Navigation – Plan du site

AccueilRégionsCentre-Val de Loire201228 – Eure-et-LoirGarancières-en-Beauce – Le Bois d...

2012
28 – Eure-et-Loir

Garancières-en-Beauce – Le Bois d’Authon

Fouille préventive (2012)
Responsable d’opération : Thibaud Guiot

Entrées d’index

Année de l'opération :

2012

Numéro d’opération :

069844

Nature de l'opération :

fouille préventive
Haut de page

Texte intégral

1Le site antique du Bois d’Authon à Garancières-en-Beauce (008 AH) présente une succession d’occupations rurales des débuts de La Tène ancienne à la fin de l’Antiquité, entrecoupée de quelques hiatus. Cette zone ne peut être isolée de l’occupation protohistorique fouillée, à quelques dizaines de mètres au nord. Confirmant et précisant les résultats du diagnostic, ces deux fouilles mettent en évidence deux noyaux principaux d’occupation : l’un, exclusivement protohistorique (009 AH) et l’autre, couvrant une partie de La Tène finale jusqu’à la fin de l’Antiquité. Malgré les incertitudes persistantes concernant les dates de création des édifices aussi bien protohistoriques qu’antiques, la fouille met en lumière une évolution d’habitats ruraux, ancrés sur un même territoire pendant près de 800 ans.

2Au nord de ce secteur se développe un habitat rural (site 009 AH) dès la fin du premier âge du Fer ou au début du second. Sa durée d’occupation est incertaine, un peu plus d’un siècle s’écoulant avant qu’un nouvel établissement agricole s’implante, dans le courant de La Tène moyenne. La caractérisation de cette occupation est imprécise, mais son existence est avérée par quelques creusements, un silo contenant du mobilier céramique et des fibules, bien qu’elles aient pu être rapportées par les nouveaux arrivants. L’occupation a pu être continue et donner lieu, dès le iie s. av. J.‑C., à la mise en place d’un enclos fossoyé entourant l’habitation et des bâtiments à usages divers. La durée de l’occupation ne dépasse pas le milieu du ier s. av. J.‑C. Les constructions sont ravagées par un incendie et le site est abandonné au profit d’un nouvel établissement à enclos établi 200 m plus au sud (site 008 AH).

3Ces établissements laténiens suivent un schéma d’occupation classique, caractérisé au début de la période par des habitats ruraux ouverts puis s’insérant dans un enclos à partir de La Tène moyenne.

4L’exploitation agricole de la période romaine, est comparable à de nombreux établissements contemporains aussi bien dans sa forme que dans son évolution. Une cave soigneusement appareillée peut contraster au regard des constructions relativement sommaires de l’habitat. Les éléments de structuration de l’espace interne du site (palissades, chemin, puits, réseaux fossoyés et zone de rejet des eaux) souffrent d’une datation incertaine. D’une part les relations permettant d’établir une chronologie relative évidente sont absentes, et d’autre part l’homogénéité des ensembles céramiques, issus notamment des comblements des fossés, ne précisent pas toujours l’ordre de leur création ou de leur abandon, qui reste au stade d’hypothèses. Ce manque de lisibilité fige l’image de cette ferme et de son évolution. Entre sa création et son abandon s’écoulent un peu plus de 200 ans, période durant laquelle elle a évolué, s’est transformée, a modelé son environnement immédiat, a dû connaître des phases d’expansion et peut être même de déprise que l’archéologie n’a pas pu mettre en évidence. L’abandon du site et la concentration de l’occupation au Bas-Empire corroborent des observations souvent mentionnées sur des sites comparables.

5Cette fouille archéologique livre en cela un exemple substantiel d’habitat du Bas-Empire. Son apport est significatif pour la connaissance de l’occupation du sol de ce secteur de la Gaule romaine et en particulier de l’habitat rural antique, à travers sa forme et son évolution ici constatées jusqu’aux environs de la deuxième moitié du ive s. Les données recueillies ont été confrontées ou mises en perspectives avec celles déjà acquises par ailleurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thibaud Guiot, « Garancières-en-Beauce – Le Bois d’Authon » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Centre-Val de Loire, mis en ligne le 09 septembre 2020, consulté le 27 février 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/37866

Haut de page

Auteur

Thibaud Guiot

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Thibaud Guiot

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search