aération et/ou d’extraction. Cet ensemble appartient à l’exploitation en sous-sol de la hanche calcaire par des carriers. Aucun artefact ne permet de dater l’exploitation de ces carrières, selon de nombreuses sources, elles sont d’époque contemporaine.

19Aucun vestige immobilier de l’Antiquité tardive (entre la fin du iiie s. et la fin du ve s.) n’a été découvert sur cette partie du site. Toutefois, ce hiatus chronologique n’exclut pas la présence de tels vestiges autour de la tranche 2. L’occupation du site ne réapparaît qu’à partir du ive s. pour évoluer constamment et progressivement en périphérie immédiate du bâtiment antique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabien Loubignac, « La Chapelle-Saint-Mesmin – Les Chesnats, Les Placeaux (zone B1 sud) » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Centre-Val de Loire, mis en ligne le 08 septembre 2020, consulté le 26 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/37572

Haut de page

Auteur

Fabien Loubignac

Éveha

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Fabien Loubignac

Éveha

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search